Décembre 2018

Avec l’Avent, Bethléem illumine de paix et d’espoir

Thalathe…’ithnin… wahad… (trois, deux, un …) et comme par magie le grand arbre de la carré de la Crèche de Bethléem est allumé, le feu d’artifice éclaire le ciel étoilé pendant la journée, pendant cinq minutes, tous les visages des personnes présentes sont tournés vers le haut: beaucoup d’enfants Ils ont grimpé sur les épaules de leurs parents pour mieux voir, garçons et adultes, smartphones à la main, reprennent ce spectacle pour pouvoir garder la mémoire après leur retour à la maison.

Les milliers de personnes qui remplissent la place et les balcons des maisons environnantes sont tous arrivés à Bethléem pour assister à l’allumage de l’arbre, l’événement qui marque officiellement le début de l’Avent, une attente impatiente qui conduit les fidèles à Noël. “A Bethléem, nous attendons ce moment avec une grande appréhension, c’est une façon de nous rappeler à quel point nous sommes chanceux de naître à la place où une nuit a changé le monde” nous dit George, un vieil homme qui échange volontiers quelques mots avec nous.

Non seulement les Betlemites, mais de nombreux chrétiens des territoires palestiniens et d’Israël y participent: «Nous sommes venus avec notre famille de Nazareth. Chaque année, nous ressentons plus intensément l’esprit de Noël et le partageons avec nos amis et notre famille. Nous sommes chrétiens, nous aimons être ici et cette année est encore plus spéciale “. Diana avec un sourire pointe son doigt vers Shireel, sa fille de deux mois à peine enveloppée dans de lourdes couvertures reposant dans la poussette. “Cela me fait frissonner de penser que notre Sauveur est né ici même dans le froid, dans une grotte”.

Mais l’allumage de l’arbre de Noël n’est pas un festin pour les chrétiens, mais parmi la foule impatiente, il y a aussi beaucoup de musulmans de Bethléem et des pays voisins: “Je viens de Jérusalem-Est” Ahmad, un garçon dans la vingtaine, “Je suis musulman, mais je viens chaque année partager les célébrations avec mes frères chrétiens. Nous sommes en compagnie. C’est un moyen d’être plus unis entre nous, les Arabes palestiniens, et de nous aimer”. L’esprit de partage est encore plus fort dans ce pays où chrétiens et musulmans ont appris à se connaître et à se respecter: en fait, il ne faut pas s’étonner que les chants de Noël qui animent la place en attendant l’allumage s’arrêtent quelques minutes pour partir. faire écho à l’appel du muezzin de la mosquée d’Omar qui se trouve de l’autre côté de la basilique de la Nativité.

De nombreux étrangers étaient présents à la cérémonie: Brésil, Chine, Canada et Allemagne sont quelques-unes des nationalités des nombreux touristes et pèlerins présents à Bethléem pour redécouvrir les racines du christianisme. Il y a aussi des volontaires qui donnent du temps et de l’énergie aux nombreuses organisations caritatives présentes dans la région pour aider les personnes âgées, les enfants et les personnes handicapées, les trois catégories les plus défavorisées dans une réalité quotidienne difficile.

“En tant qu’Italien, j’ai l’habitude de voir Noël dans un cadre plus nordique. Nous oublions parfois que le lieu où Noël était devenu réalité était entre les palmiers et non entre le gui et les sapins, les célébrations n’étaient pas faites de chansons. en anglais ou en italien, mais en arabe “, explique Federica, une bénévole qui travaille avec ATS pro Terra Sancta depuis plusieurs mois et qui ne voulait certainement pas rater cette date.

C’est cette atmosphère de joie et de fête qui imprègne Bethléem, à l’endroit où la Parole a été faite chair, et nous rapproche de Noël, un fait qui illumine le monde de l’espoir.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer