Mai 2019
ATS Betania

La belle Iftar avec les femmes de Béthanie

Le terme arabe Iftar indique le moment où les fidèles musulmans commencent à boire et à manger après avoir passé la journée en jeûne complet de l’aube au coucher du soleil. Le jeûne est une pratique religieuse de l’islam qui dure tout le mois de Ramadan, mois au cours duquel on se souvient de la révélation du Coran à Mahomet. L’iftar est généralement un moment de convivialité à vivre en famille ou entre amis.

Au crépuscule, vous pouvez sentir une anticipation anxieuse dans les airs, tout est suspendu jusqu’à l’annonce du muezzin. En fait, ce n’est que lorsque tous les minarets peuvent entendre la chanson religieuse être entonnée que les fidèles peuvent retourner boire et manger à nouveau. Après une journée chaude, qui pendant les mois chauds devient un test difficile à affronter, l’un des meilleurs moyens de se rafraîchir est de boire du jus d’amande douce ou du tamar (une boisson à base de dattes) accompagné de dattes mûres sucrées. Ainsi a débuté l’iftar que les femmes de l’association Bethany Shorouq ont préparé pour les femmes de l’Association de l’association pro Terra Sancta et pour certains membres du Mosaic Center: un dîner de partage pour faire connaître les traditions musulmanes et vivre ensemble un moment d’échange personnel en dehors de la relation de travail proprement dite.

L’association pro Terra Sancta soutient en effet les nombreuses activités qui se déroulent dans ce centre pour femmes situé à Lazare: de la fabrication de savons et de crèmes de beauté à base de produits naturels présents dans la région, à la broderie de vêtements et de tenues selon des techniques traditionnelles. , jusqu’à la préparation des repas pour les écoles des écoles de Bethany.

En outre, Sourouq organise des cours de formation et des réunions sur la prévention du cancer du sein, soutient les femmes dans le besoin et tente de contribuer à la création d’activités entrepreneuriales à petite échelle pour les femmes. “J’ai rencontré l’association parce que ma mère s’était rendue au centre pour diagnostiquer son cancer – nous a dit Shereen – j’ai étudié la photographie et les beaux-arts, grâce aux cours de Shourouq, j’apprends à faire connaître mon art”. Aamaal, 19 ans, a également une passion pour l’art, une tradition que sa famille a transmise de génération en génération. Aamaal, atteinte d’un handicap moteur sévère depuis son enfance, l’association l’aide pour les soins médicaux. Dessiner et peindre sont pour elle une passion et un moyen de s’exprimer. “Elle a une page sur Instagram où je poste ses travaux”, explique sa soeur Fareeda, qui prend soin d’elle et la suit constamment. Au dîner, de nombreuses jeunes filles ont profité des services offerts par la Société des femmes de Bethany: “Si vous avez une idée, Shourouq vous aide à la développer, organisez des cours approfondis pour apprendre à améliorer nos activités” confirme Hasna, avec arme sa belle petite fille Nouf. “Je suis nutritionniste: je cuisine pour des fêtes privées, des mariages et je m’occupe également de l’organisation et de la préparation”. Hasna a 29 ans et a deux jeunes enfants. Son mari avait une entreprise à fermer. il nous fait comprendre par ses paroles qu’il n’est pas facile pour une femme palestinienne de trouver un emploi, d’ouvrir une activité et d’aider à entretenir une famille.

Beaucoup d’histoires personnelles qui ont émergé d’un goût de Kabse (un repas de riz épicé, de légumes, de raisins secs et de poulet), de riches salades et de kubbeh (boulettes de viande frites) et de nombreux autres mets délicats préparés par Dima et les autres dames du centre. Même Dima, 24 ans, étudiant en nutrition, sa passion est la cuisine: «J’ai créé ce plat à base de haricots verts, de champignons, de yogourt et de gingembre, qui devrait être consommé à la fin du repas pour faciliter la digestion. J’utilise beaucoup les herbes, au lieu des épices quand je cuisine et j’essaye de créer des plats bons et sains “.

“Echanger des recettes, apprendre à préparer de nouveaux plats de la tradition locale est un moyen différent d’entrer en contact avec eux et de créer un lien de confiance mutuelle”, déclare Maria Stella d’Associazione Pro Terra Sancta. “Ces moments d’échange nous aident à faire de notre mieux. travail constant pour promouvoir et soutenir la communauté locale “

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer