Mosaïques de Terre Sainte : l’exposition à travers des yeux d’enfants

email whatsapp telegram facebook twitter

Etonnement, curiosité, enthousiasme : les récits des enfants ayant participé aux laboratoires créatifs d’introduction à l’art de la mosaïque, pendant l’exposition “Mosaïques de Terre Sainte”, qui s’est tenue à Milan du 6 au 16 décembre, sont rapportés ci-dessous.

“Nous sommes allés à l’exposition des mosaïques et j’ai bien aimé quand Rasmi nous a appris à faire des mosaïques. Notre guide s’appelait Alessandra et elle nous a dit que les mosaïques existaient en l’an 600”. Lorenzo B.

“Ça m’a plu quand la guide nous a parlé des fruits et de la lune croissante et quand Rasmi nous a fait mettre les petits carrés de pierre”. Emma

“J’ai bien aimé faire avec mes amis la mosaïque que Rasmi nous a expliquée. La guide nous a expliqué que ces mosaïques-là ont été recopiées de deux églises qui s’appellent mosquée et église chrétienne”. Alice

“Alessandra nous a montré les mosaïques, et Rasmi, lui, nous a montré les tesselles et il en a donné une à chacun, ça m’a bien plu”. Lorenzo V.

“A l’exposition sur les mosaïques, Rasmi nous a montré qu’il mettait une sorte de colle pour accrocher les petites pièces pour faire les mosaïques : lui, il fait les mosaïques avec ses amis. La guide nous a dit qu’ils avaient fait une mosaïque en trois mois”. Marcello

“Moi, j’ai énormément aimé l’exposition des mosaïques parce que nous avons essayé de faire une mosaïque, en posant un petit carré dans une mosaïque déjà commencée. J’ai aimé toutes les mosaïques que nous avons vues parce qu’il y avait tellement d’or et aussi des couleurs vives, et parce qu’elles avaient beaucoup de fruits, comme le raisin et la grenade”. Riccardo C.

“Moi, j’ai beaucoup aimé l’exposition parce qu’il y avait tellement de belles mosaïques. Celles que j’ai le plus aimées sont celles qui viennent de la mosquée parce que j’ai eu la chance de les voir de près, mais surtout, j’ai bien aimé toute cette présence d’or”. Giulia T.

“J’ai aimé toutes les mosaïques, mais celle qui m’a plu le plus est celle qui représente le palmier. Cette mosaïque m’a plu parce qu’elle avait des couleurs très vives”. Arianna C.

“Vendredi, nous sommes partis voir des mosaïques faites par un monsieur qui venait de Jérusalem, j’ai beaucoup aimé cette sortie ! La mosaïque que j’ai le plus aimée est celle qui ressemblait à un arbre, parce qu’elle avait des couleurs très joyeuses et vives et était faite avec de l’imagination”. Martina S.

“C’est le palmier qui m’a le plus plu parce qu’il y avait beaucoup de couleurs vives et aussi parce qu’il y avait beaucoup de fruits et de fleurs”. Matteo P.

“J’ai beaucoup aimé l’exposition et j’ai surtout aimé la mosaïque où il y avait le symbole des musulmans parce qu’elle était pleine de fleurs et de fruits”. Alessandro R.

“Laura nous a dit que pour faire une grande mosaïque, il faut au moins un mois, par-contre, une semaine pour les petites : ils nous ont montré toutes ces mosaïques merveilleuses où il y avait des feuilles, des fruits et des paniers de fleurs”. Giulia S.

“Rasmi nous a laissé poser des tesselles qui étaient faites de minerais très précieux et nous avons posé beaucoup de questions”. Grazia

“J’ai aimé quand Alessandra nous a montré le dieu de la mer. J’ai eu du mal à coller les tesselles”. Davide R.

“J’ai bien aimé cette espèce de tronc avec le raisin, la grenade et au-dessus, il y avait le symbole de la lune avec le soleil au milieu et des étoiles tout autour”. Alessandra

“Quand je suis allée à l’excursion des mosaïques de la Terre Sainte, j’ai vu la lune croissante et aussi une plante avec un bouton et des feuilles avec le fruit dedans. Le dernier vase que j’ai vu était renversé”. Chiara

“Sur l’une des mosaïques, il y avait des pierres faites de verre qu’on trouve à Venise. Il y avait des pierres qui n’étaient pas en verre et qu’on trouve à Bethléem. La guide nous a dit qu’ils avaient une pince pour tailler les pointes des tesselles”. Giorgia

“A l’exposition des mosaïques, ce qui m’a impressionné le plus a été quand Rasmi a coupé les carreaux en petits morceaux et ne s’est pas coupé le doigt. Et ensuite, ça m’a touché quand Laura nous a expliqué que pour charger les mosaïques dans l’avion, ils avaient dû les casser”. Tommaso D.

“Expliquer cette exposition à des enfants du CE1 et du CM2 s’est surtout résumé à regarder les mosaïques ensemble et se demander ce que l’on voyait. C’est impressionant de voir à quel point les enfants se rappellent de façon particulière ce qu’ils ont fait. En les regardant alors qu’ils étaient devant Rasmi et qu’ils apprenaient à positionner les tesselles, je voyais des visages heureux et étonnés”. Laura, la maîtresse.

***

[nggallery id=119]