Semafori spenti in Libano

Carnet de voyage – Liban #1

Amy Rodighiero20 juillet 2021

Premier jour : l’arrivée


Nous arrivons à Beyrouth à 22h30 avec un vol d’Istanbul. Nous voyageons depuis 11 heures du matin et nous n’avons enlevé notre masque que pour les repas. À la sortie, la queue pour le visa est interminable : une foule d’au moins 200 personnes entassées, la plupart des familles avec des enfants criants, torturés par de longues attentes.

Le voyage a été interminable et nous sommes épuisés, je n’ose imaginer ce que cela pourrait signifier pour un enfant… Devant nous, une petite fille d’à peine quelques mois crie désespérée et rien ne vaut les efforts de papa, maman et des frères plus âgés qui passent tout le temps à essayer de la calmer.

Elle aura à peu près un an, comme ma fille, et tout de suite je me sens mieux de ne pas être avec elle dans cette situation parce que la queue avance très lentement et elle ne terminera pas si vite.

 Après plus d’une heure et demie, nous passons les contrôles de sécurité, mais ce n’est pas fini : avant de récupérer nos bagages, nous devons faire la queue pour le tampon. Nous avons fait deux doses de vaccin et un tampon au départ, et cela ne fait que quelques heures, mais ce n’est pas suffisant, nous en faisons un autre ici, et demain, nous allons recevoir le résultat via WhatsApp.

Après presque deux heures, nous récupérons nos bagages et nous sortons. Nous accueillons Fadi, coordinateur de nos projets au Liban qui nous a attendu tout ce temps.

Mon collègue Giacomo, qui voyage avec moi, a été ici il y a quelques mois, mais pour lui aussi, les heures d’attente pour le visa sont une nouveauté. Nous demandons pourquoi à Fadi.

« Avec votre vol – explique-t-il – six autres avions ont atterri, parce que nous sommes en plein été et les familles rentrent au Liban d’autres parties du monde pour passer leurs vacances ici. En période estivale, il y a toujours beaucoup de Libanais qui rentrent chez eux, mais cette année, il y a beaucoup plus de gens parce qu’à cause de l’effondrement de la monnaie libanaise, avec 1000 dollars on peut vivre des vacances qui, dans les années passées, coûtaient au moins 3/4000 dollars par famille… »

Pour les familles qui viennent de l’étranger donc la dévaluation de la livre libanaise est une véritable aubaine, mais c’est le seul côté positif d’une situation terrible, parce que pour ceux qui vivent et travaillent ici, les choses ne vont pas bien du tout.

La défaillance économique de 2019, l’urgence Covid qui a paralysé le pays et les tragiques explosions qui ont dévasté le port de Beyrouth en août 2020, en emportant la maison à 300.000 personnes, ont fait effondrer un système de gouvernement fragile et corrompu, totalement inefficace face à la série d’événements tragiques qui se succèdent en chaîne depuis des mois et qui, comme une avalanche, bouleversent la population.

Il en résulte une méfiance croissante à l’égard de l’autorité incapable de protéger le peuple libanais et plus enclin à faire ses propres intérêts. Entre-temps, le pays s’effondre rapidement.

Dans la demi-heure de route vers le couvent de saint Joseph de Beyrouth, où nous allons loger, nous commençons à entrevoir les effets de la crise. Alors que nous parcourons l’autoroute complètement plongés dans l’obscurité, nous apercevons sur les côtés des routes de longues queues de voitures garées dans la première voie à la hauteur des stations-service.

« Les lampadaires sont éteints – nous dit Fadi – parce que l’électricité publique est assurée seulement pour deux ou trois heures par jour et ces voitures arrêtées au bord des routes attendent l’ouverture des stations-service. Quelqu’un l’a garée et reviendra faire la queue demain matin à l’ouverture, d’autres dorment directement dans la voiture ».

Tant le manque d’électricité publique que les longues queues aux stations sont dus au manque de carburant. « Il manque la lumière – explique-t-il – parce qu’il manque le carburant et le carburant parce qu’avec la dévaluation de la livre libanaise la banque centrale ne peut plus en subventionner l’achat ».

Dans les prochains jours nous aurons l’occasion d’approfondir davantage, mais entre-temps nous sommes arrivés à Beyrouth où nous ne pouvons pas manquer de remarquer que les somptueux gratte-ciels et les condos sont pour la plupart éclairés. 

Ici il y a de la lumière grâce à d’énormes générateurs d’électricité qui fonctionnent maintenant presque 24 heures sur 24, avec le risque de se fondre à cause de l’usage prolongé et de la grande chaleur qui, même à cette heure de la nuit, n’offre pas de répit.

Les générateurs sont également alimentés par le carburant et, compte tenu de l’énorme crise actuelle, ils ne vont pas fonctionner longtemps.

Nous arrivons rapidement à destination parce que les rues de Beyrouth sont exceptionnellement désertes. Cela aussi est un effet de la crise : généralement, la circulation intense continue jusqu’à 3/4 heures du matin, mais ici on ne bouge que par des moyens privés et en ce moment chaque goutte d’essence est précieuse.

Au couvent des franciscains Père Firas nous attend, Ministre Général franciscain de la Région Saint Paul et gardien du couvent de Saint Joseph de Beyrouth. Lorsque nous arrivons, il est déjà 1h30.

On échange quelques mots avec abuna Firas, il est très inquiet aussi. « En quelques jours – nous dit-il – la situation s’est terriblement aggravée. Tout manque et le pays est paralysé. Si la situation ne s’améliore pas, une guerre civile pourrait vraiment éclater ».

Nous saluons Firas qui nous offre une autre demi-heure d’électricité pour nous connecter au WIFI et envoyer quelques messages à nos familles, allumer pendant quelques minutes le climatiseur dans la chambre et prendre une douche rapide, ensuite le générateur s’éteint et l’obscurité totale tombe. 

Avec la lumière du téléphone, je me dirige vers le lit et je m’allonge sur un matelas déjà chaud : il est 2 heures du matin et il fait encore plus de 30 degrés dehors.

Pendant ce temps, je reçois un message de Vodafone, j’ai oublié de désactiver le roaming. « Vodafone vous informe : en raison des coûts élevés imposés par les opérateurs locaux au Liban, nous vous recommandons une utilisation modérée du roaming ». Mon crédit de 10 euros a complètement disparu en seulement quelques minutes.