Rhodes et Kos

L’usine de charité dans les îles de Rhodes et de Kos: entretien avec le Père John Luke Gregory, ofm

Veronica3 mai 2022

Sa voix est si sûre et vivante que vous ne diriez jamais, en l’écoutant au téléphone, que c’est un homme dont les yeux sont témoins d’une tragédie humaine dans la mer Égée au quotidien.

Le père Jean Luc Grégoire est un frère franciscain de la Custodie de Terre Sainte et vicaire général de l’archidiocèse de Rhodes. Il est curé catholique des îles grecques de Rhodes et de Kos depuis 18 ans. Sa présence constante est le cadeau inattendu et précieux pour des milliers de réfugiés qui débarquent sur les deux îles depuis des années à la recherche d’un avenir digne.

La plupart des réfugiés qui arrivent à Rhodes et Kos viennent de pays du Moyen-Orient tels que la Syrie, Gaza, l’Irak, l’Iran, mais aussi d’Afghanistan, du Pakistan et de certains pays africains. Beaucoup d’entre eux sont mineurs. Ils fuient les guerres, la faim, la violence.

Après un long et dangereux voyage, la plupart de ces personnes arrivent sur l’île sans papiers, sans connaissance d’une langue européenne et sans argent, puisque leurs économies vont entre les mains de trafiquants.

Ces petites îles entourées d’une mer cristalline sont célèbres pour leurs paysages à couper le souffle aimés des touristes, mais sont moins connues pour l’urgence des réfugiés qui ne s’est pas arrêtée depuis 2015.

Abuna Luke est connu et aimé sur l’île et ses visites sont toujours attendues avec impatience. Ceux qui vont vers les réfugiés apportent avec eux des savons, des shampoings, des produits d’hygiène, des jouets, de la nourriture, des vêtements et de précieux mots de réconfort pour des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants au cœur brisé. Il est né à Sheffield et est polyglotte : sa langue maternelle est l’anglais, puis il parle italien, arabe, Français et grec. Quand il rencontre quelqu’un, il ne s’intéresse pas au facteur religieux : il ne voit que des frères et sœurs.

Père Luc, quel est le plus grand besoin des réfugiés vivant à Rhodes et à Kos aujourd’hui ?

Ils ont besoin de tout: un logement, de la nourriture, de l’eau, des vêtements. Dès que je peux, je leur apporte des savons, du shampoing, du dentifrice, du chocolat, des jouets et des livres pour enfants. En outre, nous utilisons les dons pour fournir des soins médicaux et dentaires, car les conditions dans lesquelles les réfugiés arrivent ici sont très mauvaises. Au début, il était très difficile de trouver un dentiste prêt à leur rendre visite.

J’ai toujours été avec eux pour pouvoir traduire de l’arabe vers le grec ou l’anglais.

De plus, ils n’ont pas de documents; ils ne parlent ni anglais ni grec; ils n’ont pas d’argent. Je dois dire que cela m’inquiète beaucoup. J’ai peur qu’ils commencent à voler ou à se lancer dans la traite des personnes ou la prostitution. Qu’est-ce qu’ils vont faire d’autre? J’en ai beaucoup. Ces hommes, ces femmes, ces jeunes et ces enfants sont si nombreux que je ne peux pas vous dire le nombre exact. Les Grecs sont de bonnes personnes, mais le gouvernement craint que la présence de réfugiés n’interfère négativement dans le tourisme. Les réfugiés sont donc placés dans un endroit, comme une grande prison, où les touristes ne peuvent pas les voir.

Qu’arrive-t-il aux réfugiés lorsqu’ils atteignent les côtes grecques ?

Tout d’abord, il faut dire que la plupart d’entre eux sont des Palestiniens qui viennent de Gaza. Avant, ils étaient pour la plupart des Syriens, des Irakiens, des Pakistanais, des Afghans. Aujourd’hui surtout de la bande de Gaza. Une traversée typique est de l’Egypte à la Turquie et de la Turquie à ici, à Rhodes et Kos. C’est un voyage long et dangereux. Beaucoup d’entre eux se noient.

Ils sont mis sur un canot pneumatique gonflé en Turquie. Ces dériveurs sont faits pour 17 personnes, mais faiblement remplis d’au moins 30 personnes. Ensuite, ils ont mis assez d’essence juste pour les sortir des eaux turques. Et ils sont envoyés le long des routes maritimes qui sont très dangereuses parce que de très gros navires y naviguent: navires de croisière, cargos. Je le répète, beaucoup d’entre eux se noient. Et ils paient des milliers de dollars pour ces voyages dangereux.

