Janvier 2019
Books bridges of peace

Livres, Ponts de Paix pour Jérusalem: rencontre et partage avec les étudiants de l’Université hébraïque

La culture et les livres comme lieu de rencontre. Ceci est démontré par la journée d’étude du 16 janvier organisée par l’Université hébraïque de Jérusalem au couvent de San Salvatore. La Custodie de Terre Sainte a accueilli 30 garçons, principalement juifs, de l’école d’hiver de l’Institut israélien d’études avancées qui ont participé à une conférence donnée par le dr. Alessandro Tedesco et le professeur Edoardo Barbieri de l’Université catholique de Milan, sur l’histoire de la bibliothèque franciscaine de Jérusalem de 1500 à nos jours.

La collaboration avec la Winter School est le fruit d’une belle amitié entre le professeur Barbieri et un jeune érudit israélien, Ray Schirer, visiteur fréquent des expositions bibliographiques organisées chaque année pour “Livres, ponts de la paix”, le projet né en collaboration. entre la Custodie de Terre Sainte et le Creleb (Centre européen de la recherche, livres, édition, bibliothèque) de l’Université catholique de Milan et ATS Pro Terra Sancta. Le cycle de cours a vu la présence de personnalités de premier plan, telles que le célèbre spécialiste de la culture de la Renaissance, Anthony Grafton de l’Université de Princeton, le prof. Joseph Hacker de l’Université hébraïque, prof. Eichanan Reiner, directeur scientifique de la Bibliothèque nationale d’Israël (NLI), et la participation d’un grand groupe d’étudiants d’Israël et d’Europe.

Ray souhaitait vivement que la Bibliothèque générale de la Custodie soit impliquée dans le projet. Pendant la leçon le dott. L’allemand a montré certains des trésors qui racontent l’histoire de la bibliothèque: des anciens chorales aux livres imprimés du XVe siècle arrivés à Jérusalem au début du XVIe siècle. De plus, l’exposition “La Bible en mouvement” présentée dans les locaux de la Custodie en novembre dernier a été réorganisée pour une journée. Après la présentation du matériel par le prof. Barbieri, commissaire de l’exposition, a en effet pu observer de plus près et manipuler certains des précieux livres et manuscrits exposés, puis en discuter ensemble lors d’un court séminaire.

Une réunion cordiale qui a visiblement satisfait tous les participants: “C’est très aimable à vous de réorganiser l’exposition pour nous permettre de profiter de la vision détaillée de nombreux textes bibliques de la Custodie” a déclaré Ann Blair, directrice du cours de l’Université de Harvard. “C’était un très bel événement qui a dévoilé les véritables trésors de la bibliothèque. Les étudiants ont apprécié l’expérience et les professeurs pensent à de futures collaborations “.

Pour Alessandro Tedesco, qui a tenu la conférence du séminaire, ce n’est pas la première visite à Jérusalem. Il a été l’un des premiers étudiants à prendre part à l’initiative “Libri, Ponti di Pace” en tant que volontaire de la fonction publique en 2012, et depuis lors, il n’a jamais cessé de collaborer avec la bibliothèque. Continuez à suivre la partie gestion de l’information du site et du catalogue et menez des activités d’étude et de recherche. Il croit fermement en ce projet: “La paix que nous proposons et imaginons est une paix liée à la culture. À travers le patrimoine du livre, créer de l’empathie et sensibiliser les gens aux différentes idées et religions, à la Custodie de Terre Sainte et à la réalité chrétienne locale. Lorsque vous ignorez qui est l’autre, il est très facile d’en avoir peur “.

C’est aussi grâce à la contribution d’Alessandro et des nombreux étudiants comme lui, devenus au fil des années des “ponts de la paix“, que ces moments de rencontre et de dialogue entre les différentes réalités chrétiennes, juives et musulmanes de Jérusalem sont devenus possibles.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer