Avril 2019

Damas. Le long chemin de la reprise et les nouveaux ennemis de la Syrie

“Pas fini. La guerre ne fait que commencer. ” Peut-être que les ennemis ne s’appellent plus Daesh ou Al-Qaïda, mais faim et pauvreté, et ce sont des noms tout aussi effrayants. Ils sont les ennemis que la politique internationale peut armer de manière plus silencieuse et sournoise, sans mortiers et à l’abri des projecteurs, avec les sanctions économiques qui, ces derniers mois, mettent littéralement la Syrie à genoux. C’est pourquoi la phrase prononcée par Fra Antonio au début suppose cet accent sombre et triste de ceux qui ne créent pas d’illusions faciles sur un avenir incertain.

Damas est à genoux, l’électricité qui entre par à-coups montre le visage d’un pays oublié par les médias, mais victime d’une urgence humanitaire pire que ces dernières années, lorsque la capitale syrienne était diffusée dans tous les bulletins de nouvelles. Nous sommes à Bab Touma, l’ancienne porte de Saint-Thomas, siège des projets d’ATS pro Terra Sancta dans le pays de Saint-Paul.

Nous pensions être sur la voie du relèvement et nous sommes en situation d’urgence. Les familles de quatre personnes vivant à peine dans une pièce de quelques mètres carrés, les personnes malades qui ne peuvent pas acheter les médicaments qui sauvent la vie, les personnes déplacées qui ont fui rapidement de Homs, Maaloula, Knayeh: ces jours passés en Syrie pour se rencontrer Parlez aux gens accueillis par les frères. Avec Fadia et Ayham, nos bons collaborateurs à Damas, nous passons des journées avec eux à essayer de comprendre leurs besoins et leurs espoirs.

“Nous avons vécu à Homs jusqu’à il y a quelques années, mais nous avons échappé à la guerre.” Rita, qui retient à peine ses larmes, nous parle depuis le lit où elle est enchaînée depuis plusieurs mois pour une maladie du dos qui ne lui laisse aucun répit. “Mon mari était peintre, nous n’étions pas riches mais nous avions quelque chose à vivre”. Puis la guerre et le triste scénario que nous connaissions. “Nous sommes venus à Damas en frappant à de nombreuses portes pour demander de l’aide. Le seul qui est ouvert est le vôtre “. Rita parle du centre d’urgence ouvert par l’association pro Terra Sancta dans le couvent franciscain de Bab Touma, où nous nous occupons de cas difficiles comme celui-ci depuis plusieurs années. “Mon fils a 16 ans et a beaucoup souffert de la guerre. Il ne parle plus, il n’a pas d’amis, je suis désespéré ».

Au contraire, sa fille, âgée de quatre ans seulement, souffre d’un retard mental grave. Il bouge constamment la tête de haut en bas. Rita demande à son mari d’aller jouer avec elle quelques minutes à l’extérieur de la pièce. Tous les quatre vivent ensemble dans une petite pièce de 14 mètres carrés et partagent la petite cuisine avec d’autres familles dans un quartier pauvre de la capitale. “Sans l’aide reçue, je ne sais pas où nous en sommes maintenant.”

Rita est toujours au lit, son mari est à la recherche d’un emploi pour garder cette famille en proie à la guerre: ils ne peuvent pas émigrer, ils espèrent seulement pouvoir se prendre en charge et rester en vie, en attendant que l’économie se redresse. L’espoir de revenir à la vie aujourd’hui a un visage et une place. Le même endroit a également accueilli Hana, venue à Damas pour se faire soigner d’un cancer. Dans son pays, Hassakeh, aucun soin approprié n’a été trouvé. “Je ne pouvais pas aller et venir à chaque fois que je devais me faire soigner, alors j’ai cherché un endroit où m’arrêter. La Providence voulait que je rencontre les frères de Damas. Sans eux, je pense qu’aujourd’hui je ne serais pas là pour vous en parler “.

Le groupe de personnes aidées par nos projets qui ont démarré avec la collaboration de la paroisse est long et regorge d’histoires de ce genre. Dramatique, difficile, mais porteur d’espoir. La Syrie aujourd’hui. Damascene, aleppini, habitants de partout sur l’échiquier syrien où s’affrontent des puissances internationales. Les sanctions économiques les ont mis à genoux. Mais heureusement, il y a ceux qui font tout pour les tenir debout.

 

SOUTENIR NOS ACTIVITÉS

 

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer