Février 2013

Les récits des frères franciscains qui travaillent dans les quartiers les plus dégradés du Caire, au service des enfants et des familles

La situation que connaît l’Égypte depuis des mois est celle d’une crise généralisée : politique, économique et sociale. Dans un article publié il y a quelque temps sur notre site, le père Ibrahim Faltas, franciscain de la Custodie de Terre Sainte de retour d’un voyage en Égypte, racontait la dure réalité qu’il y avait trouvée : certains quartiers du Caire et d’Alexandrie sont devenus un grand marché à ciel ouvert : à chaque angle, le long des rues, sur les trottoirs, des femmes, des enfants, des hommes s’improvisent marchands de fruits et de légumes et d’autres produits, pour survivre à la pauvreté quotidienne, sans aucun respect des lieux, où la saleté s’accumule toujours plus de jour en jour, en augmentant la précarité des conditions d’hygiène. Pendant la journée, le courant électrique est coupé quatre fois au moins, soit pour les immeubles résidentiels, soit pour l’activité commerciale. On n’a pas toujours de l’eau non plus !

Les frères de la Custodie de Terre Sainte sont présents au Caire, où ils ont un couvent dans le quartier populaire de Musky. Ils y apportent leur soutien à la population, en se mettant surtout à disposition des familles les plus pauvres et de leurs enfants. Frère Vincenzo Ianniello, religieux italien qui vit au Caire depuis plusieurs années, décrit les œuvres caritatives réalisées par les frères du Musky :

1. Aides ordinaires, fournies quotidiennement : soins médicaux, soutien scolaire, fourniture de nourriture et de vêtements.

2. Aides extraordinaires, pour les dépenses spéciales : opérations chirurgicales, hospitalisation, mariages, imprévus.

3. Pain de saint Antoine : distribué aux pauvres du quartier tous les mardis.

4. Tous les ans, en été, une colonie est organisée dans une localité au bord de la mer pour une quarantaine d’enfants.

5. On essaie d’organiser quelques excursions pendant l’année, pour les jeunes et les enfants du quartier.

6. Contributions aux dépenses scolaires des étudiants et des professeurs.

7. Contributions aux dépenses d’entretien et de loyer des appartements pour les familles qui ne peuvent pas se le permettre.

En plus de ces services caritatifs offerts par les frères du Musky, la décision a été prise d’ouvrir des écoles maternelles dans des zones surpeuplées et extrêmement pauvres du Caire, qui vivent dans une insuffisance totale de services. 

Comme l’explique le frère Vincenzo Ianniello, « Avec l’augmentation exponentielle de la population ces dernières dizaines d’années et le mauvais fonctionnement de nombreux services, l’accès à la nourriture, l’assistance sanitaire, les transports et le système scolaire sont complètement défaillants dans de nombreux quartiers de la ville. Nous avons choisi d’ouvrir ces structures dans des zones périphériques du Caire, très dégradées et où manquent l’eau potable, l’électricité, les égouts et les fours pour le pain. Avec la fondation d’une école maternelle, nous avons offert notre collaboration au gouvernement pour venir à l’aide des enfants et des familles qui habitent dans ces quartiers. Nous avons cependant besoin du soutien caritatif d’organismes, associatifs et privés, qui nous aident à résoudre une partie des problèmes limitant notre intervention ».

Le nombre d’enfants qui fréquentent l’école maternelle située sur la colline du Mukattam s’élève à, selon les périodes, autour de 40 et 60 enfants. Le personnel, quant à lui, est constitué de deux enseignants, une concierge et une personne qui s’occupe de l’entretien ordinaire. « Nous essayons d’offrir à ces enfants au moins un repas chaud par jour, continue frère Vincenzo, du matériel didactique comme des livres de texte, des cahiers, des stylos et des crayons, et de maintenir un niveau d’hygiène correct. En outre, un autre aspect important concerne les soins médicaux : avec la présence hebdomadaire d’une médecin, nous essayons de garantir un contrôle constant de la santé des enfants et de l’environnement aux alentours, de même que pour les enseignants et le personnel ».

À travers ATS pro Terra Sancta, qui soutient depuis des années les frères franciscains du Caire par le biais du projet « Égypte, aide aux chrétiens », vous pouvez soutenir concrètement la population égyptienne, en particulier les enfants et les familles dans le besoin. 

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer