Février 2019

Ecoles de Terre Sainte: lieux où se poursuit aujourd’hui la rencontre entre saint François et le sultan

“Le sultan est l’un des hommes les plus puissants de l’époque, un stratège militaire formidable et un esprit ouvert à la culture et aux arts. François est simplement un homme qui s’est senti appelé par Dieu à suivre les traces de Jésus-Christ, à vivre l’Évangile et à le proclamer pacifiquement à chaque créature. Les deux dialoguent, parlent et écoutent. “Ainsi commence le récit de la rencontre entre saint François d’Assise et le sultan Al Malik Al Kamil en juin 1219 à Damietta, lieu en Custode de Terre Sainte, le Frère Francesco Patton. dans lequel l’armée croisée et celle du sultan se faisaient face. Ce sont ces mots qui ouvrent la “Conférence sur la coexistence islamo-chrétienne à l’occasion du Mémorial du 800ème anniversaire de la rencontre entre saint François et le sultan Kamil” le 30 janvier dans les locaux du Terra Sancta College de Bethléem, organisée par le père Marwan, responsable de l’école.

La conférence fait partie du programme plus large des célébrations de l’anniversaire et est le résultat de la réflexion des étudiants âgés de 14 à 18 ans de l’école bétlémite, qui, avec leurs professeurs, ont mené diverses activités sur le thème du dialogue entre chrétiens et musulmans. Le projet vise à renforcer les liens de la communauté et à sensibiliser davantage à l’importance de la paix, de la coexistence et de l’acceptation de l’autre. En fait, chaque jour de classe, l’ancienne réunion relatée dans les sources franciscaines est à nouveau réalisée; La Terra Sancta College, la plus ancienne école de Bethléem, compte plus de 1180 étudiants, dont 63% de chrétiens et 37% de musulmans.

Le travail a impliqué les enfants de la conception préliminaire et le programme a été divisé en différentes phases: les étudiants ont assisté à la vision de deux films “Le sultan et le saint“, un docu-film du réalisateur Alex Kronemer et “Hala Lawain” (Et maintenant, où allons-nous?), un film de la réalisatrice libanaise Nadine Labaki, se déroulant dans un petit village du Liban où, en raison de la guerre, les relations entre chrétiens et musulmans sont exacerbées. À la fin de la projection, les élèves ont été divisés en groupes et ont produit un document, une “constitution” en dix points à adopter comme principe de la vie à l’école et au-delà.

“Ici, nous vivons comme un seul peuple, nous ne regardons pas les différences entre nous. Ici en Terre Sainte, nous poursuivons cette réunion “, a déclaré Linda Daklallah, enseignante d’anglais et de religion islamique et membre du comité organisateur,” nous ne voulons pas que nos enfants soient influencés par ce qui se passe dans le reste du monde “. Des autorités civiles et religieuses, tant des églises chrétiennes que des représentants musulmans, ont assisté à la conférence: le Custode de Terre Sainte Francesco Patton et le mufti (autorité religieuse islamique) de Bethléem Cheikh Abdel Majid Ata, le patriarche émérite Mgr Michel Sabbah Le maire de Bethléem, Anton Salman, et la ministre du Tourisme et des Antiquités de l’Autorité palestinienne, Mme Rula Maayah. Dans leurs discours, ils ont remercié les élèves et le personnel de l’école pour leur engagement et pour l’exemple du dialogue fructueux montré à l’ensemble de la ville de Bethléem.

“J’admire énormément le récit de cette réunion”, déclare le mufti cheikh Abdel Majid Ata “dans un monde où tout le monde en tue, et dans de nombreux pays islamiques, il existe des germes d’intolérance et des personnes qui nourrissent ces mauvais sentiments. vivre en paix. Le moment d’allumage du sapin de Noël est un bel exemple et le monde entier devrait se tourner vers notre fraternité “. Chez ATS pro Terra Sancta, nous travaillons chaque jour pour que ce petit panneau soit de plus en plus visible dans le monde.

SOUTENIR NOS ACTIVITÉS

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer