Les anciens pèlerinages en Terre Sainte. La conférence de la Bibliothèque Générale de la Custodie

En occasion de la publication du Codex Rustici, le journal imaginaire d’un voyage en Terre Sainte, le 11 février à Jérusalem, une conférence s’est tenue sur le thème des pèlerinages et les histoires de voyages qui ont eu lieu dans cette terre. L’évènement a été organisé par la Bibliothèque Générale de la Custodie en collaboration avec Association pro Terra Sancta et l’Université Cattolica de Milan, au sein du projet  « Livres, ponts de paix »

Pour cette occasion, le manuscrit prisé a été exposé, ainsi que d’autres exemplaires, du XVe et XVIe siècle, de racontes de pèlerinages : ce qu’on appelle les itinera ad loca sancta.

«Vers la fin du Moyen-âge » dit le père Eugenio Alliata, le premier des deux intervenants, «il était nécessaire d’avoir un permis spécial du Pape pour se rendre en Terre Sainte en pèlerinage, sous peine d’excommunication». Cependant, malgré les dangers, le flux de pèlerins ne diminuait pas et beaucoup de chrétiens mouraient dans ces terres.  «C’est pour cette raison que le Pape fut   obligé à adopter ce type de mesures”, a expliqué le père Alliata, qui a fait une synthèse sur le genre littéraire des itinera, en mentionnant certains racontes significatifs.

Mais si, d’une part, le Codex élaboré par Matteo Rustici, un orfèvre florentin de la première moitié du Xve siècle, s’inscrit dans cette tradition, de l’autre, il s’agit du raconte d’un voyage inventé avec des citations prises par d’autres manuscrits.  Cela a été bien expliqué par le professeur Edoardo Barbieri de l’Université Cattolica dans son intervention. «Rustici n’a jamais été en Terre Sainte et son texte est un ensemble de racontes et d’écrits avec lequels il souhait expliquer le monde»

«Cet aspect est très intéressant» a terminé le professeur, «car il porte à la constatation de l’importance de ce thème, celui des pèlerinages en Terre Sainte, à cette époque comme aujourd’hui»

Découvrez plus sur le projet “Livres, ponts de paix