“Céramiques pour la vie”: un cours de céramique pour les femmes

email whatsapp telegram facebook twitter

Nous frappons à la porte de l’atelier de poterie de Nisf Jubeil, le petit village près de l’ancienne ville de Sebastia. Les filles du centre nous saluent timidement, demandant le temps de remettre le voile sur leur tête. Dans un environnement exclusivement féminin, les femmes musulmanes ne sont pas tenues de se couvrir les cheveux. L’espace du cours est pour elles un moment où elles se sentent libres entre femmes seulement, un espace où elles peuvent se confronter, parler et apprendre.

“Céramiques pour la vie”: tel est le titre du séminaire de 15 jours organisé par les “vétérans” de l’atelier pour dix jeunes femmes palestiniennes désireuses d’apprendre l’art de la poterie. Le cours fait partie d’un projet plus large promu par le Mosaic Centre, Pro Terra Sancta et la Fondation Assistance Internationale (FAI) pour la promotion du tourisme dans les régions de Sebastia, Jericho et Bethany.

Ruwaida Khalil, responsable du cours et l’une des quatre fondatrices de l’atelier, nous raconte comment l’art de la poterie a vraiment changé sa vie. Grâce à Pro Terra Sancta et Mosaic Centre, Ruwaida a trouvé un travail qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille. Elle a réussi à exploiter un talent et à en faire une profession. Elle ne sait pas si l’avenir de ces jeunes femmes sera marqué par le travail de l’argile: “La plupart d’entre elles sont des étudiantes passionnées par l’art. Pour eux, c’est apprendre un passe-temps, mais dans la vie on ne sait jamais. Pour moi, c’était la chance de ma vie”.

“Céramique pour la vie” signifie aussi cela. Apprendre à fabriquer des outils, des objets quotidiens tels qu’ils étaient autrefois, c’est manipuler la terre et les couleurs, mais cela signifie aussi de nouvelles possibilités. “Je suis autodidacte, je n’ai jamais eu la chance d’étudier l’art – explique Ruwaida – aujourd’hui, après une longue période, cela me rend fière de pouvoir enseigner mon métier à ces filles”.

Les filles sont occupées à travailler l’argile, chacune d’elles façonne un visage. “Tous ces visages seront placés sur le mur de la maison d’hôtes de Nisf Jubeil. L’installation veut représenter l’humanité sous toutes ses formes”, explique Ruwaida.

Ainsi, sur les tableaux, vous pouvez voir les visages de Shaskepeare, un pirate, le visage d’un vieil homme ou d’une femme tel que Picasso l’aurait peint. Les filles étaient guidées par la fantaisie et le goût personnel. Amal sculpte la moustache de Charlie Chaplin dans l’argile, Tahani façonne les lunettes de Mahmoud Darwsish avec ses mains: “C’est le plus célèbre poète palestinien. Sa poésie est pour moi une grande source d’inspiration”.

Le choix même de représenter des visages est original. Dans l’Islam, il est interdit (haram) de représenter la figure humaine, mais Ruweida et les autres filles expliquent que dans ce cas, c’est autorisé (halal): “Nous pouvons peindre ou représenter le visage des personnages, mais pas la figure entière”.

Renan étudie les langues à Jérusalem, parle l’arabe, l’anglais, l’hébreu et apprend le turc. Une fille très intelligente nous aide à communiquer avec ses collègues. L’art est une passion pour elle: “En cette période de pause dans mes études, j’avais besoin de mettre mon énergie dans autre chose. Ce cours est ce dont j’avais besoin”. Les filles sont d’accord avec elle: “Pendant le confinement du coronavirus, nous avons senti qu’il fallait nous tester pour apprendre quelque chose de nouveau.

Avec de l’argile sur les mains, ces dix femmes semblent se détacher de tout: de la peur de la contagion, des soucis de la maison, des difficultés de la vie quotidienne, certainement pas facile pour une femme palestinienne. En dehors de l’atelier, il y a le monde et la vie réelle, mais pendant quelques heures, réunis dans le petit village de Nisf Jubeil, il n’y a qu’eux, l’argile et les couleurs.