Octobre 2019

Bethléem. Un rêve appelé Dar Al Majus Community Home

Dans le centre historique de Bethléem, à quelques pas de la basilique de la Nativité, de nombreux bâtiments sont abandonnés et en ruine. À une époque, c’étaient des magasins et des maisons appartenant pour la plupart à des chrétiens qui avaient fui la fureur d’un conflit qui se déroulait toujours dans les rues de la ville natale de Jésus. Et beaucoup ont abandonné ces propriétés, mais l’espoir semble avoir été abandonné. le cœur des hommes et des femmes qui restent. Pour les soutenir, la construction de la maison communautaire Dar Al Majus, un centre culturel très spécial, est en cours.

Nous avons demandé à Vincenzo Bellomo, responsable des projets de l’Association pro Terra Sancta de Bethléem, de nous en parler. Vincenzo y vit depuis 13 ans et est l’un des principaux promoteurs du projet. «Pour moi personnellement, c’est avant tout un rêve devenu réalité et un engagement de 13 ans à Bethléem. Un cadeau inattendu pour sa beauté et sa grandeur que la Providence a voulu offrir à la communauté de Bethléem, tellement éprouvée par les tensions. Depuis des années, nous essayons de donner forme à un lieu qui puisse répondre aux besoins de la communauté, rassembler dans un même lieu les nombreuses activités que nous menons, encourager le dialogue entre ceux qui restent et en même temps montrer à ceux qui le visitent ( pèlerins en particulier) le visage de cette ville à travers notre engagement et notre vie passionnés “. Dar Al Majus en arabe signifie “la maison des mages”, les premiers “étrangers” qui se sont rendus à la rencontre du salut incarné. “Les mages – continue-t-il – sont venus de loin, physiquement mais aussi culturellement, et se sont transformés. Nous voulons leur redonner la beauté du voyage, le voyage commun vers l’espoir, mais aussi la beauté du voyage de ceux qui viennent ici. Ensuite, il y a le concept du don, le don de soi, le partage et l’annonce de la beauté du fait chrétien qui s’est passé ici, a pris forme humaine “.

Le centre sera donc un lieu d’accueil et de rencontre, conçu pour la communauté de Bethléem, mais aussi pour les pèlerins de passage. Il sera structuré sur deux étages. Au rez-de-chaussée, il y aura un espace dédié aux initiatives culturelles et de rencontre, dans le but de raconter l’histoire de la Nativité, mais aussi de la coexistence et de la beauté de l’annonce chrétienne gardée par les communautés vivantes. Il sera ouvert à tous et permettra aux pèlerins visitant la basilique de la Nativité d’entrer encore plus dans cette réalité. Dans le même temps, les habitants de Bethléem pourront prendre davantage conscience de leur histoire et se rendre compte de l’énorme patrimoine dont ils sont les gardiens. “Pour la même raison – dit Vincenzo – au premier étage, après cette partie culturelle, des espaces seront dédiés au travail et plus particulièrement à la formation et au soutien des jeunes, des femmes et des défavorisés. Il y aura des espaces de travail en commun, des conseils d’orientation, mais également des espaces d’écoute et de soutien psychologique, des espaces de formation et de nombreuses autres activités culturelles ».

Au stade actuel, la phase de conception a commencé et a vu l’implication de la communauté depuis ses débuts: un concours a été lancé entre les jeunes architectes locaux pour concevoir le projet et trouver le groupe qui prendra en charge ce rêve. Quatre équipes d’architectes ont présenté leurs idées lors d’une réunion qui s’est déroulée à l’intérieur des salles de la structure. parmi eux seront choisis les travaux qui raconteront le mieux, à travers la synergie des espaces, la rencontre entre les pèlerins et la ville, entre ses habitants et leur passé. De toutes les présentations des garçons, le désir de créer quelque chose de beau pour leur ville, de mettre en jeu leurs capacités pour concevoir un bâtiment au profit de tous, est apparu. Le projet n’en est qu’à ses débuts, il reste encore beaucoup de fonds pour mener à bien ce travail, mais la passion avec laquelle les habitants de Bethléem ont pris ce projet augure bien pour l’avenir et pour sa réalisation imminente. “Soutenir ce projet – conclut Vincenzo – signifie soutenir une communauté en difficulté, pas n’importe laquelle, mais la communauté qui a gardé pendant des siècles le lieu où Jésus est né, où nous sommes tous nés, à l’origine de notre foi”.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer