Les‌ ‌touristes‌ ‌reviennent‌ ‌en‌ ‌Terre‌ ‌Sainte‌

Amy Rodighiero19 novembre 2021

Découvertes archéologiques et nouveautés de nos projets culturels 

« Le pays est resté fermé aux touristes mais nos projets de valorisation du patrimoine artistique, culturel, archéologique, historique et religieux en Terre Sainte ne se sont jamais arrêtés », dit Carla Benelli, Chef de Projet de Pro Terra Sancta. 

Ce n’est que récemment, en effet, que groupes et voyageurs individuels ont pu recommencer à visiter la Terre Sainte. Les restrictions sont encore nombreuses et très strictes, mais elles sont toutes nécessaires pour empêcher la propagation du Covid-19.

Un nouveau chemin pour Béthanie 

Carla nous explique qu’à Béthanie, où se trouvent le tombeau de Lazare et la maison de Marthe et Marie, les mosaïstes de Jéricho ont profité de l’absence de visiteurs pour compléter la reconstruction du parcours piétonnier qui mène de l’église des franciscains à l’ancien tombeau. 

Grâce à ces interventions, la petite route est retournée à être belle, sûre et accessible : même ceux qui ont des problèmes de motricité et utilisent un fauteuil roulant peuvent voir l’endroit où le miracle de la résurrection de Lazare a eu lieu et jeter un œil aux fouilles archéologiques dans la région environnante. 

Les recherches scientifiques, menées en collaboration avec l’Université Al Quds de Jérusalem, sont en effet en train de dévoiler peu à peu l’histoire des milieux d’habitation issus du monastère du XII siècle après J.-C. pendant la période mamelouke et ottomane.

Les dernières découvertes archéologiques 

Les nouveautés les plus surprenantes viennent cependant des travaux de restauration du tombeau de Lazare, présentés le 21 octobre par Carla et Osama Hamdan, architecte et consultant de notre Association, pendant la VIII édition des Journées d’Archéologie, Art et histoire du Proche et Moyen-Orient. 

Lors des interventions sur l’escalier et à l’intérieur de la chambre mortuaire, une équipe d’archéologues de l’Université Al Quds a découvert deux ossuaires sous le sol en terre battue. Seulement l’un des deux contient des restes humains. 

L’hypothèse actuelle est qu’au XVIe siècle après J.-C., à l’occasion de la monumentalisation du tombeau de Lazare, les franciscains ont voulu rappeler ainsi même les figures de Marthe et Marie. Ensuite l’intervention a été caché en relevant le pavage.

Ateliers de céramique à Nisf Jubeil 

De l’archéologie on passe ensuite à l’artisanat : « A Sébaste et Nisf Jubeil nous sommes en train de terminer la rénovation le et l’agrandissement du laboratoire de céramique », raconte Carla. 

Le Ceramic Centre est un projet né de la collaboration entre Pro Terra Sancta et la Fondation d’Assistance International et vise à fournir aux femmes de Sébaste et de ses alentours un emploi créatif et durable. 

Les ensembles de plats, tasses, plateaux finement décorés de motifs géométriques et naturalistes par les filles de Nisf Jubeil sont très demandés. Le nouvel espace donnera aux artisanes et aux femmes entrepreneurs locales la possibilité d’augmenter leur production pour rester compétitives.

« Les cours de céramique pour les enfants des écoles ont déjà recommencé », explique Carla, « leur enthousiasme est contagieux et maintenant, grâce aux nouveaux environnements, nous réussirons à accueillir beaucoup plus de classes ».

Une Jéricho en effervescence 

Même au Mosaic Centre de Jéricho on continue à créer. Le prochain grand projet à réaliser sera un monument conçu en collaboration avec la mosaïste italienne Donatella Nicolardi, revenue récemment en Terre Sainte avec une jeune élève russe. 

« Notre objectif reste toujours celui de former des compétences et de donner des opportunités d’emploi à la communauté locale », se souvient Carla en parlant de l’initiative, « et les collaborations internationales sont un jalon de nos programmes ».

L’une de ces collaborations a même produit un profitable échange avec l’Université de Palerme, avec laquelle Pro Terra Sancta, le Mosaic Centre de Jéricho et l’Université Al Quds collaborent afin de créer un cours de formations pour techniciens restaurateurs qui soit reconnu par l’État

Parmi les premiers à apprécier les œuvres originales et les reproductions fidèles des merveilleux mosaïques antiques, un groupe de touristes tchèques et une délégation de carabiniers en visite à Jéricho pour faire un cours de formation pour la police locale.

Les liens établis entre la Terre Sainte et le reste du monde ont subi un mauvais revers pendant la pandémie, mais ils n’ont jamais été complètement brisés. Chaque nouveau visiteur, chaque touriste ou pèlerin, représente une lueur d’espoir. Bientôt la situation redeviendra lumineuse. Nous vous attendons !