Février 2014

Gethsémani : conclusions d’un projet important pour Jérusalem et pour ses jeunes

C’est en 2011 que la collaboration a commencé, sous le signe de l’amitié et de la paix, entre Jérusalem et la commune de Rovereto pour le projet “Gethsémani, conserver le passé et former l’avenir”. Le but était la restauration de la mosaïque de l’Eglise des Nations (aussi appelée Gethsémani), mais avec une attention toute particulière envers l’implication de la communauté locale: six jeunes provenant de Jérusalem ont en effet été formés à la restauration des mosaïques et 1500 enfants ont visité la basilique et le chantier.

L’objectif est de renforcer le lien entre les jeunes et leur propre territoire et de leur enseigner à valoriser les richesses historiques et artistiques de cette ville. Un objectif atteint haut la main, qui a vu son couronnement le 31 janvier 2014 avec la remise des certificats aux six jeunes palestiniens (trois garçons et trois filles), en présence de l’ambassadeur palestinien du Saint-Siège Aissa Kassissieh, du consul italien Elena Clemente, du maire de Rovereto Andrea Miorandi, du directeur adjoint de l’association Campana dei Caduti Lorenzo Saiani, de l’économe de la Custodie de Terre Sainte frère Ibrahim Faltas, du maire de Bronzolo Benedetto Zito et de Carla Benelli et Osama Hamdan, coordinateurs du projet pour l’ATS pro Terra Sancta et pour le Mosaic Centre de Jéricho.

La cérémonie s’est déroulée au Ma’mal, centre culturel palestinien dans la vielle ville de Jérusalem. Toutes les autorités présentes ont souligné le lien historique entre l’Italie et la Terre Sainte, sous le signe de la coopération, avec le regard tourné soit vers le passé, pour la sauvegarde des biens artistiques, soit vers le futur, en formant et en sensibilisant les jeunes palestiniens à la culture du beau, ainsi qu’en les éduquant à la paix.

Carla Benelli et Osama Hamdan ont décrit cette expérience d’une année et demie avec les jeunes, soutenus et formés à faire face à une proposition fascinante mais fatigante en même temps. Ce sont dix milions de tesselles que les jeunes restaurateurs et mosaïstes professionnels ont nettoyés, pour restituer leur splendeur antique à des mosaïques de qualité, avec des détails de haute précision, datant des années 20 du siècle dernier. Les jeunes ont aussi restauré des lambeaux byzantins, auquels fait référence la fameuse pèlegrine Egérie, du IVe siècle, dans son Itinerarium. Un trésor qui risquait d’être perdu, comme l’a souligné Osama Hamdan, à la suite de l’infiltration d’eau par le plafond (réparé par des artisans experts du Trentin), avec un préjudice particulier à la base des voûtes, entre autres.

La formation donnée à ces jeunes palestiniens a été pluridisciplinaire, leur enseignant non seulement les techniques, mais leur proposant aussi des leçons théoriques d’histoire de l’art et des visites guidées avec des professeurs experts.

Grâce à ce projet, les jeunes ont donc développé un talent et des compétences spécifiques, si peu diffusées en un territoire inversement si riche en mosaïques. Et ils ont maintenant devant eux une perspective d’emploi en tant que restaurateur et artisan en mosaïque.

Ce projet prévoit une nouvelle phase de développement qui concernera l’église du Dominus Flevit dans les mois qui viennent et qui verra la participation de la commune de Bronzolo.

Beauté, culture et travail en tant que route pour la paix, dont le signe sont les traces des projectiles de la guerre de 1967, laissées dans les mosaïques de la façade du Gethsémani pour affirmer que la haine n’a jamais le dernier mot mais que la paix est un bien à construire ensemble.

p1080602
p1080604
p1080605
p1080607
p1080608
p1080611
p1080613
p1080615
p1080620
p1080623
p1080627
p1080633
p1080664
p1080667
p1080670
p1080671
Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer