Le Liban se prépare pour Noël

Maddalena Baschirotto29 novembre 2022

Le dimanche 27 novembre était célébré le premier dimanche de l’Avent. Elle a officiellement commencé une période traditionnellement marquée par l’espoir et le désir de paix pour la plupart des peuples. Cependant, dans le paysage géopolitique mondial, et en particulier au Moyen-Orient, les difficultés liées à la guerre, à l’énergie et aux urgences sociales rendent de plus en plus difficile même d’approcher ce type de stabilité.

Parmi ces scénarios, le Liban est de plus en plus alarmant. Quel genre de Noël vous préparez-vous à passer ?

Beyrouth, octobre 2020

L’urgence sanitaire

L’épidémie de choléra qui a frappé le Liban début octobre, en raison de la proximité du pays avec la Syrie, a enregistré des données inquiétantes. Jusqu’à présent, il y a 560 cas d’infection, tandis que le nombre de victimes est passé à 20.

En Syrie voisine , les cent premières victimes ont été atteintes. Ici , l’épidémie a commencé à se manifester à la fin du mois d’août. Selon les derniers rapports publiés par l’ONU, il y a actuellement 20 000 cas suspects d’infection.

L’urgence sanitaire pour le Liban a été un retour indésirable au passé. Le choléra n’était plus un problème national depuis 1993, date à laquelle il est apparu après la fin de la guerre civile. Au cours du dernier mois, la majorité des cas ont été signalés dans des camps de réfugiés syriens situés dans le nord-est du pays. D’autres infections, dont le covid 19, se manifestent également dans les zones les plus déprimées. Cela a provoqué une situation de forte instabilité et de désorganisation au sein des hôpitaux, incapables de répondre à la demande croissante de lits.

Tripoli, 2021

La crise économique et alimentaire

La situation financière dramatique, qui a entraîné une forte dévaluation de la monnaie étrangère et de la livre libanaise, a récemment incité les banques à fixer des limites strictes sur les retraits et les transferts d’argent. Une grande partie de l’épargne bancaire mise de côté par les résidents a également été gelée. Par conséquent, les allocations de retrait ne sont pas en mesure de répondre pleinement aux besoins de la population.

Cette situation de pénibilité a également conduit à une situation alimentaire dramatique, notamment en raison de la pénurie et du coût élevé du pain. Les conséquences de la guerre en Ukraine et les dommages subis par les principaux silos à grains de Beyrouth ont joué un rôle important à cet égard. Les pénuries de pain et la hausse des prix ont également entraîné une discrimination forte et de plus en plus fréquente à l’encontre des réfugiés syriens.

Le Liban accueille actuellement plus d’un million de réfugiés syriens. Ce chiffre a permis à la population libanaise d’atteindre le nombre de près de 7 millions d’habitants. Selon les Nations Unies, dans certaines régions du Liban, il a été demandé à certaines boulangeries de donner la priorité aux citoyens libanais par rapport aux citoyens syriens. Beaucoup de familles locales dépensent plus de la moitié de leur salaire en pain, tandis que les communautés les plus pauvres prennent des mesures désespérées telles que le jeûne ou la nourriture avariée.

Pour apporter un soutien économique à ce type d’urgence, l’Union européenne a récemment alloué un paquet d’aide humanitaire à 15 pays en situation d’insécurité alimentaire préoccupante et menacés de famine. En ce qui concerne le Moyen-Orient, il a été décidé d’envoyer au Liban cinq millions d’euros pour les réfugiés et les Libanais dans des conditions critiques.

Port de Beyrouth, 2020

La situation politique et sociale

En raison de l’absence d’une classe politique active et de l’absence d’intervention concrète des institutions, les citoyens sont souvent privés de services essentiels. Noël devrait être dépourvu de cadeaux, en raison de la situation économique difficile, mais aussi de lumières, étant donné que l’électricité, dans la plupart des pays, n’est accordée que quelques heures par jour.

À cela s’ajoute le début de l’élection du nouveau Président de la République au Liban. La campagne électorale a débuté en septembre dernier, deux mois après la fin du mandat de l’actuel chef de l’Etat, Michel Aoun. Il n’y avait pas non plus d’objectif commun à définir, de la part du président actuel et du Premier ministre, la formation d’un nouveau gouvernement.

Face à cette situation de grande instabilité et de précarité, nombreux sont les Libanais qui tentent d’émigrer . Efficace, à cet égard, le départ de nombreux bateaux qui prennent presque tous les jours la route maritime du port de Tripoli.