Novembre 2019

“De Béthanie à Palerme pour découvrir la mer”. La belle initiative de la paroisse de Saints Cosmas et Damian

“Pourquoi la mer est-elle salée? Mais tout ça? », Demande innocemment Hussam, regardant la mer. Elle est l’un des sept enfants de l’orphelinat Jeel al-Amal (Génération de l’espoir), école et foyer pour garçons Bethany, hébergés par des familles de la paroisse de Saints Cosmas et Damian à Palerme du 29 octobre au 5 novembre. Les enfants, âgés de 9 à 13 ans, ont séjourné dans les maisons de Palerme pour participer aux activités organisées par la paroisse: dîners communautaires, excursions en montagne et, pour la première fois, en mer. Une mère qui a accueilli ce projet d’hospitalité nous dit: “Quand nous sommes allés nous promener le long du bord de mer, nous pensions seulement vouloir nous mouiller les pieds, mais dès que les enfants ont vu la mer, ils se sont jetés à la mer dans leur habillement!”

Les enfants du centre Jeel al Amal, en arabe “génération d’espoir”, vivent au-delà de l’un des 62 murs apparus dans le monde après la chute du mur de Berlin: la barrière de séparation entre Israël et les territoires palestiniens. Depuis Bethany, la ville de Lazare, le mur empêche tout accès direct à Jérusalem et les habitants sont soumis à des restrictions de circulation: pour cette raison, il n’est pas facile pour les enfants de l’orphelinat de voyager et de se déplacer. faire des voyages.

Une initiative de solidarité appuyée par Don Massimo Pernice, jeune et dynamique prêtre de Palerme, et par Osama Hamdan, directeur du Mosaic Center, en collaboration avec l’Association pro Terra Sancta. Le prêtre de Palerme nous dit: “Nous avons fait une promesse cet été et nous avons vu dans les yeux de ces enfants un peu de méfiance. Pour leur montrer notre sérieux, nous avons organisé ce premier voyage pour octobre ». L’idée du père Massimo est d’accueillir chaque été, pendant un mois, une centaine d’enfants dans le foyer familial fondé en 1972 par le couple chrétien palestinien Alice et Basil Sahhar pour les enfants perdus ou abandonnés par leurs parents. “Au début, la plus petite des deux enfants que nous avons accueillis avait de la difficulté à s’adapter à la nouvelle situation. De par ses attitudes méfiantes et ses yeux tristes, on pouvait clairement voir une grande souffrance “, explique Tiziana. “Nous avons entendu dire que le père avait une tumeur en phase terminale et que la mère l’avait abandonné pour se remarier. Grâce aux moments passés avec mes trois enfants, il s’est laissé aller et nous avons enfin vu un sourire sur son visage et le désir de jouer “. “Dans cet échange, nous avons donné mais surtout beaucoup reçu”, ajoute son mari. “Nos enfants ont vécu une expérience de bienvenue fondamentale. Le plus jeune n’a pas voulu que les nouveaux amis partent, alors que Marco, notre fils de quatorze ans, nous a dit qu’il voulait venir à Bethany pour faire du bénévolat à l’école “.

Le père Massimo a une idée très claire de la manière dont le pèlerinage doit être vécu: pour lui, connaître la Terre Sainte signifie connaître non seulement les lieux où Jésus a vécu, mais aussi la rencontre avec les gens qui y vivent aujourd’hui. Ces jours-ci, avec un groupe de pèlerins, il est retourné rendre visite aux enfants de l’école et de la maison de Béthanie et a rencontré les garçons du centre Mosaic à Jéricho. “L’art est un véhicule qui facilite grandement les échanges entre les cultures”, explique Don Massimo, qui, depuis sa première visite en Terre sainte en 2016, a établi une relation de grande amitié et de collaboration avec Oussama et les garçons du Centre Mosaic. “Nous, Palerme, nous sentons proches de la Palestine parce que notre ville est imprégnée de culture et d’art arabes”. Chaque fois qu’il se rend au centre, il offre un moment de dialogue et une visite à la mosquée locale: «C’est une expérience importante. Un croyant nous a dit que la sourate coranique nous parlait de Jésus et de Marie et il m’a embrassé la main lorsqu’il a appris que je suis un prêtre. Je crois que dans la différence, nous trouvons toujours la force qui unit ».

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer