La Palestine, à l’origine du conflit. Histoire d’une terre contestée, deuxième partie

Veronica20 juin 2022

La première guerre israélo-arabe de 1948 s’est terminée par une victoire écrasante de l’armée israélienne. La Nakba, ainsi appelée par les pays arabes, a marqué un tournant crucial dans l’histoire de la Palestine et de toute la région du Moyen-Orient.

À la fin de la guerre de 48, les Nations Unies ont publié la résolution 194 qui consacrait le droit au retour de milliers de réfugiés palestiniens et le libre accès aux Lieux Saints.

Cette résolution n’a jamais été appliquée, ni par la communauté internationale, ni par le Gouvernement israélien.

Négociations, accords, médiations régionales et internationales, dialogues, signatures, prix Nobel de la paix ! Rien n’a servi à réaliser la paix tant attendue entre Israël et les territoires palestiniens occupés.

Toutes les tentatives mentionnées ci-dessus depuis 1967 ont toujours eu pour réponse des manifestations violentes, des jets de pierres, des emprisonnements, des embuscades, des échanges de tirs se sont terminés dans le sang de dizaines de milliers de victimes, souvent des civils et des mineurs.

Divisions au sein de la communauté juive

Nous avons vu comment la politique du Premier ministre David Ben Gourion d’accueillir chaque Juif du monde entier en Israël a apporté de nombreuses difficultés à la nation naissante.

Au fil des ans, cela a créé un problème au sein de la communauté juive elle-même. En fait, les premiers Juifs installés en Palestine venaient de pays européens et sont appelés Juifs ashkénazes.

L’invitation de Ben Gourion à tous les Juifs à construire le nouvel État d’Israël a également attiré de nombreux Juifs des pays arabes, les soi-disant Séfarades. Il suffit de dire que 45 000 Juifs sont arrivés en Israël depuis le seul Yémen.

La communauté juive yéménite est en fait l’une des plus anciennes de la péninsule arabique.

Les ashkénazes se sont toujours sentis quelque peu supérieurs aux Juifs séfarades et il y a eu des épisodes de violence qui ont conduit, avec d’autres problèmes, à la retraite de Ben Gourion de la direction politique en 1963. Levi Eshkol a été élu Premier ministre jusqu’en 1969.

La première moitié des années soixante a été une période de récession, de chômage et de crise économique pour Israël. À cela s’ajoute la haine croissante entre les deux communautés arabes et juives. Pour comprendre la gravité de la situation, il suffit d’écouter les chaînes de télévision et de radio arabes qui utilisent continuellement le mot « exterminer » adressé aux Juifs. Ces derniers vivent dans la terreur d’un autre Holocauste et une menace réelle pour leur existence.

Non seulement les menaces, mais aussi les actions concrètes consolident la peur et l’insécurité des habitants de la Palestine. Depuis les hauteurs du Golan syrien, des attaques à l’arme lourde contre des sites israéliens dans le nord de la Galilée sont sans cesse entendues.

La guerre des Six Jours

En mai 1967, Nasser ordonna à son armée de reprendre le Sinaï (qui était une zone démilitarisée depuis 10 ans). Après une escalade de la violence de toutes parts, l’Égypte bloque les voies d’accès au port israélien d’Eilat. Cette provocation ne peut que conduire à la guerre.

Le 5 juin 1967, le troisième conflit israélo-arabe éclate.

Le conflit sera connu sous le nom de « guerre des Six Jours » et la raison en est évidente : à 18h00 le 10 juin 67, le cessez-le-feu général est proclamé.

Comme on le sait, ce fut une victoire écrasante pour l’armée israélienne. Une victoire déterminée dès les premières heures du conflit suite à la destruction de plus de 400 avions de l’armée de l’air égyptienne, syrienne et jordanienne. 70 000 membres de l’armée israélienne et 700 véhicules blindés avancent dans le Sinaï et la bande de Gaza sans rencontrer de résistance.

Les armées de Syrie, d’Égypte et de Jordanie sont submergées et incapables de résister. En 6 jours, Israël a occupé le Sinaï jusqu’au canal de Suez, à la bande de Gaza, à la Cisjordanie, à la partie arabe de Jérusalem et au plateau du Golan syrien.

Un million d’Arabes passent sous administration israélienne, tandis que l’État d’Israël passe de 21 000 à 102 000 km2, atteignant son expansion territoriale maximale.

Des vidéos historiques filmées le jour de la victoire montrent l’armée israélienne entrant triomphalement dans Jérusalem par la Porte des Lions. Ils traversent toute la vieille ville et atteignent le Mur des Lamentations. L’émotion est grande pour les Juifs qui prétendent être « enfin rentrés chez eux ».

Dans les jours qui ont immédiatement suivi, environ 600 Palestiniens vivant dans le quartier en face du Mur des Lamentations ont été chassés et leurs maisons rasées.

Les années soixante-dix

Aux réfugiés de 1948 s’ajoutent ceux de 1967 contraints à une vie difficile avec peu d’aide internationale. On estime que 150 000 Palestiniens ont été expulsés.

La résistance à l’occupation n’a pas commencé immédiatement. Le choc a été si grand pour le peuple palestinien qu’au début, il a été traumatisé, paralysé.

1970 est une année de grands changements dans le scénario politique et social du Moyen-Orient. La monarchie hachémite jordanienne mène une répression brutale des Palestiniens en Jordanie qui s’appellera Septembre noir.

En Égypte, à la mort en 1970 du charismatique politicien panarabe Jamal Abd al-Nasser, il a été remplacé par Anouar el-Sadate, dont le cheval de bataille est la reconquête du Sinaï.

En Syrie, en 1970, il est devenu Premier ministre et secrétaire régional du commandement du parti Baath. Hafiz al-Assad, père de l’actuel président Bachar al-Assad.L’année suivante, à la suite d’un coup d’État, il est devenu président de la République syrienne et son objectif est la reconquête du plateau du Golan en signe de vengeance sur Israël.

Par conséquent, Sadate et Assad doivent tous deux rechercher un motif commun qui consolide leurs régimes respectifs. Comme nous le verrons, ce sera précisément l’initiative de l’Égypte et de la Syrie qui conduira à la guerre du Kippour de 1973.

En Palestine, le chef de l’opposition israélienne est Yasser Arafat, dont la position est difficile à comprendre : il s’allie avec quiconque est prêt à défendre sa cause. Arafat est à la tête de al-Fatah, un mouvement plus fort que la résistance à Israël dont les membres sont les Fedayyin, les hommes du sacrifice. Al-Fatah fusionnera plus tard avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Le massacre aux Jeux olympiques de Munich

Les relations entre le monde arabe et Israël continuent d’être caractérisées par la violence. Le 5 septembre 1972, un groupe de bombardiers fedayins a enlevé neuf athlètes de l’équipe israélienne aux Jeux olympiques d’été de Munich.

Les conséquences de l’enlèvement sont tragiques : les neuf athlètes sont tués ainsi que cinq des huit assaillants et un policier. De nombreux blessés.

Le Premier ministre israélien Golda Meyr condamne fermement l’attaque terroriste.

La communauté internationale a du mal à porter un jugement sur Arafat : est-il un homme qui veut la paix ou est-il un terroriste ?

Guerre du Kippour

Les projecteurs sont revenus avec arrogance au Moyen-Orient en 1973, lorsque l’Égypte et la Syrie, armées de missiles soviétiques, ont lancé une attaque surprise contre les forces militaires israéliennes.

Yom Kippour, ou le « jour des expiations », est la fête la plus solennelle du calendrier juif.

Ce jour-là, toutes les rues sont désertes, les volets des magasins fermés, les fidèles juifs prient et lisent les Écritures dans la synagogue et respectent un jeûne de 25 heures.

En 1973, le jour de Kippour est tombé le 6 octobre. Israël ne s’attendait pas à l’attaque et est prêt à se défendre. L’armée israélienne est submergée par la surprise et la perplexité tandis que l’armée syrienne attaque le plateau du Golan.

La réponse américaine ne tarde pas à venir et vient à la rescousse d’Israël. Dans les organisations d’opérations se distingue la figure du général Ariel Sharon.

Après une courte période de grande difficulté, l’armée de l’air israélienne a attaqué très fort et efficacement et a paralysé l’ennemi syro-égyptien.

La guerre du Kippour est également résolue militairement pour une victoire israélienne. Seule l’intervention des Nations Unies arrête la marche vers Le Caire.

Les représentants de la Ligue arabe, qui le premier septembre 1967 s’étaient réunis en Khartoum pour signer un traité qui les lie à une lutte permanente contre Israël, utiliser à cette occasion l’arme diplomatique du pétrole contre les pays occidentaux qui soutenaient Israël. La résolution de Khartoum est connue sous le nom de la résolution des trois non : non à la paix avec Israël, non à la reconnaissance d’Israël et non aux négociations de quelque nature que ce soit.

Les accords de Camp David

Malgré le sang d’au moins deux générations de diplomates et des décennies passées à négocier une paix, une solution ne semble pas nécessairement trouvée.

Un événement qui a donné de l’espoir, pendant une courte période, aux États du monde entier a eu lieu le 17 septembre 1978 à Camp David, dans le Maryland.

Les protagonistes des accords sont le Premier ministre israélien Menahem Begin, le président égyptien Anouar el-Sadate et le président américain Jimmy Carter. Les accords sont le résultat de négociations secrètes entre l’Égypte et Israël dont le but est la fin des hostilités entre les deux pays et la création de scénarios de paix possibles. Fondamental est le point sur le retrait de l’armée israélienne du Sinaï en échange de la libre circulation d’Israël dans le canal de Suez et le golfe d’Aqaba. Le traité n’a pas conduit à un assouplissement total des relations, mais il a été un pas en avant important pour le futur traité de paix israélo-égyptien du 26 mars 1979. La présence rassurante de l’Américain Carter était certainement stratégique pour donner une image puissante et positive des États-Unis au milieu, rappelons-le, de la guerre froide.

L’Égypte a ainsi été le premier pays arabe à reconnaître l’État d’Israël. Cela a coûté la vie au président Sadate, qui a été assassiné le 6 octobre 1981.

Les accords de Camp David ont été suivis de quelques secondes très importantes, qui ont pris le nom des accords d’Oslo. Les deux accords étaient de bon augure pour la communauté internationale, mais elle a été déçue en quelques années. La lueur d’une paix durable devient de plus en plus lointaine.

La première Intifada

Le 8 décembre 1987, l’Intifada est née. Ce mot arabe signifie « révolte », « émeute » et est un mouvement populaire qui s’est levé spontanément pour manifester contre la présence israélienne dans les territoires occupés.

La première Intifada a éclaté lorsqu’un camion israélien a heurté deux camionnettes transportant des travailleurs de Gaza vers le camp de réfugiés de Jabaliyya. La révolte s’est rapidement étendue à d’autres camps de réfugiés jusqu’à ce qu’elle entre dans Jérusalem.

La répression d’Israël a été si dure qu’elle a été condamnée par les Nations Unies. Des groupes extrémistes d’origine islamique ont donné naissance à Gaza au mouvement radical du Hamas, acronyme en arabe pour Mouvement de résistance islamique.

Le Hamas préfère la lutte armée, les positions de l’OLP prennent une voie de plus en plus diplomatique, au point de participer aux accords de paix peut-être les plus importants entre Israël et la Palestine qui mènent à la fin de la Première Intifada.

Les Accords d’Oslo

Le 13 juillet 1992, Yitzhak Rabin a formé le 25e gouvernement israélien, assumant le poste de Premier ministre et de ministre de la Défense. Shimon Peres est ministre des Affaires étrangères.

Le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le dirigeant de l’OLP Yasser Arafat sont les protagonistes de la célèbre photographie qui dépeint leur poignée de main sous le regard presque paternel du président américain Bill Clinton le 13 septembre 1993 à Washington.

Les deux dirigeants ennemis viennent de signer la « Déclaration de principes sur les dispositions relatives à l’autonomie intérimaire », mieux connue sous le nom d’Accords d’Oslo.

La Charte présente cette introductionLe Gouvernement de l’État d’Israël et l’équipe de l’OLP, qui représente le peuple palestinien, conviennent qu’il est temps de mettre fin à des décennies de confrontation et de conflit, de reconnaître les droits légitimes et politiques de chacun, et de s’efforcer de vivre dans la coexistence pacifique, le respect mutuel et la sécurité mutuelle, pour parvenir à un accord de paix juste, durable et globale, et à une réconciliation historique, à travers le processus politique convenu ».

Les locaux sont excellents. Cependant, aujourd’hui, nous savons qu’ils ont conduit à un autre trou dans l’eau.

Non seulement les acteurs concernés, mais le monde entier ont regardé cette Déclaration de 93 avec beaucoup d’espoir pour une paix tant attendue. Les photographies et les vidéos des deux ennemis d’une vie se serrant la main avec le dos font faire le tour du monde par le président Clinton.

À Oslo, pour la première fois, le prix Nobel de la paix est divisé entre trois personnes : Yasser Arafat, YitzhakRabin et Shimon Peres.

Un prix Nobel jugé controversé par beaucoup.

Les trois régions de Cisjordanie

Le 9 septembre 1993, Yasser Arafat a signé une lettre adressée à Rabin dans laquelle tous les engagements requis ont été explicitement pris. Les principales sont la condamnation du terrorisme et l’affirmation d’Israël en tant qu’État souverain.

En vertu des Accords d’Oslo, la Cisjordanie est divisée en trois zones principales : la zone A sous contrôle palestinien total; Zone B sous contrôle administratif palestinien et contrôle israélien en ce qui concerne la sécurité; Zone C qui est sous contrôle administratif et de sécurité israélien total.

Cependant, la situation est beaucoup plus compliquée.

Les Accords de Taba

De nombreuses colonies israéliennes se sont lentement et régulièrement répandues en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Ces colonies sont jugées illégales par la communauté internationale parce qu’elles violent l’article 49 de la quatrième Convention de Genève, ratifiée d’ailleurs par Israël lui-même.

Le 24 septembre 1995, Yitzhak Rabine Yasser Arafat s’est réuni à nouveau à Washington DC pour ratifier certains points de l’Accord d’Oslo concernant le retrait des troupes israéliennes de la plupart des territoires occupés. Le document s’appelle les Accords d’Oslo II ou l’Accord de Taba. Ce sera la dernière signature de Rabin.

Si le monde pousse un autre soupir de soulagement, des actes de terrorisme de plus en plus féroces de la part des nationalistes religieux et des colons israéliens se multiplient en Israël. Les manifestations violentes sont dirigées contre le Premier ministre Rabin, accusé de trahison et de collaboration avec l’ennemi. La signature de l’accord d’Oslo II sera sa dernière : le 4 novembre 1995, Rabin a été assassiné à Tel Aviv par un homme de l’extrême droite israélienne lors d’un rassemblement pour la défense de la paix.

Environ un million de personnes ont assisté à ses funérailles, y compris de nombreux dirigeants arabes qui n’étaient jamais allés en Israël auparavant.

La deuxième Intifada

Les affrontements continus, la haine, les menaces, les enlèvements et la violence de toutes sortes conduisent à une vague de peur et d’incertitude parmi les Israéliens et les Palestiniens. Après l’assassinat du Premier ministre, Peres a pris sa place pendant six mois. Les gouvernements des années suivantes ont présenté des positions de plus en plus dures contre les Palestiniens.

Le 28 septembre 2000, la deuxième Intifada ou Intifada Al-Aqsa a éclaté, du nom de la mosquée de Jérusalem. La goutte d’eau qui fait déborder le vase dans une situation déjà extrêmement tendue est la tragiquement célèbre marche vers l’esplanade des mosquées du chef de l’opposition au Parlement israélien Ariel Sharon accompagné d’une escorte armée. Les Palestiniens interprètent ce geste comme une provocation. L’esplanade est en fait le troisième lieu le plus saint pour les musulmans après Médine et La Mecque et seuls les fidèles sont autorisés à entrer pour prier à al-Aqsa.

On peut dire que la deuxième Intifada a définitivement sanctionné l’échec du processus de paix entrepris, comme nous l’avons vu, avec les Accords d’Oslo de 1993.

Ariel Sharon, aussi appelé le bulldozer d’Israël et le faucon de la droite israélienne, ravive une fois de plus les affrontements au cœur de la Ville Sainte. Des scènes de jets de pierres et de bouteilles incendiaires dans les territoires palestiniens occupés contre l’armée la plus armée du Moyen-Orient se répètent. De nombreux attentats-suicides ont été perpétrés contre des civils dans des villes israéliennes. Comme lors de la Première Intifada, le nombre de victimes, dont de nombreux enfants, est tragique dans celle-ci. On estime que pendant la deuxième Intifada, environ 3 000 Palestiniens et 1 000 Israéliens ont perdu la vie. Les affrontements se sont calmés avec le cessez-le-feu au début de février 2005.

Cette « émeute » a également mis en évidence les différences entre les différents groupes armés palestiniens et a sanctionné en 2006 la rupture entre le Hamas et al-Fatah, le principal groupe au sein de l’OLP.

Conclusions

Plus d’un demi-siècle après la guerre des Six Jours, la Palestine est toujours occupée. Les accords d’Oslo auraient été une excellente occasion de résoudre le conflit, car à l’époque le Premier ministre était Rabin, chef d’une coalition modérée et en faveur d’une solution pacifique au long conflit.

Cependant, marcella Emiliani, professeure et experte du Moyen-Orient, nous rappelle dans une interview que la fameuse poignée de main entre les deux ennemis n’a été possible que parce que les Accords d’Oslo n’ont pas traité de cinq sujets cruciaux:

  1. Frontières : les frontières d’Israël et d’une Palestine historique ont dû être définies pour la première fois
  2. Ressources en eau : depuis 1967, même dans les territoires habités par les Palestiniens, les systèmes d’approvisionnement en eau sont entièrement gérés par l’État d’Israël. C’est grave quand on considère que l’agriculture représente 80% des Palestiniens (et seulement 3% des Israéliens). Pour les premiers, l’utilisation de l’eau est une question de survie et depuis 67 Israël a pris possession de toutes les sources d’eau utilisables.
  3. Les colonies : les flux migratoires de Juifs en Israël en provenance du monde entier n’ont jamais cessé. Même dans les territoires qui devaient être rendus aux Palestiniens, les colonies se multiplient.
  4. Jérusalem-Est et son avenir : Il est important de se rappeler qu’en 1980, Israël a proclamé une loi par laquelle Jérusalem est reconnue comme la capitale unie, indivisible et éternelle de l’État d’Israël.
  5. Le droit au retour des réfugiés palestiniens

Ce dernier point est peut-être le plus tragique. Il est important de se rappeler qu’une fois expulsés de leurs foyers pendant et après la Nakba, les Palestiniens n’ont jamais eu la citoyenneté reconnue dans les pays vers lesquels ils ont émigré, restant toujours avec le statut de réfugiés. Pour des raisons purement stratégiques, le seul pays qui a accordé la citoyenneté aux Palestiniens est la Jordanie.

Le travail de Pro Terra Sancta

Malgré le prix Nobel de la paix controversé en 1994, malheureusement, les cinq points énumérés ci-dessus restent non résolus à ce jour.

Pro Terra Sancta opère en Palestine depuis 2006. Le conflit sans fin avec Israël n’a jamais cessé notre soutien à la préservation des Lieux Saints et des communautés de Terre Sainte grâce aux dons de tous. Un exemple est l’aide constante aux chrétiens de la paroisse de Gaza et aux « enfants papillons », souffrant de pathologies rares liées à l’épidermiolyse bulleuse et qui ont besoin de soins continus.

Notre présence est la plus grande valeur parce que la Terre Sainte est l’endroit où tous les peuples ont leurs racines et tout ce que nous faisons a le désir de favoriser et de construire des liens entre la Terre Sainte et le monde.