Codex, manuscrits et livres antiques : la Custodie de Terre Sainte offre au monde un trésor inestimable

email whatsapp telegram facebook twitter

Depuis 2011, l’Université Catholique de Milan collabore avec la Custodie de Terre Sainte pour la valorisation des fonds antiques de la bibliothèque de San Salvatore à Jérusalem. Ce projet intitulé “Les livres, des ponts de paix” vise à réaliser des interventions favorisant la conservation et la connaissance des livres les plus précieux de la bibliothèque franciscaine.

Le travail à effectuer n’est pas des plus légers, prenant en considération la quantité de codex accumulés par les franciscains pendant des centaines d’années, mais un pas fondamental de ce projet est sur le point d’être accompli. En effet, cette année, le docteur Marcello Mozzato a concentré ses actions sur la réalisation d’un inventaire des manuscrits conservés à San Salvatore : il s’agit d’un groupe de près de cinq cent codex et rouleaux, certains médiévaux et beaucoup d’entre eux plus récents, allant de livres de médecine à des recueils de poésie arabe, de missels maronites à des rouleaux de la Torah. Ces derniers temps, de nouveaux exemplaires de l’Archive custodiale et du Musée de la flagellation de Jérusalem ont été reccueillis à la bibliothèque. Les codex identifiés et décrits dans l’inventaire sont en arménien, en éthiopien, en grec, en syriaque, en hébreu mais surtout en arabe et dans les langues de l’alphabet latin. Parmi eux, le groupe considérable des enluminures des livres de chœur se détache par son importance et sa beauté.

Ces jours-ci justement, après avoir retrouvé un dernier petit groupe d’une dizaine de manuscrits, la vérification de l’inventaire se termine, avant sa digitalisation et sa mise en ligne dans les semaines à venir. En automne enfin, ce nouvel outil entièrement électronique sera rendu accessible au cours d’un événement culturel important à Jérusalem, de façon à permettre une première mais précieuse rencontre avec une collection aussi importante de manuscrits. «La réalisation de l’inventaire des manuscrits – commente Edoardo Barbieri, professeur d’histoire du livre à l’Université catholique – est un objectif qui n’aurait pas été possible sans la contribution de nombreux amis et bienfaiteurs : un trésor d’une inestimabile valeur historique et culturelle sera désormais rendu accessible par la Custodie de Terre Sainte aux spécialistes du monde entier».