Décembre 2018

« Envie d’eau » à Bethléem: de nouveaux réservoirs d’eau comme cadeaux à Rana et à sa famille

Pouvoir prendre une douche chaude, faire la lessive, cuisiner et faire la vaisselle sont des actions que nous faisons très souvent automatiquement, sans penser à la mesure dans laquelle, dans de nombreuses régions du monde, sont des privilèges que peu de personnes peuvent apprécier.

Bethléem est l’un de ces endroits moins fortunés. En observant l’étendue des maisons qui s’étend depuis la basilique de la Nativité, le regard ne peut que s’appuyer sur les centaines de chars qui, parmi les croix des clochers, poussent sur les toits sont de grandes citernes noires ou blanches que les habitants utilisent conservez l’eau pour pouvoir la consommer dans les moments difficiles. Le manque d’eau afflige Bethlehem à une fréquence extrême, les données des organisations internationales et de la PWA (Autorité palestinienne de l’eau) sont alarmantes: un ancien système d’alimentation en eau, avec des dommages aux canalisations, ne garantit pas toujours une eau potable et potable, et l’eau courante atteint les maisons seulement 20 jours par mois, les boîtes de conserve sur les toits sont un outil indispensable pour faire face aux inconvénients.

Nous avons suivi Muna et Naila, respectivement responsable du bureau technique et assistant social de l’ATS pro Terra Sancta à Bethléem, lors de la visite d’une maison dans laquelle l’installation de deux nouveaux réservoirs venait juste d’être achevée. Rana ouvre la porte de la maison en nous accueillant avec un grand sourire, nous invite à entrer et nous fait asseoir dans son salon avec ses deux fils Rami de 17 ans et Hussam de 13 ans. La plus grande, Miriam n’est pas chez elle car elle étudie à l’université. Rana ne parle pas anglais, mais grâce à l’aide de Naila, Muna et son fils aîné, nous pouvons communiquer avec elle et nous laisser raconter son histoire. L’histoire de Rana et de sa famille est semblable à celle de beaucoup d’autres personnes ici à Beltemme: emplois mal rémunérés et nombreuses dépenses, notamment pour assurer une bonne éducation à leurs enfants. Rana vient de trouver un travail dans une boulangerie, son mari Ahmad, un journalier, ne peut pour l’instant pas travailler. En fait, à la situation familiale compliquée d’un point de vue économique, un problème judiciaire s’ajoute: Ahmad, pour aider la famille, a été le garant du frère d’une grosse somme d’argent qu’il n’a malheureusement pas pu rendre. La loi est très claire: non seulement le débiteur, mais aussi le garant en son nom, en cas de non-paiement, risque de nombreuses années d’emprisonnement et pour cela Ahmad a dû fuir Bethléem.

En difficulté extrême, Rana a trouvé le courage de demander de l’aide et s’est tournée vers ATS Pro Terra Sancta: “Au départ, je ne voulais pas, mais je l’ai fait pour le bien de mes enfants, nous avons été obligés d’acheter des bouteilles en plastique pour nous laver, mais maintenant nous avons moins d’inquiétude et vivons avec moins de stress “.

Restons avec eux un peu plus longtemps pour pouvoir dire à Hussam comment se passe l’école, le test de maturité auquel Rami devra faire face cette année et les aspirations de ces enfants, et lorsque nous leur demanderons ce qu’ils veulent pour ce Noël: “ATS il nous a déjà fait un beau cadeau, maintenant nous voulons seulement pouvoir rester ensemble avec notre père “.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer