Avril 2019
Medical care Bethlehem

Bethléem: petite May revient à voir

May est une jeune fille souriante de 15 ans qui vit avec sa famille à Bethléem. Depuis son enfance, elle a toujours souffert d’une forme grave de strabisme. “Nous avions remarqué des problèmes de vision à l’âge de trois ans”, raconte sa mère Nour. “A partir de ce moment-là, elle devait toujours porter des lunettes. Puis, à l’âge de 13 ans, les lunettes n’étaient plus suffisantes, les médecins nous ont dit qu’ils devraient travailler ou auraient perdu la vue de façon permanente ». Aucun hôpital dans les territoires palestiniens n’était suffisamment équipé pour intervenir; ils s’étaient donc tournés vers un médecin à Jérusalem, mais lui aussi n’avait garanti que 50% du succès de l’intervention. À la recherche d’une deuxième grève, les parents ont trouvé un spécialiste jordanien disposé à l’exploiter, mais les coûts de l’opération étaient trop élevés. Maman Nour fait des petits boulots et son père Jad travaille quotidiennement comme peintre: leurs salaires ne suffisaient pas à couvrir les coûts de l’intervention et à rester à Amman.

Pour cette raison, ils se sont tournés, comme tant d’autres familles au fil des ans, vers le poste d’écoute et de réception mis à disposition par l’Association pro Terra Sancta à Bethléem. Ici, Naila Nasser, responsable du bureau, écoute les problèmes et les conditions économiques et sociales de centaines de familles dans le besoin. Une fois la phase d’analyse et de contrôle terminée, Naila s’occupe de trouver les fonds nécessaires pour couvrir les dépenses, en activant un réseau de solidarité solidaire constitué de diverses associations, dont l’Association pro Terra Sancta, qui parvient à aider de nombreux patients qui, comme May, besoin d’interventions importantes et très coûteuses.

La situation sanitaire des Palestiniens vit dans un état d’urgence permanent et la difficile situation politique et économique ne permet pas d’améliorer les conditions de vie de la population. Le système public est incapable de répondre aux demandes des patients qui sont forcés de se tourner vers le secteur privé à des coûts beaucoup plus élevés, souvent impossibles à atteindre pour de nombreuses familles.

Chaque semaine, de nouveaux cas et de nouveaux besoins apparaissent: accidents de travail, coûts des médicaments, diabète et autres maladies chroniques non fournies par le système de santé. “Comme ce père de famille – dit Naila – qui est venu au bureau il y a quelques jours pour demander de l’aide pour sa fille qui a reçu un diagnostic de sclérose en plaques à un très jeune âge, une maladie qui ne peut être contrôlée que par des médicaments coûteux 3000 nis, plus qu’un salaire mensuel “. Et, ajoute-t-il, “nous travaillons aussi pour aider cette jeune fille, mais il est de plus en plus difficile de répondre au nombre croissant de demandes, car au lieu d’améliorer la situation économique et sociale et, partant, la situation en matière de santé, leur situation s’aggrave”.

Pour cette raison, le cas comme celui de May est certainement un cadeau formidable pour sa famille; May doit se rendre en Jordanie tous les six mois pour des chèques, mais l’opération a été un succès et elle a presque retrouvé la vue. Il sourit, les larmes aux yeux, en nous montrant joyeusement ses excellents résultats scolaires à l’école Terra Sancta de Beit Jala: “Maintenant, s’exclame-t-il, je peux prendre des notes et regarder le tableau sans me fatiguer!” Associazione Pro Terra Sancta souhaite donner un sourire semblable à celui de May à de plus en plus de gens. C’est pourquoi nous travaillons sans relâche grâce à votre soutien.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer