Octobre 2018

Sebastia: la salle des croisades, trop oubliée, retrouve sa splendeur

À première vue, le petit village niché entre les collines d’oliviers et d’amandiers ne semble pas se différencier des nombreux villages de la campagne palestinienne. Cependant, Sebastia, petit village situé au cœur de la Samarie, cache parmi les maisons et les champs des vestiges de colonnes, des chapiteaux, des bâtiments d’anciens bâtiments qui permettent de voir le passé florissant de cette ville qui, depuis l’époque de l‘histoire biblique, a joué un rôle de premier plan dans la région. Habitée avec certitude depuis l’âge du fer, Sebastia était la capitale du royaume d’Omri et a connu une série de dominations au cours des siècles: assyrienne, grecque, asmonéenne et romaine. Octavianus Augustus, qui lui a donné son nom (Sebaste en grec signifie Augusta), l’a attribué à Hérode le Grand, qui a initié la construction de nombreux nouveaux bâtiments. Avec Hérode avant et Septime Sévère plus tard, la colonie romaine a atteint sa splendeur maximale: l’Augusteum, le Théâtre, le Temple de Kore et le Stade, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui, appartiennent à cette époque.

Avec l’arrivée du christianisme, il est connu de la source que c’est le lieu de l’inhumation de saint Jean-Baptiste. Le sanctuaire byzantin dédié au baptiste, construit sur la tombe, a ensuite été rénové et agrandi pendant le royaume des croisés. Les croisés ont construit une basilique monumentale, deuxième derrière le Saint-Sépulcre de Jérusalem, tandis que le neveu de Saladin, après avoir conquis la ville, en a fait une mosquée encore utilisée aujourd’hui.

Le passé grandiose de Sebastia et son précieux patrimoine artistique ont été mis au jour par de nombreuses campagnes de fouilles menées au cours des années par des Anglais et des Américains. C’est certainement au cours des dernières années, à partir de 2005, grâce à la contribution de la Coopération italienne, la Mosac Centre Jericho, de ATS pro Terra Sancta en collaboration avec l’Université Al Quds et la municipalité de Sabastia, l’ancienne ville a repris vie.

Un exemple de ce travail fondamental de réaménagement est la découverte de “La salle du Grand Croisé“. Après un an et demi de campagne de fouilles, de 2011 à 2012, avec plus de 25 employés locaux engagés dans les travaux, des décombres et des débris accumulés au cours des siècles ont émergé une salle de l’époque des croisés de 7 mètres de haut et de 7 mètres de long. , mais à l’origine, il devait dépasser 60 mètres. Selon les archéologues, la salle, située dans le sud-est du pays, était la plus basse des trois structures superposées, probablement utilisées pour la conservation et le stockage des produits agricoles. De plus, lors des fouilles, des vestiges des périodes précédentes ont émergé: une partie de ce qui était probablement l’aqueduc romain et un ancien mur datant des murs de la ville byzantine.

Le bâtiment rénové a été conçu comme un centre polyvalent à la disposition de la communauté locale, mais la gestion de la municipalité pendant longtemps n’a pas été améliorée dans toutes ses fonctions. En août dernier, Mosaic Center et ATS pro Terra Sancta ont conclu un accord avec la municipalité: la salle a été remise aux mains de ceux qui lui ont donné la vie; à l’occasion du festival de Sébastia de septembre, le jardin d’Al Badd (la presse) et l’ensemble de la salle ont été nettoyés et rendus accessibles au public. L’espace culturel de “la grande salle des croisés” sera utilisé pour des ateliers, des expositions, des projections multimédias de films et des documentaires. Avec les guesthouses de Sebastia et Nisf Jubeil, l’atelier de poterie et de cuisine de Nisf Jubeil, cet endroit s’inscrit dans un itinéraire touristique plus large autour de Naplouse. “Prendre soin du passé est un moyen d’aider les habitants de ces terres à connaître la valeur de leur tradition, de dessiner et d’en tirer profit”, explique l’architecte responsable du projet et promoteur de l’accord avec la municipalité, Osama Hamdan. “Cette action de réaménagement s’inscrit dans le cadre du projet plus vaste de conservation et de protection du patrimoine archéologique, historique, culturel et social palestinien”.

En savoir plus sur nos projets à Sebastia!

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer