La Custodie de Terre Sainte

« Custodie de Terre Sainte » : tel est le nom au travers duquel est connu aujourd’hui l’Ordre des Frères mineurs présent dans la partie orientale de la Mer Méditerranée depuis les débuts de l’Ordre, fondé par Saint François en 1209 et gardien des Lieux Saints au nom de l’ensemble de la Chrétienté.

«Saint François a été l’homme de l’Incarnation. L’homme épris du Christ qui se fait homme. François veut s’identifier y compris physiquement à Jésus, il désire devenir un avec lui, y compris dans le sens le plus concret du terme. Et tu ne peux t’identifier à Jésus en faisant abstraction du lieu où il a vécu». Père Pierbattista Pizzaballa, Custode de Terre Sainte.

Synthèse historique

Avec le Chapitre général de 1217, qui répartit l’Ordre en Provinces, voit le jour la Province de Terre Sainte, qui s’étend à toutes les régions du bassin sud-est de la Méditerranée et comprend la terre natale du Christ et les lieux de la réalisation du mystère de notre Salut. De 1219 à 1220, François séjourne en Terre Sainte, séjour au cours duquel il rencontre et dialogue avec le Sultan, qui était considéré comme l’ennemi par excellence, l’infidèle. En 1263, la Province de Terre Sainte est réorganisée en entités plus réduites, appelées Custodie.

Malgré les nombreuses difficultés dérivant de la conquête musulmane de la Terre Sainte, les Frères mineurs continuent à y être présents de manière tenace et passionnée et à y exercer toutes les formes possibles d’apostolat. En 1333, grâce à la générosité de la famille royale de Naples, qui acquièrent du Sultan d’Egypte le Saint Cénacle et les droits relatifs aux célébrations au Saint Sépulcre et les offrent aux frères, la possession légale de certains Sanctuaires et le droit d’usage relatif à d’autres devient définitif en faveur des franciscains. La Bulle de Clément VI de 1342 approuve l’action de la famille royale de Naples et la rend officielle au travers de la Constitution juridique de la Custodie de Terre Sainte.

En 1992, le Pape Jean Paul II a adressé une lettre autographe au Ministre général de l’Ordre des Frères mineurs dans laquelle il rappelait la remise de la garde des Lieux Saints à l’Ordre et a exhorté à continuer à remplir le mandat qui leur avait été confié un temps par le Siège apostolique. A l’occasion du Grand Jubilé de l’an 2000, le Pape Jean Paul II rappela au monde que les Frères mineurs sont custodes des Lieux Saints par volonté et selon le mandat de l’Eglise Universelle. L’actuel Custode, le Père Pierbattista Pizzaballa, résume de cette manière la signification de la Custodie :

«Conserver les Lieux Saints : telle a été notre première mission et elle le demeure encore aujourd’hui… …après la fin des Croisades, les seuls à avoir pu demeurer dans une terre qui se trouvait entre les mains des musulmans furent les franciscains. C’est pour cela que le Pape confia à l’Ordre la mission de récupérer les Lieux Saints du Salut et ensuite d’en assurer la garde, mais aussi de reconstituer une présence catholique autour des sanctuaires, afin de sauver un principe essentiel : faire en sorte que ceux-ci ne soient pas seulement des pierres mais des « pierres vivantes».

La Custodie aujourd’hui

La vocation franciscaine en Terre Sainte s’articule aujourd’hui autour de trois axes principaux :

La prière dans les Lieux Saints

La prière quotidienne des frères dans les Lieux Saints rappelle à tous que ces Lieux ne sont pas des Musées. Chacun d’entre eux commémore un moment particulier de la vie du Christ ou de ses disciples. Y prier, faire mémoire de l’Histoire du Salut, signifie rendre présent le Christ lui-même.

L’accueil des pèlerins

La mission des franciscains est d’aider les pèlerins du monde entier non seulement à demeurer dans les Lieux Saints mais également à y parcourir un itinéraire de foi.

Le service des plus pauvres et la sauvegarde de la chrétienté

La Custodie s’est toujours engagée à conserver non seulement les Sanctuaires dans le sens physique du terme, mais également à préserver les « pierres vivantes » de Terre Sainte, à savoir les communautés chrétiennes locales qui vivent dans des conditions difficiles en Terre Sainte. Dans l’ensemble des pays du Proche-Orient dans lesquels la Custodie est présente, les communautés chrétiennes se trouvent dans un état de forte minorité numérique, constituant actuellement moins de 2% de la population par rapport aux musulmans ou aux juifs. En outre, la situation politique particulière qui s’est créée du fait du conflit israélo-arabe a produit et continue à produire un exode consistant des populations arabo-chrétiennes locales. Tout cela provoque des problématiques particulières auxquelles les Franciscains cherchent à faire face le mieux possible de manière concrète, afin d’assurer la présence pérenne de communautés chrétiennes qualifiées et motivées. L’« option en faveur des pauvres » ne se limite cependant pas aux chrétiens. Les Franciscains sont depuis toujours engagés au service des couches les plus pauvres de la population, sans distinction de credo, fidèles à la condition de missionnaires et de prophètes de la réconciliation et de la paix et au style simple et marqué par le dialogue indiqué par Saint François.

«Saint François a caractérisé depuis le début notre style ici en Terre Sainte : un style simple, celui de pauvres, toujours au contact des personnes… A la recherche d’un dialogue avec la majorité musulmane et, aujourd’hui, avec la majorité juive, parfois dialectique mais toujours fraternel et libre». Père Pierbattista Pizzaballa, Custode de Terre Sainte et Président de l’ATS pro Terra Sancta.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer