scuole libano giovani

Éducation : la beauté se découvrir. Achèvement d’un projet d’ampleur en Palestine

Giacomo Pizzi6 mars 2014

« Nous sommes tous unanimes : l’éducation est un facteur-clé dans la promotion du dialogue, mais comment pouvons-nous nous faire de cette conviction quelque chose de concret et systématique ? » C’est en ces mots que s’exprimait le Custode de Terre Sainte lors de la clôture d’un projet éducatif d’ampleur en Palestine. Ce projet, mené en partenariat par l’ATS pro Terra Sancta et la fondation AVSI fut financé par la Direction générale de la coopération et le développement (DGCS) du Ministère des Affaires étrangères de la République italienne. Il a donné un début de réponse à cette question simple mais cruciale.

Lancé le 1er Novembre 2010, le projet « Soutenir l’urgence éducative dans les territoires de l’Autorité palestinienne à Bethléem, Jéricho et Jérusalem-Est » s’est terminé le 28 février 2014. La cérémonie de clôture a eu lieu au Terra Sancta College de Jéricho en présence d’Alberto Repossi responsable du projet pour l’AVSI, le frère Custode président de l’ATS pro Terra Sancta, Davide La Cecilia consul général d’Italie à Jérusalem, Ali Zeidan ministre de l’Éducation du gouvernement palestinien et Giampaolo Silvestri directeur exécutif de la Fondation AVSI.

Ce projet a impliqué 14 établissements scolaires privés et publics : 4 à Jérusalem-Est, 5 à Bethléem et 5 sur Jéricho. Parmi les différentes actions soutenant les écoles primaires et secondaires on retrouve des programmes de formation pour les enseignants (109 sessions dispensées) et des ateliers pour les travailleurs sociaux et les parents (19 ateliers) ; à noter également l’octroi de bourses d’études pour l’Université et de nombreuses activités parascolaires (au nombre de 136) qu’ont fréquentées les étudiants les plus défavorisés. Cette initiative a bénéficié à 6739 étudiants – dont 515 handicapés – leur offrant chaque année 532 de bourses d’études. Comme dit précédemment, ce ne sont pas seulement les enfants et les étudiants qui ont bénéficié de ce projet mais aussi 784 familles et 1495 enseignants, tous invités à réfléchir largement sur le concept d’éducation.

Comme le soulignait le frère Custode, « cette expérience est un succès grâce à l’efficace collaboration des divers organismes investis,  l’ATS pro Terra Sancta et l’AVSI.  Elle sera poursuivie par la création d’un réseau de soutien à l’éducation en Palestine » où le taux de fréquentation dans les écoles secondaires ne dépasse pas 65 %.

L’ idéal éducatif qui sous-tend ce projet a clairement émergé de la table ronde à laquelle avaient participé Luca Montecchi, responsable du département international de la Fondation du Sacré-Cœur, Terry Durnnian, directeur du Développement de l’UNICEF, Diana Daaboul, responsable du département Education spécialisée de l’Arabic society, Gloria Nasser, assistante sociale à l’école St Joseph de Bethléem, Luisa Cogo, responsable des travaux d’enseignement à l’étranger pour la Compagnia delle Opere, Osama Hamdan, directeur du Centre de mosaïque de Jéricho et Carla Benelli, coordinatrice des activités culturelles de l’ATS pro Terra Sancta. Ces deux derniers ont présenté un texte sur la valeur et la beauté de l’art de la mosaïque en Terre Sainte. Art qui a fait l’objet d’études et que de nombreux jeunes ont pu expérimenter directement à travers le projet.

Éduquer avec l’idée de mettre à contribution l’environnement qui entoure l’élève – familles et enseignants – comme le préconise l’enseignement de Don Luigi Giussani et l’école franciscaine fait partie d’une approche globale qui a pour objectif la découverte de soi sans exclure personne. Une mission que doit porter l’Ecole en n’étant pas son propre centre de référence mais un lieu ouvert sur l’extérieur qui implique tous les acteurs du processus éducatif. Le projet a mis l’accent sur la formation au dialogue des futurs citoyens et de la classe dirigeante de la Palestine faisant des bancs de l’école des ponts vers la paix. Il s’agit bel et bien d’une première et brillante tentative et ce grâce à la générosité de nombreux donateurs qui nous l’espérons nous soutiendrons encore sur ce chemin de l’éducation à la paix en Terre Sainte.