Juillet 2018
donne betania

Les femmes au travail: développement et amitié à Béthanie

La ville de Béthanie est célèbre pour le tombeau de Lazare, lié à l’épisode de sa résurrection, mais aussi pour les différentes figures féminines qui ont écrit l’histoire. Dans les Evangiles, Marie et Marthe (les deux sœurs de Lazare) ont été paradigme d‘hébergement et l’hospitalité envers Jésus, quand Marie oignit le Seigneur de parfum et lui essuya les pieds avec ses cheveux (Jn 12: 1-2). De cet épisode l’idée d’encourager la production de savons et d’huiles pour les pèlerins et les visiteurs, faites par les femmes d’une ville qui aujourd’hui, en raison de la situation politique, traverse une graves difficultés économiques, sociales et environnementales. Pour cela dans le projet de développement historique, la vie sociale et culturelle de la ville développée autour du sanctuaire de Lazare, ATS pro Terra Sancta avec le Mosaic Center de Jéricho, il a décidé de soutenir des femmes Shorouq Society Association pour les femmes, dans le but d’améliorer conditions de vie de la population. L’objectif est d’offrir des opportunités de développement économique durable telles que de nouvelles opportunités de marché et la commercialisation de produits de qualité liés au lieu.

« Face à la dégradation de l’environnement doit récupérer le facteur ‘terrestre’, », dit Andrea Primavera, ingénieur agronome qui pendant trois jours a enseigné un cours sur la production de savon et d’autres produits cosmétiques fait naturellement. “La Palestine est riche en deux matériaux principaux pour la production de savon: l‘huile et la cire d’abeille, à laquelle est ajouté le soda”, explique-t-il. “Mais pour créer un produit à valeur ajoutée, nous avons pensé à utiliser des ressources naturelles uniques“. Chaque plante est une source de substance, donc après une première production de savons, trois filles ont appris à produire une crème pour les mains avec de la cire d’abeille, de l’extrait d’olive et des huiles essentielles de plantes aromatiques locales.

«J’ai étudié la pharmacie – dit Angan – et j’ai toujours voulu développer de nouveaux produits pour le soin du corps et c’est une grande opportunité pour moi de grandir». Pour Wean, un jeune cuisinier qui a étudié la science alimentaire, la nourriture c’est la vie. “J’aime mélanger les odeurs, les couleurs et les saveurs naturelles typiques de la tradition culinaire de ma terre”. Elle a également suivi le cours, en se concentrant principalement sur les leçons théoriques: “ces jours – elle explique – j’ai appris à reconnaître l’importance de l’huile, pas seulement dans la cuisine. Il était fondamental pour moi de reconnaître les odeurs et les propriétés de nombreuses plantes qui sont très importantes pour ceux qui veulent bien manger et de manière saine “. Avec eux travaillait également Deema, une jeune femme de ce centre située à deux pas de l’église orthodoxe grecque qui rappelle la rencontre de Jésus avec Marthe et Marie et aussi pour elle des journées d’échanges culturels intenses.

« Ce partenariat est basé sur la force des femmes », dit Fatma, une femme énergique qui depuis des années cherche à développer les talents, les passions et les études de nombreuses femmes dans sa ville, grâce à la collaboration avec d’autres associations. « En améliorant les techniques de production et de meilleurs outils, en se concentrant également sur les emballages et les modalités de vente, nous aimerions recevoir de nombreux pèlerins et visiteurs, car nous ne pouvons briser les murs qui créent la souffrance et qui nous divisent. » Et grâce à ces activités, Béthanie peut redevenir une ville d’acceptation fraternelle sur le modèle de ces femmes qui, il y a deux mille ans, ont accueilli Jésus dans sa maison en tant que frère et Messie.

Découvrez nos activités à Béthanie!

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer