Décembre 2017

Noël à Bethléem: les visages d’une crèche vivante

À Noël dans le monde entier, la crèche est installée et la grotte de l’enfant Jésus représente le cœur de cette représentation sacrée et populaire. Mais avec les mages et les bergers entre les maisons et les rues de Bethléem, un peuple entier se montre joyeux vers la mangeoire. Nous sommes allés à leur rencontre, pour courir avec eux à l’étoile qui indique l’endroit où Jésus est né.

Le gardien de l’église latine de Sainte-Catherine à côté de la basilique est Bishàra, un chrétien Betlemite. “Noël est un moment merveilleux”, dit-il en souriant et en montrant la croix rouge de la Terre Sainte sur sa poitrine. “La chose importante pour notre famille et pour tous est que Jésus est né pour chacun de nous, donc nous n’avons pas peur. Je remercie Dieu et les franciscains pour qui je travaille, car ma famille est en bonne santé. Nous laissons les problèmes à Dieu qui connaît le cœur de chacun ».

Juste à l’extérieur de la basilique, sur la grande place de la Nativité, devant le bel arbre et la crèche, se trouve Rony, l’une des nombreuses crèches de Bethléem, en bois et en nacre. “N’ayez pas peur, et priez pour la Terre Sainte, surtout maintenant que c’est Noël!” Il dit fièrement montrant à tous les pèlerins entrant dans son magasin la vidéo de quand il a chanté pour le pape François, juste là à Bethléem. Son père est là à côté de lui, car il y a aussi son grand-père dans une photo parmi les nombreux personnages de la crèche que chaque jour de l’année vend au monde entier. “Qui sait ce que sera ce Noël”, dit son père avec le regard fatigué de quelqu’un qui, depuis trop longtemps, a vécu la tragédie de la situation politique dans son pays. Mais Rony le regarde en souriant et dit: «Papa tu sais, les derniers bouleversements politiques nous rendent encore plus forts et plus fidèles. Nous sommes très heureux de vivre ici. Ce n’est pas seulement une tradition familiale qui doit continuer, notre mission est de rester ici. Nous espérons toujours la paix et nous voulons la paix pour la Terre Sainte “.

En dehors de la boutique, le jeune Taline se souvient de la période la plus attendue de l’année. “Quand Noël est arrivé, la maison était ouverte à tous, a frappé à la porte et les gens sont venus à notre terrasse donnant sur la place de la Nativité. Je me souviens encore de l’odeur des bonbons à l’alcool que maman préparait pour les invités et pour nous les enfants il y avait tellement de chocolat Santa Claus “. Il raconte qu’au cours des 7 années passées à Rome, où il a étudié l’ingénierie de l’architecture, il a ressenti l’importance de sa ville: “quand on vit à 2 minutes d’un endroit si important, parfois on n’y pense pas!”. Aujourd’hui, Taline est revenue sur ses terres, où elle travaille pour les Franciscains de la Custodie de Terre Sainte à Jérusalem, mais chaque année en décembre elle retourne à Bethléem. L’attente est toujours la même: revivre Noël comme quand elle était enfant avec le monde entier.

Dans cette grande crèche populaire, nous rencontrons aussi George du «Saint George restaurant and coffee». “C’est vrai, c’est une période très difficile pour nous tous, mais comment puis-je me plaindre – explique-t-il en servant un café arabe parfumé – j’adore vivre ici, cet endroit sent Noël”. Ou Nizar, un autre jeune vendeur de crèche, qui voit aussi des musulmans qui achètent des berceaux pour leurs amis chrétiens dans son magasin: “Nous sommes tous des frères!”. Natività Betlemme

