Septembre 2019

Rand et Vialet: de Damas à l’Italie pour apprendre l’art de la restauration

“Pour nous, être ici est un privilège, une opportunité unique que très peu de nos pairs peuvent avoir actuellement, alors merci beaucoup.” Randing, 25 ans, parle en Italie avec Vialet, quelques années plus jeune. Ils sont syriens et proviennent de ce que, selon un récent classement de The Economist, est la ville la plus invivable au monde: Damas. Ici, en fait, même s’il n’ya plus de combats en cours depuis quelque temps, les choses ne se passent pas bien du tout.

Il y a la faim à Damas et beaucoup de pauvreté; à cause des longues années de guerre certes, mais surtout à cause des sanctions économiques imposées de l’extérieur. Compte tenu de la situation précaire dans laquelle se trouve toujours le pays, il est très difficile d’entrer ou de sortir et de participer à des initiatives telles que celle à laquelle Rand et Vialet participent en Italie ce mois-ci.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un projet soutenu par l’Association pro Terra Sancta et mené par des membres de l’Association des restaurateurs sans frontières (RSF), qui suivent depuis 2011 des travaux de restauration d’œuvres d’art à l’intérieur du couvent franciscain de Bab Touma. à Damas. Les restaurateurs ont déjà effectué deux expéditions en Syrie dans le but de procéder à des restaurations avec la participation d’étudiants d’universités locales.

Parmi ceux-ci, Rand et Vialet ont été invités à participer aux travaux de restauration menés par RSF à Rome et à Rapallo cet été. Et entre deux sessions, ils ont eu l’occasion de visiter les principales villes italiennes et de voir les œuvres artistiques les plus importantes.

“Aujourd’hui, je travaille comme graphiste pour une compagnie de téléphone en Syrie, a déclaré Rand, mais j’ai un diplôme en patrimoine culturel et pour moi, c’était vraiment excitant de voir le Colisée, la tour de Pise et de nombreux autres témoignages archéologiques et artistiques … toutes choses que j’avais vues seulement sur des livres et je ne pouvais qu’imaginer! “.

Même pour Vialet, ce fut une expérience indescriptible. Elle étudie encore, elle est inscrite en deuxième année d’archéologie. “Pour moi, dit-il, c’est une occasion très précieuse, qui me donnera de nombreuses opportunités dans le futur. Peu d’étudiants de mon cursus ont la possibilité de quitter le pays et de voir ce que j’ai vu pour le moment. C’est aussi un avantage considérable d’un point de vue professionnel ».

Vialet a hâte de finir ses études et de se mettre au travail. “En Syrie, a-t-il déclaré, nous possédons un immense patrimoine archéologique qui a été en grande partie détruit ou endommagé par le conflit, et il est dommage car l’archéologie est pour moi une étude du passé dans le but de revenir à notre origine. Détruire cela signifie perdre la manière dont notre origine nous le rappelle. Nous devrons récupérer cette mémoire et j’ai hâte de commencer. Mes études, mon expérience avec RSF et tous les travaux de formation sur les ouvrages endommagés et ce voyage en Italie sont des éléments qui vont m’aider à mener à bien ce travail. C’est pourquoi je suis immensément reconnaissant pour cette opportunité “.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer