Non classé

Les mystères du Saint Sépulcre : crânes, temples païens et sceaux.

Amy Rodighiero15 juillet 2021

L’église du Saint Sépulcre est le cœur de la chrétienté et de Jérusalem. C’est ici qu’ont eu lieu la passion, la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Pour cette raison, aujourd’hui comme dans le passé, l’église est une étape obligatoire pour tout pèlerin. 

Aujourd’hui nous voulons vous révéler de petites et grandes curiosités concernant l’histoire du Saint Sépulcre. Apportez-les avec vous lors de votre prochain voyage en Terre Sainte !

Le crâne du Golgotha est la seule église avec une montagne à l’intérieur

« Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha » (Mc 15,22) 

Golgotha en araméen, Calvaire en latin. Les deux noms indiquent le « lieu du crâne », c’est-à-dire le mont sur lequel Jésus a été crucifié. Difficile de s’en rendre compte, mais une colline de cinq mètres de hauteur est intégrée dans le Saint Sépulcre.

On peut encore toucher le rocher vivant du calvaire en insérant la main dans une ouverture sous l’autel grec orthodoxe de la Crucifixion. Selon la tradition, la croix a été érigée à cet endroit.

Toujours ici, à l’expiration du Christ, un tremblement de terre a provoqué la fissure dans le rocher (aujourd’hui recouvert d’une vitrine de verre) qui a permis au sang de Jésus de couler jusqu’au crâne d’Adam, enterré un peu plus bas.

Où se trouve le vrai tombeau de Jésus ?

« Or, il y avait un jardin dans le lieu où Jésus avait été crucifié, et dans le jardin un sépulcre neuf, où personne encore n’avait été mis » (Gv. 19, 41)

Pendant le gouvernorat britannique, certains chercheurs protestants ont identifié dans ce qui est aujourd’hui connu sous le nom « the garden tomb », à quelques pas de la porte de Damas, un site alternatif au Saint Sépulcre.

Ici se trouve une petite colline qui, à certaines heures de la journée, pendant certaines périodes de l’année, lorsqu’elle est touchée par la lumière, rappelle un crâne. Chez la petite colline, il y a un tombeau sculpté dans la roche et fermé par une pierre ronde. Soutenant la théorie, la découverte d’une ancienne presse à vin.

Plus solides sont les preuves archéologiques relatives à la zone du Golgotha : la zone, en dehors du périmètre de la ville, était une carrière de pierre désaffectée au Ier siècle avant J.-C., enterrée et transformée en zone agricole et de sépulture.

Ensuite, pour réprimer toute tentative d’insurrection judaïque, en 103 après J.-C. l’empereur Hadrien a établi Aelia Capitolina sur la Jérusalem détruite par Titus. Au centre de sa ville il y avait le Golgotha : ici, il a fait édifier des temples dédiés au culte de Jupiter et de Vénus et il a caché le lieu de culte chrétien.

La première église du monde ?

Le Saint Sépulcre n’est certes pas la première église chrétienne du monde antique, mais c’est la première église construite par un empereur. Après avoir fait du christianisme une religion d’État, Constantin a ordonné de réaliser des fouilles pour isoler le tombeau du Christ et l’enfermer dans un édicule entouré d’un grand rond-point, l’Anastasis.

Selon certaines chroniques, la chambre funéraire originale aurait été complètement détruite par le calife al-Hakim en 1009. En effet, la plaque de marbre dans laquelle aujourd’hui on se recueille en prière est datée du XIVe siècle.

En 2016, lorsque l’édicule a été restauré, un groupe d’archéologues a obtenu l’autorisation de lever la plaque de la déposition. Ils ont découvert une autre plaque de pierre, brisée et avec une croix sculptée, qui protège la couche de calcaire originale.

La dernière fois que quelque chose de similaire s’est produite c’était en 1555, lorsque le Custode de Terre Sainte Boniface de Raguse a fait construire un nouvel édicule. Soulevant les plaques d’albâtre, les franciscains se sont trouvés devant un banc de pierre décoré de deux anges.

Au milieu du sépulcre il y a un morceau de bois enveloppé dans un tissu avec des fils d’or et un cartouche avec le nom d’Hélène. Une fois exposés à l’air, les fresques, le tissu et le parchemin se sont complètement effrités.

Monogrammes mystérieux

L’aspect actuel du Saint Sépulcre est dû à une succession de constructions, destructions causées par des guerres, incendies et tremblements de terre, restaurations et nouvelles interventions. Beaucoup de grands personnages de l’histoire ont lié leur nom au cœur de Jérusalem.

Parmi ceux-ci, l’empereur byzantin Constantin IX le Monomaque qui a fait reconstruire quelques chapelles sur le site du Saint Sépulcre après la terrible destruction voulue par al-Hakim. 

Pour terminer rapidement les travaux, des matériaux récupérés des bâtiments de Jérusalem en ruine ont été utilisés, y compris une basilique dédiée à la Vierge, détruite lors de l’invasion persane de 614 après J.-C. ; Constantin a utilisé ses chapiteaux pour soutenir la nouvelle Anastasis.

Ces derniers sont décorés d’un monogramme, un sceau composé des lettres qui forment les noms de Maurice, empereur de 582 à 602 après J.-C., de Constantine, son épouse, de Tibère et Théodose, les fils du couple.

Le complexe sceau n’a été décrypté par une chercheuse que depuis quelques années. Aujourd’hui, les chapiteaux, qui révèlent un autre morceau de l’histoire de la chrétienté, sont conservés dans les dépôts du Terra Sancta Museum et nécessitent d’urgentes interventions de restauration.

Beaucoup de pèlerins ont marché sur les plaques du Saint Sépulcre. Nombreux sont ceux qui ont touché les pierres vivantes de foi et d’histoire. Maintenant, ce pourrait être votre tour : aidez-nous à terminer la restauration ! Liez votre nom pour toujours à la plus belle et mystérieuse église du monde !