Février 2019
padre hanna jallouf

“Nous sommes des moutons parmi les loups”: le témoignage de père Hanna de la province d’Idlib

“Nous sommes des moutons parmi les loups. Littéralement. Chaque soir, nous nous endormons en confiant notre vie au Seigneur, car nous pourrions toujours être agressés. Le lendemain matin, nous nous réveillons et constatons que nos prières ont été exaucées… De la même manière, nous ressentons le pouvoir de vos prières pour nous. Le Seigneur ne nous accorde pas en faisant disparaître les loups, ils sont toujours là, mais incroyablement les loups sont dociles. Bien sûr, ils nous ont forcés à enlever tous les symboles chrétiens et nous ne pouvons pas exprimer notre foi publiquement; ils nous menacent, ils envoient les garçons à jeter des pierres aux portes de nos maisons et de nos églises, mais notre vie est sauvée et nous continuons à vivre le quotidien avec engagement, espoir et foi”. La voix au téléphone du père Hanna Jallouf est sereine, claire, pleine de cet espoir qu’il nous dit et qui, dit-il, “gagne tous les abus et les violences que nous subissons chaque jour”.

Le père Hanna est un franciscain de la Custodie de Terre Sainte, l’un des deux religieux restants ainsi que les communautés chrétiennes de Knayeh et de Yacoubieh dans la province d’Idlib, où environ 30.000 rebelles opposés au gouvernement de Bachar el-Assad se sont réfugiés. On a beaucoup parlé ces derniers mois d’Idlib, la dernière zone de résistance des djihadistes dirigés par Jahbat Al-Nusra; au début, le gouvernement et les alliés russes trouvaient seulement une solution: envahir la région, en causant un carnage de civils, mais ensuite, il a été question d’un accord entre la Russie et la Turquie sur la démilitarisation de la région et la retrait de tous les combattants; à ce moment-là, il semblait d’être arrivé à une décision partagée et on avait cessé d’en parler.

Mais la question est loin d’être résolue, la province d’Idlib est toujours soumise à Al-Nusra et les conditions dans lesquelles le père Hanna vit avec son frère Luai Bsharat et les communautés de Knayehe et de Yacoubie sont précairesATS pro Terra Sancta poursuit ses activités d’assistance, de distribution de colis de vivres et de produits de première nécessité, ainsi que d’hospitalité au couvent de certaines familles sans abri. Père Hanna nous dit que ces activités constituent “une aide fondamentale pour la communauté chrétienne: sans nous et sans votre soutien, elles n’existeraient plus ici. C’est pourquoi nous restons, les gens ont besoin de nous et ils nous regardent constamment”.

Père Hanna n’a pas de doutes à ce sujet, il veut rester dans sa communauté, bien qu’il nous dise que la situation pourrait empirer bientôt. “L’hiver a été très dur cette année – il ajouté – et les inondations ont été nombreuses. Ceux qui en ont particulièrement souffert sont ceux qui vivent dans les camps de réfugiés de la région et qui ne peut pas recevoir d’assistance en raison de cette occupation… Et cela ne s’améliorera pas car il semble que les forces gouvernementales vont se préparer, nous pensons qu’elles attaqueront ce printemps, dès que les conditions climatiques s’amélioreront, puis nous devrons et vous devrez beaucoup prier“.

 

Continuons à soutenir père Hanna et la communauté de Knayeh et Yacoubieh!

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer