Proche des personnes âgées de Bethléem : la Caritas Antoniana aux côtés de l’ATS pro Terra Sancta

Les personnes âgées font partie d’une classe parmi les plus faibles de la société contemporaine et encore plus dans un lieu comme Bethléem, où, en plus du Mur qui rend la vie quotidienne difficile physiquement, les personnes âgées se heurtent souvent au mur de la solitude et de la maladie. Etre une personne âgée à Bethléem signifie très souvent être seul, abandonné par sa famille, malade et sans accès aux services d’assistance.

Des chiffres et le rôle vital des personnes âgées dans la société palestinienne

Aujourd’hui en Palestine, les personnes âgées représentent 4,4 % de la population totale, un groupe minoritaire mais trop souvent négligé ; près de la moitié des femmes âgées en Palestine se compose de veuves et, à cause des problèmes politiques et d’une forte émigration des jeunes, une maison sur six n’est habitée que par des personnes âgées. En plus de cela, un tiers de toutes les personnes âgées en Palestine a des problèmes de santé et 70,7 % des personnes de plus de 60 ans ont au moins une maladie chronique.

La contribution des personnes âgées est fondamentale dans chaque culture, mais le danger de perdre la mémoire et la tradition est encore plus fort dans un contexte comme celui de la Palestine. Il est en effet important de préserver la mémoire des personnes âgées car ce n’est qu’à travers elles que les palestiniens peuvent faire connaissance avec leur identité et leurs traditions.

La Caritas Antoniana de Padoue en soutien à l’espérance

Dans un contexte difficile, comme à Bethléem, la Providence a voulu que des personnes et des organisations, comme la Caritas Antoniana de Padoue, reconnaissent le rôle fondamental qu’ont les personnes âgées dans la conservation du patrimoine historique et culturel palestinien, choisissant de soutenir le centre des anciens de Bethléem, qui aurait sinon été abandonné à lui-même.

La Caritas Antoniana de Padoue a donc décidé de soutenir le projet de l’ATS pro Terra Sancta et la maison pour anciens de la Société Antonienne, permettant aux sœurs gianelline et aux volontaires qui y travaillent de soigner les maladies chroniques, soulageant la douleur physique de nombreuses dames âgées abandonnées, leur permettant de mener une vie digne.

L’aide offerte par la Caritas Antoniana de Padoue redonne l’espérance aux personnes qui l’avaient perdue. Nous remercions ainsi nos bienfaiteurs, en priant pour que la Providence puisse continuer à agir à travers eux.