Rhodes. Le drame inconnu de l’île et l’aide du père Luke

Rhodes, connue pour son célèbre colosse et sa mer chaude et cristalline, vit depuis des années une tragédie inconnue, où se mêlent histoires de pauvreté et de guerre. La crise économique qui a frappé la Grèce peine à se résoudre et les petites îles bordant la mer Méditerranée sont depuis longtemps le refuge de milliers de réfugiés qui quittent le Moyen-Orient pour chercher fortune et vie.

Le Père Luke Gregor, franciscain de la Custodie de Terre Sainte et coordinateur du projet pour les réfugiés que nous aidons depuis des années, le sait bien. Il aide ceux qui débarquent, les console, écoute leurs histoires pleines de drame et d’espoir, fait tout ce qu’il peut pour restaurer un avenir refusé à toutes ces familles syriennes et irakiennes qui touchent – dans la peur – cette bande de terre baignée par la mer Méditerranée. . L’histoire qu’il nous raconte, une parmi tant d’autres, est celle de Mohamed: «Ce fut une vraie lutte pour tenter de négocier le transfert de Mohammed et de sa famille de l’abattoir à l’appartement», dit-il.

L’abattoir dont il parle est en fait un camp de réfugiés, et Mohamed, un jeune mari qui, avec sa femme, attend un enfant, a fui la guerre. “Ce n’est pas terrible, mais c’est assez propre et sûr.” Il n’y a pas de machine à laver, mais ce n’est pas un gros problème: “il y a des années, j’ai mis une machine à laver dans la salle paroissiale de l’église – dit-il – pour que les Philippins sans machine à laver puissent laver leurs vêtements et ce fut un grand succès . C’est drôle comme les choses que nous tenons pour acquises sont comme un joyau précieux pour les autres ».

Le Père Luke est engagé, et se bat contre la bureaucratie pour accueillir la famille sur l’île et leur fournir des soins de santé: «c’est une lutte sans fin! La femme de Mohamed donne naissance au petit Allam, mais en peu de temps, en raison des conditions de vie difficiles, elle tombe malade de la peau. Là où ils vivaient, il n’y avait même pas d’électricité! ». La situation est difficile, parfois grave: «La petite fille a eu une infection très grave, avec une réaction allergique aiguë. La première fois qu’ils sont allés aux urgences, ils l’ont renvoyée avec une bouteille de crème pour la peau! Après deux jours, il était bien pire et avait des difficultés à respirer. Je me souviens qu’ils se sont déplacés dans l’obscurité de cette cabane sans fenêtre avec une petite torche à piles !! Je les ai renvoyés à l’hôpital: la deuxième fois, elle a été hospitalisée et traitée par voie intraveineuse! ».

Aujourd’hui, ils sont mieux lotis et vivent non loin de l’église de Santa Maria, la paroisse du Père Luc. «Je suis en mesure de suivre les progrès de l’enfant au quotidien. Le bébé Allam va beaucoup mieux et nous achetons les différents médicaments nécessaires. Maintenant, je peux prendre soin des besoins de Mohammed, le père, qui a des problèmes de dos. J’espère trouver un physiothérapeute qui le soignera. Peu sont ouverts aux réfugiés car ils pensent encore qu’ils vont contracter Covid, hélas, c’est une possibilité, et en effet un miracle que je ne sois pas sûr! “.

De nombreux réfugiés ont également des problèmes psychologiques, et c’est une croix qui s’ajoute aux autres: «Nous sommes confrontés à chaque problème dès qu’il arrive. Ceux qui viennent à Rhodes, s’ils décident de rester, doivent également apprendre un peu de grec. Ils me demandent souvent si je peux trouver du travail pour Mohammed, mais c’est presque impossible car ils n’ont pas de résidence et ne peuvent pas être assurés… Nous verrons ce qui peut être fait dans le futur. Nous sommes en quarantaine complète, donc tout ce que nous pouvons faire est très limité. Mais je suis sûr que toute l’aide est une indication de la main de la Divine Providence ».

Avec une dernière, grande certitude qui l’accompagne et qu’il répète toujours: «Quiconque fait ces choses à l’un des petits me les fait. Jésus l’a dit ».

Association pro Terra Sancta

CONSTRUIRE DES LIENS ENTRE LA TERRE SAINTE ETLE MONDE