Père Sandro et les enfants de la Casa del Fanciullo

À Noël, Bethléem est la maison des enfants

Amy Rodighiero3 décembre 2021

Jésus n’est pas né dans une maison confortable, mais dans une grotte. Pour le réchauffer, il n’y avait pas un feu, mais le souffle des animaux de l’étable. Pour le berceau avait une mangeoire. Le salut a des origines très humbles : Jésus est né dans un état d’inconfort et de sacrifice extrêmes. Aujourd’hui encore, à Bethléem, la ville de la Nativité qui se prépare à un autre Noël de crise, sans pèlerins, il y a beaucoup d’enfants qui vivent le même malaise tous les jours. Certains d’entre eux n’ont pas de foyer ou de famille aimante qui les fera grandir et s’épanouir. Beaucoup d’autres sont encore trop jeunes pour comprendre combien de sacrifices leurs parents font. Tous ces enfants, cependant, ont notre Association à leurs côtés.

Maisons d’urgence à Bethléem

Bien que ce soit déjà l’hiver, lorsque j’arrive au bureau de Pro Terra Sancta – Bethléem pour rencontrer Vincenzo Bellomo, responsable des projets sociaux et Naila, travailleur social, l’air du matin commence déjà à se réchauffer. « Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter deux familles très différentes », explique Naila. «Tous deux ont reçu une aide économique pour faire face aux coûts de l’accouchement et l’un des deux est également inclus dans le projet ‘Urgence de l’eau, urgence à domicile’». Naila fait référence à une série d’interventions de rénovation et de réhabilitation de milieux de vie que nous avons financées ces dernières années. « Avec ce projet, nous avons aidé plus de vingt familles jusqu’à présent », ajoute Vincenzo.

L’idée est simple : donner un coup de main aux personnes âgées ayant des problèmes moteurs, aux familles et aux jeunes couples qui n’ont pas les moyens de faire de gros investissements, rendre leur maison saine, fonctionnelle, belle. Tout cela devient durable grâce à la création d’un réseau au sein de la communauté: ce sont les familles elles-mêmes qui aident les autres familles en s’offrant mutuellement du travail spécialisé, des soignants pour les personnes âgées et des services de nettoyage et d’entretien.

Une famille née dans l’incertitude

La maison de Nadia, une jeune mère de 24 ans,son mari et leurs deux enfants, Hannah de 5 ans et Evan de 10 mois, est l’une des personnes impliquées dans le projet «Maisons d’urgence». Nadia nous accueille en s’excusant pour le désordre : les ouvriers terminent la rénovation de la salle de bain, les deux garçons de Nadia sont victimes de tremblements de terre et elle, en attendant son troisième enfant, a du mal à tout suivre. Hannah court à ma rencontre avec une photo encadrée : c’est son père. Depuis qu’il a finalement recommencé à travailler après une longue période de désésimpiego, il ne le voit plus beaucoup. Nadia, en revanche, ne travaille plus. Avant de tomber enceinte, elle était couturière, mais avec des enfants et un salaire qui, à peine, pouvait couvrir les frais de transport, elle a décidé de démissionner.

Les familles comme la sienne, qui grandissent malgré une grande incertitude financière, sont malheureusement nombreuses. « Il y a souvent un manque d’éducation affective, sexuelle, sanitaire et économique efficace », explique Naila, « et les grossesses ne sont pas planifiées. » Les dépenses pour la naissance d’Hannah et Evan ont été supportées par Pro Terra Sancta: le couple n’a pas pu accumuler suffisamment d’économies. Maintenant, Naila suit cette famille pour soutenir la troisième grossesse de Nadia et l’aider à souscrire une assurance maladie. « Pour briser ce cercle vicieux de déséducation et de désinformation », conclut-ilavant de saluer la mère et les enfants, « il est nécessaire de fournir une éducation adéquate à toute la communauté de Bethléem ».

Nadia et ses enfants
Nadia, 24 ans, avec ses enfants Hannah, 5 ans, et Evan, presque 1 an.

Le rose comme avenir

Rozalin,Rosellina, n’a que deux mois et est un bébé très calme. Myriam, sa mère, se présente comme suit : « J’ai 24 ans et mon mari en a 30. J’ai étudié la théologie et j’aimerais être enseignant. Mon mari, quant à lui, est serveur mais aimerait ouvrir son propre restaurant ». Quand je lui demande comment elle se voit dans 5 ans, elle me dit : « On aimerait agrandir la famille, avoir plus d’enfants. Cela dépend si nous pouvons nous le permettre. » Cette jeune mère a étudié au Terra Sancta College de Bethléem et aimerait revenir en tant que professeur. Avec une hypothèque à payer pour rénover l’appartement familial où elles vivent, les deux personnes nouvellement mariées ont demandé et obtenu de l’aide pour couvrir les frais d’accouchement.

Une maison familiale pour les enfants solitaires

« Pro Terra Sancta s’est également engagé dans la rénovation de la grande cuisine de la Maison de l’Enfant, la Maison franciscaine des garçons à Bethléem »,me rappelle Vincenzo alors que nous nous dirigeons vers notre dernier arrêt de la journée. Pour nous accueillir à la structure, il y a Abuna Sandro et Sœur Marie, le «père» et la «mère» des 27 enfants qui viennent ici tous les jours pour échapper à une situation familiale insoutenable. « C’est une vraie maison de famille », me dit le père Sandro. Il y a 9 enfants qui s’arrêtent pour dormir ici, mais jusqu’à 12 peuvent être logés. Chaque jour, 19 enfants sont hébergés pour le déjeuner et le dîner. Après les repas, ils vont après l’école pour faire leurs devoirs et se préparer aux examens, prier et jouer ensemble.

Le nombre d’enfants issus de familles chrétiennes défavorisées, cependant, est beaucoup plus élevé. « Quand il est arrivé ici, Adam n’avait rien : il n’avait pas de vêtements, pas de livres d’école, pas de malnutrition. ». Adam a 10 ans et ses parents ne pouvaient pas lui donner le soutien nécessaire pour grandir en raison de problèmes économiques et psychologiques: «quand j’ai visité sa maison pour la première fois, j’ai réalisé que non seulement ce n’était pas bon pour Adam, mais qu’il n’y avait tout simplement pas de conditions minimales pour qu’une famille y vive». Depuis plus d’un an c’est la Maison de l’Enfant d’être la famille de cet enfant. «Maintenant, son comportement s’est beaucoup amélioré. Ses notes sont plus élevées. Nous sommes fiers de lui ! » dit le père en souriant.

Abuna Sandro avec l’un des enfants
Abuna Sandro et l’un des enfants

Noël est la période la plus appropriée pour nous rappeler combien il est important de soutenir les enfants, la lumière du monde, ceux qui sont l’espérance pour l’avenir, qui sont le Salut. À Bethléem, une maison est construite pour eux tous les jours, de sorte que personne ne soit forcé de naître dans une «grotte», métaphore d’une situation de grandes difficultés économiques et familiales. À Noël, Bethléem est la maison de tout le monde!