Bethléem: un nouveau projet pour la production de masques de protection

email whatsapp telegram facebook twitter

Active Women Against Covid-19 est le nom du projet financé par la F.A.I. (Fondation Assistance Internationale) et mis en œuvre à Bethléem par Pro Terra Sancta. Dans sa phase initiale, le projet vise à offrir une formation et des travaux de couture à six femmes du gouvernorat de Bethléem, en commençant par la production de masques de protection pour un usage quotidien. Il faut souligner que le précieux soutien de la F.A.I. arrive à un moment très difficile ici aussi en Terre Sainte; une proximité de la fondation qui nous a permis d’être aussi actifs que possible pour faire face à l’urgence.

Les femmes bénéficiaires du projet ont été sélectionnées en impliquant le Centre d’écoute de l’Association Pro Terra Sancta à Bethléem et en évaluant chaque situation individuelle. Actuellement, la situation économique à Bethléem est très compliquée: l’absence de pèlerins et la fermeture des activités commerciales qui en découle pour l’urgence du Covid-19 font augmenter le nombre de personnes sans travail.

Le projet répond à ce besoin en faisant des femmes les protagonistes. Nous avons recueilli les témoignages de quelques bénéficiaires qui ont entamé cette semaine leurs premières réunions de formation avec la créatrice de mode Yazan Zeit de Beit Jala.

Sandra nous dit qu’elle peut coudre comme un passe-temps et qu’elle est “très curieuse et impatiente d’apprendre à le faire” avec la machine. “J’imagine que grâce à cette formation, j’en profiterai grandement dans un avenir proche et – poursuit-elle – je suis heureuse de soutenir ma famille pendant cette crise économique provoquée par la pandémie”.

Offrir une nouvelle possibilité de formation et de revenu devient une opportunité de s’intégrer activement dans la société en cette période difficile. Nous savons qu’une telle fermeture pourrait causer des problèmes non seulement financiers mais aussi psychologiques à des familles entières.

Ghada explique également qu’après avoir passé deux mois enfermée à Bethléem, elle est maintenant “très heureuse d’entreprendre ce nouveau chemin avec les autres filles” et espère que “des projets comme celui-ci à l’avenir pourront aider de plus en plus de gens”.

À la fin des leçons, les femmes qui ont participé à ce projet auront la possibilité de travailler à temps partiel à domicile avec les nouvelles machines achetées, en commençant la production des premiers masques qui seront distribués gratuitement à certaines œuvres sociales et d’assistance à Bethléem.