En descendant la ville, nous rencontrons les nombreux garçons qui quittent l‘école Terra Sancta, où nous rencontrons Naila, une femme qui connaît bien l’espoir. Chaque jour en tant que travailleur social de la FSSO (services sociaux franciscains), il écoute la voix de beaucoup de gens de Bethléem et transmet la joie de vivre, grâce à l’aide fournie par l’Association pro Terra Sancta. “Si vous n’avez aucun espoir, vous ne vivez pas ici!”, Dit Naila. “Compte tenu de la situation politique et sociale, nous ne nous attendons pas à quelque chose de bien tous les jours, mais si nous nous arrêtons seulement aux mauvaises nouvelles, nous ne pourrons plus bouger. À la maison et au travail, j’essaie de trouver le bonheur et l’espoir d’un avenir meilleur. Je suis une femme, une mère, une soeur, j’ai la responsabilité de donner de l’espoir à mes enfants et aux personnes à côté de moi et je leur rappelle toujours de remercier Dieu s’ils vivent heureux. Et l’espoir grandit dans cette période où je peux participer à la La neuvaine de Noël J’aime aller à l’église parce que je me sens comme Noël. Mais c’est aussi une joie qui se vit dans la famille, le 25 décembre en effet, comme dans le monde, nous nous réunissons pour un déjeuner et nous échangeons les cadeaux que nous mettons sous l’arbre, à côté de la Nativité “.

Naila se rend à la Charitable Society Antoniana, pour une fête de Noël pour les personnes âgées. Dans cet abri pour les personnes âgées à Bethléem, souvent abandonné ou sans soins de santé, il y a Marya et Muna. Alors que la première défausse le cadeau qu’elle vient de recevoir, une belle écharpe rouge, Marya répète trois fois son besoin de “Paix, Paix, Paix, Nous avons Besoin de Paix et de Liberté”.

Maintenant âgée et malade, même Marya est une invitée du centre et grâce à la générosité de nombreux bienfaiteurs, elle peut se guérir. Entre les couloirs de la structure il y a un ange, c’est sœur Lisi. «À Noël, certains ne pourront pas assister à la messe dans la basilique, mais nous serons ici en train de manger ensemble et de vivre cette joie», continue sœur Lisi pendant qu’elle caresse les autres patients du centre et leur apporte le déjeuner du jour. “Noël pour nous est l’annonce heureuse de l’amour que Dieu adresse à chaque homme, avec ces gestes d’amour, nous essayons de suivre cette proclamation et de vivre Noël tous les jours ici à Bethléem“.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer
sur le même sujet

À Bethléem, où le mosaïque se fait école (Juillet 2019)

L’éducation à Bethléem: histoire de Jameela et Reem (Mai 2018)

Les mains et le cœur de Mattia : un jeune kinésithérapeute pour les personnes âgées et les enfants de Bethléem (Mars 2018)

Nouvelle adresse technologique du Terra Sancta School de Bethleem : un pari à l’avant-garde (Mars 2018)

Le Champ des Bergers, lieu de la première annonce (Janvier 2018)

Noël à côté des enfants malades de Bethléem (Décembre 2017)

Avec la Conférence Episcopale Italienne dans les écoles : réduisons la violence sur les bancs de Bethléem ! (Novembre 2016)

Le soutien aux pierres vivantes de Bethléem continue grâce à la Fondation François d’Assise (Octobre 2016)

Nous produisons des talents : le projet “Bethlehem Flour” pour les femmes de Bethléem (Juillet 2016)

Association pro Terra Sancta – Nos meilleurs voeux pour un Noël Saint (Décembre 2015)

Les personnes âgées, les pauvres, et toute la communauté de Bethléem pleurent la mort de Sœur Immacolata (Août 2015)

“Vous me trouverez dans le son” : cours de formation pour musicothérapeutes à Bethléem (Juillet 2015)

Camp d’été à Bethléem, l’enthousiasme des plus petits (Juillet 2015)

Le personnage du mois : Naila, assistante sociale à Bethléem (Juin 2015)

A Bethléem une journée avec les personnes âgées du centre diurne de la Société Antonienne (Mai 2015)

Classes renouvées et plus sûres: la surprise pour les petits élèves de la crèche de Sainte Caterine à Bethléem (Avril 2015)

Le problème de l’eau, une aide concrète à Bethléem : de nouvelles citernes (Février 2015)

Bethléem : une délégation du Holy Land Coordination en visite aux personnes âgées de la Société Antonienne (Janvier 2015)

« À Bethléem, comme partout dans le monde, Jésus a le visage de celui qui souffre ». L’expérience de Nicoletta auprès des personnes âgées de Bethléem. (Janvier 2014)

Une centaine de personnes âgées de Bethléem fêtent Noël, entourés du curé et de nombreux amis (Décembre 2013)