Juillet 2019

Jérusalem. Avec les camps d’été au Terra Sancta Museum

L’été et les vacances scolaires tant attendues peuvent se transformer en une période détestable pour les jeunes de Jérusalem-Est et de nombreuses villes palestiniennes: le manque d’espaces publics, récréatifs et culturels est un problème persistant qui mine profondément la vie quotidienne. des enfants et de toute la communauté. Bien que la forte chaleur estivale ne décourage pas les nombreux jeunes qui se voient jouer dans les rues de la vieille ville, une fois l’année scolaire terminée, trouver des loisirs et des loisirs éducatifs devient une tâche ardue pour les garçons et leurs parents. Il y a ceux qui se contentent de jouer au football en utilisant les arches de pierre séculaires des ruelles comme objectifs de football, ceux qui font des courses cyclistes imprudentes en slalom parmi les touristes et ceux qui passent quelques heures dans les magasins de souvenirs de leurs parents. Par ailleurs, de nombreux enfants participent aux camps d’été en participant à des activités de groupe organisées. Il ne faut donc pas s’étonner si, de nos jours, dans le couvent de la Flagellation, où se trouve le musée Terra Sancta Museum, vous pouvez voir de nombreux groupes d’enfants et d’adolescents vêtus de chemises et de chapeaux aux couleurs vives qui se promènent dans le sanctuaire et les salles du musée. Grâce à un projet de l’Association pro Terra Sancta et du Mosaic Center Jericho, de nombreux jeunes participant aux camps d’été ont la possibilité de faire une visite guidée et de mener des activités éducatives au sein du musée.

Cette idée reflète la forte vocation sociale du musée, qui se veut un lieu où non seulement les pèlerins et les touristes peuvent approfondir l’histoire ancienne et les racines chrétiennes de Jérusalem, mais aussi un centre qui peut offrir une opportunité culturelle à toute la communauté. pédagogique qui transmet le respect de toutes les religions et cultures présentes en Terre Sainte.

Dans un contexte aussi complexe, où la religion, qui constitue un aspect fondamental de la société, peut devenir un prétexte pour nourrir les ressentiments et les divisions, le Terra Sancta Museum a pour objectif de servir de pont entre différentes cultures. Aujourd’hui, il s’agit du seul musée de la vieille ville de Jérusalem présentant des objets archéologiques appartenant aux différentes religions et cultures qui ont traversé la Terre sainte au fil des siècles.

Plus de quatre cents jeunes qui ont visité le musée en juin et juillet sont musulmans: “Nous voulons que nos enfants connaissent l’histoire et la culture de Jérusalem de leurs yeux et qu’ils connaissent également d’autres religions”, a déclaré Nihad Abassi, un une jeune éducatrice qui travaille pour le Mosaic Center, qui s’est chargée de contacter les écoles et les groupes d’été. Tous les enfants en visite ont été invités à concevoir un objet, une découverte archéologique ou un moment qui les avait frappés au cours de la visite. Nihad croit fermement en cette méthode: “Lorsqu’un enfant dessine un objet qu’il a observé, il le fait et ne l’oubliera pas car il gardera le souvenir de l’expérience”. Shereen 12, par exemple, a été guidée par la beauté des objets exposés et a conçu la collection de vases en terre cuite du Ier siècle. Av. J.C. exposés dans le hall de la vie quotidienne au temps de Jésus.

Beaucoup d’enfants se sont montrés enthousiastes, restant «bouche bée», pour la vidéo multimédia qui illustre l’histoire de Jérusalem, beaucoup d’entre eux demandent à pouvoir y retourner. Ali, 11 ans, de religion musulmane, a conçu Jésus qui porte la croix parce qu’il a été frappé par les images projetées dans la vidéo. Les dessins seront exposés au musée afin de faire connaître le projet à tous les visiteurs.

“Les Palestiniens n’ont pas beaucoup d’occasions de voir des musées de ce type, même l’archéologie est une affaire de conflit. Le musée Terra Santa est un musée qui parle à tout le monde et raconte une histoire palestinienne d’une grande richesse multiculturelle “, déclare Daud Ghoul, du Réseau des arts de Jérusalem” Shafaq “. Lui aussi, parmi les promoteurs de visites scolaires au musée Terra Sancta, ainsi que l’association pro Terra Sancta, s’engage à mener à bien le projet afin que de plus en plus d’écoles et d’enfants et d’adultes puissent bénéficier de cette formidable opportunité.

SOUTENIR NOS ACTIVITÉS

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer
sur le même sujet

Restez au courant : L’expérience d’Eleonora à Chypre (Juin 2019)

SBF Archaelogical Collections du Terra Sancta Museum: préparation et découvertes en attente de l’ouverture (Mai 2018)

Les mortiers du chantier du Terra Sancta Museum (Janvier 2018)

Avec Rozan et Dima au Terre Sancta Museum (Octobre 2017)

Terre Sainte Muséum, sur la Voie Douloureuse: personne ne le sait. Pourquoi? (Février 2017)

Douze ans Custode. Douze ans Président (Juin 2016)

Terra Sancta Museum – Via Dolorosa (Mai 2016)

Découvrez la Via Dolorosa! (Mars 2016)

Terra Sancta Museum : que le spectacle commence ! (Mars 2016)

Terra Sancta Museum: en attendant les locaux, les collections se préparent (Août 2015)

Terra Sancta Museum, une cérémonie célébrée par le Custode de Terre Sainte pour la pose de la première pierre (Juin 2015)

Musée du Saint Suaire de Turin: avant-première du Terra Sancta Museum (Mai 2015)

Terra Sancta Museum, Jérusalem (Septembre 2014)

Jacopo et les médailles de la collection Piccirillo : le récit d’un archéologue volontaire à Jérusalem (Avril 2014)

Le projet du Terra Sancta Museum présenté aux consuls de Jérusalem (Mars 2014)

Les activités d’étude et de valorisation du patrimoine archéologique de la custodie se poursuivent en vue du nouveau Terra Sancta Museum (Décembre 2013)

Bulletin du musée archéologique : les nouvelles de septembre et octobre (Novembre 2013)

L’histoire de la pharmacie antique des franciscains à Jérusalem (Octobre 2013)

Retour à Jérusalem du Trésor du Saint-Sépulcre après l’exposition de Versailles (Août 2013)

L’histoire de Terre Sainte (Juillet 2013)