Il y a quelque temps, les autorités grecques ont démantelé un « camp de réfugiés » à Rhodes, qui était un ancien abattoir. Toutes les personnes à l’intérieur ont été mises sur des navires et transférées au centre de réfugiés de Kos : environ quatre mille réfugiés. Ils ne sont autorisés à rester dans le Centre que pendant quelques mois. Ils leur donnent des documents de demandeurs d’asile et les laissent ensuite de côté, ce qui signifie qu’ils vivent sur l’herbe. Je leur ai rendu visite il y a deux semaines et je ne savais pas que cela se produisait. Hier soir, il faisait 5 degrés et ils n’avaient que des sacs de couchage avec eux qui deviennent très humides. Parfois, il pleut encore en avril et mai.

Quand les réfugiés m’ont vu, ils ont commencé à crier : « Baba, Baba ! », ce qui signifie « Père » en arabe. C’était horrible. Nous avons donné de la nourriture, des savons, des vêtements aux gens, mais ils étaient tellement nombreux. Pro Terra Sancta nous a beaucoup aidés, nous n’aurions jamais réussi seuls.

Pourquoi font-ils cela à leurs frères et sœurs ? Dis-moi pourquoi? Je ne veux pas dépeindre une image négative, mais c’est la réalité. Je dois essayer de rester positif, mais parfois je vous assure que c’est difficile.

Comment avez-vous vécu cette urgence à Pâques ?

En fait, j’ai célébré deux lundis de Pâques! Nous célébrons en même temps que l’Église catholique à Kos et avec l’Église orthodoxe à Rhodes.

À Kos, c’était très agréable, parce que nous avons cette petite paroisse avec des Albanais, des Allemands, des Italiens, des Belges. Après les liturgies, nous nous sommes rassemblés et avons mangé ensemble. J’ai fait beaucoup de confessions et à la veille de Pâques, une Albanaise a reçu sa première communion! À Kos, beaucoup de gens ont besoin des sacrements et nous procédons aux activités de préparation au Catéchisme.

Nous sommes ensuite retournés à Rhodes pour célébrer la Semaine Sainte pour la deuxième fois (avec l’Église orthodoxe). Ainsi, après nos liturgies, nous sommes allés à celles de l’Église orthodoxe avec nos frères et sœurs orthodoxes. Nous avons apporté l’Eucharistie aux malades et sommes allés dans les familles pauvres pour leur apporter de la nourriture. Nos bénévoles préparent 700 colis alimentaires chaque mardi. C’est le nombre de personnes qui viennent au couvent pour la boîte avec l’épicerie tous les mardis. Nous commençons la distribution à six heures du matin. Toute la nourriture est financée par Pro Terra Sancta. Nous achetons de grandes quantités de riz, de lentilles et d’autres produits d’épicerie, puis nous les trions dans de petits sacs., car acheter en grande quantité est moins cher. Pendant la semaine, nous préparons les sacs et les distribuons. Nous faisons ce geste depuis des années maintenant.

Au début, nous avons mené ces activités à partir du couvent, mais ensuite les gens sont devenus si nombreux que nous ne pouvions plus le faire. J’ai donc dû fermer la salle paroissiale pour la plupart des activités, car elle est devenue le centre de collecte et de distribution des produits d’épicerie, tout comme une banque alimentaire. Maintenant, nous devons utiliser le théâtre pour nos activités.

Quel genre d’activités faites-vous au théâtre?

Toutes les activités de la paroisse ! Par exemple, des pièces de théâtre, des ballets, des sketchs, des réunions, des expositions, des spectacles scolaires et des concerts. Toutes ces activités que nous devons faire dans le théâtre maintenant parce que la salle paroissiale est le nouveau centre de collecte de nourriture. Et les bons habitants apportent aussi des vêtements. Ensuite, je demande aux touristes qui assistent à la messe de partir s’ils peuvent des shampooings, des savons, des brosses à dents, des dentifrices, afin que nous puissions également distribuer ces choses. Donc, c’est comme une usine. Une usine de charité.

Je fais toutes ces choses depuis 18 ans. Je suis pratiquement grec maintenant, mais mon premier amour est l’Italie (dit-il en riant, ndlr). En 2021, le président de la République italienne, Sergio Mattarella, m’a nommé Chevalier de l’Ordre de l’Étoile pour mon travail auprès des réfugiés.

C’est ma vie ici. Nous avons deux églises à Rhodes et les deux ont un beau jardin où nous cultivons des légumes et des pommes de terre pour les distribuer aux personnes qui en ont besoin. Nous n’avons pas de week-ends ou de jours de congé. Il y a toujours beaucoup à faire et sans pro Terra Sancta, de nombreuses activités caritatives seraient impossibles à mener.