Juillet 2019

Éduquer par la musique: l’expérience des jeunes Palestiniens à Bethléem

Après deux ans de cours, la semaine dernière, un groupe de 20 étudiants et professionnels palestiniens a terminé le cours de Musicothérapie « Tu me trouveras dans le son». Le projet a été promu par Association pro Terra Sancta en collaboration avec l’Université de Bethléem, l’Association italienne de Musica Prima, le Centre SPAEE “Service de Psychologie de l’Apprentissage et de l’Éducation en âge de développement” de l’Université Catholique de Milan et l’Association Realmonte.

Lancé en juillet 2017, le cours de formation a débouché sur une formation complète et approfondie dans le domaine de la musicothérapie. Cette discipline est efficace dans le domaine de la réadaptation, de l’appui dans les domaines de l’éducation et de la prévention, et le cours s’est inséré de manière appropriée pour répondre à un besoin local fort. En effet, la situation de conflit persistant cause encore aujourd’hui une série de problèmes liés au stress psychologique, à l’augmentation du niveau de violence à la maison, à l’école et plus généralement au niveau communautaire. La résilience des enfants, des adolescents, des familles et des personnes dans le besoin est souvent compromise par le manque de soutien psychologique et pédagogique.

La musicothérapie peut prendre soin des enfants avant leur naissance, pendant leur grossesse et leur développement, en particulier si ils ont des problèmes. De plus, dans les domaines de la rééducation, de la psychiatrie et avec les personnes âgées, la musicothérapie est une ressource très importante, à la fois pour l’individu et pour les groupes, permettant aux personnes de s’exprimer, d’être entendues et accueillies sans jugement.

Le projet a offert à un groupe de professionnels et d’étudiants une formation globale de 280 heures répartie en conférences, travaux pratiques et stages, avec examen et thèse en annexe. Des enseignants et des professeurs universitaires d’importance internationale et locale ont pu guider ces étudiants dans l’acquisition de connaissances psychologiques, pédagogiques et scientifiques relatives à l’utilisation des techniques de musicothérapie.

Dario Benatti, Musicothérapeute et Professeur à la Faculté de Psychologie et de Sciences de l’Éducation de l’Université Catholique de Milan, a été impliqué dans la gestion de l’enseignement général du cours depuis le début. Au cours des dernières semaines, il était à Bethléem pour la dernière partie du programme et il a exprimé sa grande satisfaction pour le travail en cours: « C’était très intéressant de voir comment les étudiants évoluaient, comment ils grandissaient et comment ils développaient lentement des ressources. La bonne chose pour moi était de découvrir comment la musique arabe et occidentale pouvait échanger du contenu; je pense qu’en conduisant ces étudiants, j’ai aussi beaucoup appris d’eux ».

Le professeur a également expliqué comment il souhaitait offrir aux étudiants du cours une formation soignée, approfondie et de qualité: « Dans le domaine de la musicothérapie, il est facile de confondre la musicothérapie avec quelque chose qui ne peut que divertir. La Musicothérapie n’est pas cela, elle construit des projets éducatifs et thérapeutiques avec des objectifs spécifiques basés sur la personne ou le groupe qu’on a devant. C’est aux étudiants d’apporter professionnellement cette discipline dans les établissements de réadaptation sociale palestiniens, de s’occuper avec la musique des personnes qui ont besoin, d’acquérir une expérience à partir des connaissances données au cours de ces années ».

Le professeur Benatti a également pu apporter sa musique lors d’un concert organisé avec Vincenzo Bellomo, responsable d’Association pro Terra Sancta à Bethléem, le mardi 9 juillet au soir à la Guest House “Hosh Al-Syrian Bethléem” dans le centre historique. Un voyage à la guitare dans la musique du Moyen Âge à nos jours. Un dialogue musical où la beauté de la structure, le climat d’écoute des présents, l’échange de voix sur la musique ont permis d’approfondir les notes données par le professeur.  À la fin du concert, deux filles du cours de musicothérapie ont interprété quelques chansons traditionnelles palestiniennes en duo. Une soirée où la musique était vraiment le protagoniste, où l’art racontait de nombreuses histoires d’Ouest en Est.

 

SOUTENIR NOS ACTIVITÉS

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer