Octobre 2019

Bethléem. L’éducation non formelle pour soutenir l’espoir

C’est la deuxième année que les volontaires de l’Association des éducateurs sans frontières (ESF) collaborent avec l’Association pro Terra Sancta, apportant ainsi des activités d’éducation et de formation à certaines des réalités sociales de Bethléem. Fondée en 2005 à Milan dans le but de former les éducateurs à intervenir dans des contextes de pauvreté et de marginalité, cette organisation à but non lucratif gère des foyers pour enfants et adolescents en situation de détresse sociale et mène des projets de formation d’éducateurs et de travailleurs sociaux dans le domaine de l’éducation. Comme à Bethléem, où ce mois-ci, les volontaires de l’ESF organisent des ateliers pédagogiques organisés au sein de la crèche, de la maison de retraite et du centre de jour pour personnes âgées de la Charitable Society of Antoniana. Au sein du jardin d’enfants, les volontaires construisent avec les enseignants un espace dédié aux activités éducatives dans le but de travailler sur les compétences et les habiletés des enfants, par exemple, grâce à l’utilisation d’histoires, les enfants sont guidés pour acquérir de l’expérience avec série d’activités créatives. Au lieu de cela, les personnes âgées du centre se voient proposer des ateliers manuels et artistiques conçus en fonction des capacités et des difficultés cognitives et motrices des clients de la structure.

C’est précisément parce que la spécificité des éducateurs sans frontières est celle de la formation que, l’année dernière, en collaboration avec l’Association pro Terra sancta, une formation a été proposée à 35 enseignants de l’École de Terre Sainte de Bethléem par les frères franciscains de la Custodie de Terre Sainte. En juin 2018, un groupe de ces professeurs a également eu l’occasion de participer à un stage de formation en Italie au siège d’éducateurs sans frontières à Milan, avec le responsable de la formation de l’association Gabriella Ballarini et la coordinatrice Cristina Mazza. «La formation proposée sur place – nous dit Benedetta, tutrice de l’équipe pédagogique des volontaires de l’ESF à Bethléem – n’était pas théorique, mais voulait faire partie de l’éducation non formelle en utilisant des exercices d’écriture théâtrale, artistique et pédagogique pour travailler sur des thèmes concernant la profession d’enseignant: la relation avec les étudiants, le partage de groupe, la médiation de conflit, l’apprentissage coopératif et la gestion de classe “. Au cours de ces semaines, les volontaires ont récemment commencé une série de réunions de formation avec les opérateurs et les enseignants de la Casa del Fanciullo, un foyer franciscain accueillant des mineurs à quelques pas de la grotte du lait de Bethléem, dirigée par le père Fadi Azar. OFM.

Dans un contexte comme Bethléem, se concentrer sur l’éducation et la formation signifie relever un très grand défi en matière d’éducation: la valeur de cette intervention et de cette proposition s’exprime précisément dans la construction de programmes de formation pouvant aider les enseignants, les éducateurs et les travailleurs sociaux qui travaillent au quotidien. champ. “Il ne s’agit pas de venir enseigner ou de proposer seulement un modèle de travail différent du nôtre – explique Benedetta – l’importance du travail éducatif et sur la manière de se développer de plus en plus et de s’améliorer professionnellement “.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer