Juin 2019
Firas Lutfi Aleppo

“C’est à moi que vous l’avez fait”: le témoignage de Frère Firas Lutfi d’Alep

Au lieu d’étudier et de jouer, d’apprendre l’art et la musique, les enfants syriens ont perdu tout moyen de croissance normale et digne à cause de la guerre. Au lieu de s’amuser et de jouer, ils doivent s’enfermer chez eux de peur de sortir parce que la mort ou la mutilation les attendent à l’extérieur ou à l’intérieur de la maison. Peur et stress, souffrance de la faim et de la soif, perte d’un membre de la famille ou d’un ami d’école. Pourtant, nous sommes nés pour vivre et profiter de la vie et pour nous réjouir. Rien qu’en Syrie, le nombre de civils morts, enfants et femmes, a dépassé les 500 000 depuis le début du conflit, il y a 8 ans, c’est vraiment scandaleux. Face à la faim, aux guerres et au drame de la souffrance des innocents, il ne suffit pas de demander “pourquoi” tout cela, mais “comment” pour les faire cesser et ne plus faire de mal ni ce que je peux faire face à tout cela.

À propos de la guerre, je me suis aussi posé des questions: pourquoi mon pays et mon peuple devraient-ils souffrir? Pourquoi les innocents doivent-ils payer le sale jeu du “grand”? Qui est responsable du mal qui détruit le berceau de l’humanité et le patrimoine culturel unique au monde? Qui a la force et la responsabilité de mettre fin à ce tsunami de mort et de destruction? Qui doit panser les plaies incurables de toute une génération?

Lorsque les bombardements se sont intensifiés sur la ville d’Alep et que les bombes sont tombées comme une pluie, il ne suffisait pas de demander à tant de gens pourquoi, mais comment intervenir pour sauver et sauver la peau de personnes.

Des centaines d’enfants sont nés pendant la guerre dans la région d’Alep-Est, la partie la plus touchée de la ville. Personne ne reconnaît leur existence car ils sont considérés comme des enfants de terroristes (le résultat d’une mauvaise graine qui devrait être éliminée!). Ils existent physiquement, mais ne sont pas reconnus par le bureau d’enregistrement. Beaucoup sont restés mutilés et défigurés. Beaucoup ont laissé des orphelins vivant avec leurs grands-parents ou des mineurs, qui doivent s’occuper de leurs frères encore plus jeunes.

A vrai dire, je ne savais pas par où commencer. La complexité du drame autour de moi dépasse ma force. Les deux sont mes tâches à quel point les besoins sont élevés et lourds.

Avec mon ami le docteur Binan, l’un des rares psychologues à Alep, nous avons étudié le premier projet intitulé “art thérapeutique” au Franciscan Care Centre; un moyen de soigner les blessures et les traumatismes les plus cachés, à travers l’art, la musique, le sport, le théâtre et les activités intellectuelles. Ce centre est conçu comme une réponse à l’émergence psychologique d’enfants souffrant d’inconfort grave et de stress né dans un contexte très complexe et tragique. Par conséquent, pas un traitement psychologique classique, mais pour donner une place au développement de talents sportifs et artistiques. C’est un remède à travers la beauté. Parallèlement à une structure mise à disposition pour diverses activités à cet effet, trois terrains de jeu (deux de football et un de basket) ont été créés. En outre, une piscine qui aide les enfants à s’amuser et à promouvoir les talents. Le nombre d’enfants inscrits le premier jour d’ouverture, de 7 à 17 ans, est de 500. Après un an, le nombre de personnes ayant fréquenté notre centre est supérieur à 2000. En cet été, nous prévoyons organiser une école d’été pour 3 heures par jour avec diverses activités, notamment sportives, pour plus de 600 enfants.

Les espaces de notre couvent sont au service de la communauté chrétienne. Ils sont essentiellement utilisés pour accueillir les centaines de familles restées dans la ville martyre d’Alep. Pendant l’été, chaque jour des centaines de personnes fréquentent le collège car il n’y a pas d’autre possibilité.

Différentes activités ont lieu dans ces centres. Les activités pour les enfants sont les suivantes: inscription des personnes sans identité, enseignement des cours de récupération pour ceux qui ont perdu l’école depuis des années, activités de soutien psychologique, physiothérapie et orthophonie pour handicapés et mutilés de guerre, etc. Le projet accueille également les femmes veuves et sans emploi. En plus du soutien psychologique, il existe différentes attitudes pour soutenir et aider ces mères à garder et protéger leurs enfants. Le nombre de destinataires dans les deux centres dépasse mille et il y en a des centaines qui attendent.

Je voudrais réitérer que tout ce qui a été accompli n’est pas dû au fait que je suis un héros ou motivé par le désir de le faire. La vraie raison qui m’a poussé à réagir au drame est la façon dont je peux “être proche” de ceux qui souffrent, indépendamment des questions sans fin sur les raisons de la souffrance. Je suis très convaincu du proverbe qui dit: “Au lieu de maudire les ténèbres, vous allumez une lampe!” Enfin, nous ne devons pas toujours penser à faire de grands projets ou des projets pour aider: la charité ne se mesure pas en quantité mais en qualité. Mère Teresa de Calcutta a déclaré “l’océan est composé de nombreuses gouttes, mais sans cette goutte, l’océan ne serait pas le même”!

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer