Novembre 2019

Jérusalem. Ensemble avec les soeurs de St. Elizabeth au service de la Terre Sainte

Les dix soeurs tertiaires franciscaines, filles de Sainte Elisabeth qui vivent à Jérusalem, viennent d’Indonésie, d’Inde, du Vietnam et d’Italie. La famille religieuse, née dans la région du Haut Casentino le 26 mai 1888, est en mission en Terre sainte depuis le 23 juin 2016. Les fondateurs, Mère Francesca Casci et Don Giuseppe Marchi, ont suivi les enseignements apostoliques de saint François d’Assise et Sainte Elisabeth de Hongrie. Au lieu de cela, pour l’aspect contemplatif, tout aussi présent, ils ont fait référence à San Romualdo, abbé de Camaldoli. Pour les Soeurs de Sainte Elisabeth, la vocation méditative coexiste avec celle apostolique. Leur journée est marquée par des moments de partage de la parole de Dieu (ils prient seuls pendant au moins une heure par jour) et par des services pour les pauvres, les enfants, les jeunes, les malades, des activités correspondant au charisme de la fondatrice. “À Sainte Elisabeth, nous retrouvons son amour pour le Christ, pauvre et crucifié, et sa spiritualité eucharistique marquée, avec une attention extraordinaire pour toutes les créatures dans le besoin, des traits qui distinguent notre famille religieuse”, a déclaré sœur Mariangela, directrice de la maison. de Jérusalem.
Initialement initiées avec l’accueil de volontaires et de jeunes pèlerins à la Casa Maria Bambina, les tâches de l’apostolat basé à Jérusalem sont variées et très différentes les unes des autres. Chaque sœur s’acquitte de sa tâche avec soin et attention: certaines enseignantes de l’école maternelle de la Terra Santa School effectuent des travaux de nettoyage à la sacristie ou au sépulcre, travaillent à la cuisine, à la blanchisserie et à l’infirmerie et, en tant que sœur Elisabetta dirige le personnel du musée Terra Sancta, un projet culturel soutenu par l’association pro Terra Sancta. “La chapelle de la Flagellation est devenue ma place de cœur à Jérusalem”, a déclaré la religieuse indienne, l’une des premières religieuses indiennes à entrer dans l’ordre. Soeur Elisabeth vient d’arriver à Jérusalem depuis un an et son travail au musée lui permet d’être en contact avec les pèlerins qui viennent en Terre Sainte pour retracer les pas de Jésus: «Ceux qui viennent au musée cherchent souvent aussi un signe spirituel, etc. nous devenons nous-mêmes un instrument de témoignage ».
Le lieu le plus évocateur pour Sœur Elena et Sœur Mariella est le Saint-Sépulcre: “Quand je nettoie la chapelle des Francs au Calvaire, je me sens très chanceux de pouvoir nettoyer et prier dans un lieu aussi saint”. Soeur Joella dit pouvoir se isoler malgré le bruit des nombreux visiteurs et percevoir “une paix et un silence intérieur qu’on ne trouve pas ailleurs”.
“Etre chanceux de pouvoir vivre à Jérusalem” est une phrase qui revient dans la pensée de chacun d’entre eux: “Quand je prie Gethsémani, je me sens en communion avec le Christ Jésus, je sens que je peux vivre une expérience privilégiée”, dit Sœur Laura. Originaire d’Indonésie, il est arrivé à Jérusalem lorsque la société mère a été créée pour s’occuper de Maria Bambina, une maison pour les volontaires et les groupes de pèlerins qui ne peuvent se permettre de rester à l’hôtel. En fait, les Sœurs de Sainte-Élisabeth aident également les franciscains dans leur mission d’accueil des pèlerins venus du monde entier pour visiter la Terre Sainte. “Les garçons et les gens que nous hébergeons, dit Soeur Laura, sont très reconnaissants et cela me remplit le cœur de joie”.
Le 18 novembre, les filles de sainte Elisabeth ont célébré l’anniversaire de la mort de la princesse de la charité avec les bénévoles, les invités de la maison et les frères franciscains. Lors de la messe solennelle célébrée dans la chapelle de Maria Bambina, le gardien Francesco Patton les a remerciés pour le service quotidien précieux qu’ils accomplissent pour la Custodie de Terre Sainte et pour la communauté de Jérusalem.
Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer