Le drame des écoles fermées au pays des Cèdres

Veronica Brocca9 septembre 2022

L’époque où le Liban était le symbole d’une éducation excellente et avancée au Moyen-Orient est révolue depuis longtemps. Le Pays des Cèdres est malheureusement en train de perdre toute une génération d’étudiants et de professeurs.

Éducation refusée

En septembre, tous les garçons et les filles du monde devraient terminer leurs derniers devoirs, acheter des caisses et des journaux intimes, retourner en classe et affronter une nouvelle année scolaire avec leurs camarades de classe et leurs enseignants. Au Liban, tout cela n’arrivera pas. Selon les agences d’éducation humanitaire, l’année dernière, au moins 700 000 des 2 millions de jeunes d’âge scolaire n’ont pas pu aller à l’école. C’est la deuxième année consécutive qu’il refuse le droit à l’éducation à de nombreux enfants.

Dans le passé, les familles ont eu recours à des solutions alternatives lorsqu’elles étaient en difficulté économique, par exemple en transférant leurs enfants des écoles privées vers les écoles publiques. Aujourd’hui, cette solution n’est plus viable, car les écoles publiques ne sont pas encore en mesure de garantir l’ouverture. Après trois années de mauvaise scolarisation, le Ministère de l’éducation n’a pas encore présenté de plans de relance scolaire.

Entre 60 et 70% des élèves libanais fréquentent des écoles privées, qui ouvriront la semaine prochaine. Cependant, eux aussi sont de plus en plus impuissants et sont obligés d’augmenter les frais de scolarité pour payer les salaires des enseignants et des employés des écoles en dollars (en espèces).

Une crise sans précédent

Il n’est pas facile de donner des données officielles sur le décrochage scolaire au Liban, mais il est certain que le taux n’a jamais été aussi élevé que cette année, et selon un récent rapport de l’ONU, environ 12% de toutes les familles libanaises ont dû retirer leurs enfants de l’école pour les envoyer travailler. Pour les nombreux enfants réfugiés, la question est encore plus épineuse, car les barrières bureaucratiques rendent l’éducation plus inaccessible.

Chaque partie impliquée s’accuse mutuellement : les parents blâment les écoles, les enseignants blâment l’administration, l’administration accuse le ministère et le ministère blâme l’inconnu. Mais c’est l’avenir des étudiants qui est en danger.

Au cours de la dernière année scolaire, les inscriptions dans les établissements d’enseignement sont tombées à 43% et les causes de cet effondrement sont nombreuses: les multiples crises qui caractérisent le pays depuis au moins 5 ans, la pandémie de Covid-19, l’explosion du port en août 2020 et la corruption endémique présente dans toutes les couches du gouvernement. Tous les aspects de la vie libanaise sont touchés par les crises, mais celui de l’éducation est sans précédent.

Les effets sur les écoles publiques

Dans certains quartiers , le taux de travail des enfants est passé à 45%. Et de penser que l’enseignement primaire est obligatoire selon la loi libanaise, qui interdit également l’emploi d’enfants de moins de 16 ans. Mais personne ne l’applique et les familles ont besoin d’autant de revenus que possible.

L’impact est retentissant, en particulier dans les écoles publiques, frappées par d’innombrables grèves d’enseignants qui revendiquent leurs droits. Ces grèves ont entraîné la suspension de 50 % des cours au cours de l’année scolaire 2021-2022, et les écoles publiques ne sont restées ouvertes que 34 jours jusqu’au 31 mars.

Les professeurs sont épuisés et à la recherche d’autres emplois pour subvenir aux besoins de leur famille.

Récemment, l’État a confirmé l’impossibilité de leur payer les beaux et le ministère de l’Éducation tente de trouver les fonds nécessaires pour la rentrée scolaire avec les pays donateurs. Cependant, ces derniers n’ont plus confiance dans le gouvernement libanais en raison des niveaux de corruption connus dans le monde.

Comme tout dans le pays, l’éducation dans les écoles privées est devenue un luxe dont seuls les plus riches peuvent profiter.

Abandon d’étudiants et de professeurs

Même les écoles qui avaient été classées comme presque gratuites n’ont d’autre choix que d’augmenter les frais de scolarité. Pour faire une comparaison, la plupart des enseignants des écoles publiques travaillent avec des contrats temporaires pour 1,50 à 2,50 dollars (40 000 à 68 000 livres) de l’heure, tandis que les enseignants sous contrat permanent gagnent généralement de 45 à 95 dollars (1,5 à 2,5 millions de livres sterling) par mois dans les écoles primaires et secondaires. A cela s’ajoutent les retards continus de paiement.

Il est clair que les revenus des professeurs et des enseignants ne sont plus suffisants, surtout à un moment où la crise financière est à son apogée. Le énième problème auquel il faut faire face est précisément l’émigration des professeurs, qui a atteint cette année 30%.

Pour s’adapter à la situation générale et avoir plus d’argent pour payer les enseignants et les frais généraux, les écoles doivent augmenter les frais de scolarité.

Aujourd’hui, au Liban, 80% des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté et les familles ne sont plus en mesure de supporter les coûts liés à l’éducation. Des coûts qui ne se réfèrent pas seulement aux frais, mais aussi au transport, à Internet, aux sacs à dos et aux vêtements propres. Dans le même temps, de nombreuses institutions n’ont pas les moyens de payer l’électricité, le chauffage, les fournitures scolaires de base et les salaires des concierges. Les familles appartenant à la classe moyenne doivent également faire face à des frais plus élevés que le revenu mensuel.

Les efforts de Pro Terra Sancta

Pro Terra Sancta se tient aux côtés des Libanais de Beyrouth, Tripoli, Tyr et Deir Mimas dans la distribution de nourriture, d’eau, de médicaments, de vêtements et de fournitures scolaires. A ces distributions s’ajoutaient celles de bons pour le diesel, indispensable pour obtenir du chauffage et de l’électricité, et des médicaments à un prix symbolique.