Désert

Carême : ses lieux et ses gestes

Veronica3 mars 2022

« Veillez à ne pas pratiquer votre justice devant les hommes afin d’être admiré par eux ; sinon, vous n’aurez aucune récompense avec votre Père céleste. (Mt 6, 6). C’est ainsi que l’Évangile d’aujourd’hui est récité, le mercredi des Cendres, jour du début du Carême. Cela se trouve dans le célèbre « Sermon sur la montagne », que Jésus a donné en Galilée. Le Maître prêche ainsi devant une multitude de personnes et ses disciples dans un lieu qui s’élève au nord du lac de Tibériade, près de Capharnaüm.

Selon la tradition, sur cette montagne, il y avait aussi la multiplication des pains et des poissons, qui nourrissaient la foule pressée d’écouter le Maître. Au sommet de cette colline, nous pouvons visiter aujourd’hui une église octogonale, l’église des Béatitudes, d’où les pèlerins admirent la beauté du lac de Tibériade, du Jourdain et du mont Hermon.

L’image du désert

Le rite des cendres que nous célébrons aujourd’hui commence ainsi le chemin de la pénitence et de la conversion du Carême. Pour les chrétiens du monde entier, le Carême est un temps de pratiques telles que le jeûne, la prière et l’accent accru sur la charité. Les Évangiles synoptiques de Matthieu, Marc et Luc nous informent sur les jours que Jésus a passés dans le désert et l’expulsion du diable : « Alors Jésus a été conduit par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. Et après quarante jours et quarante nuits de jeûne, il avait faim » (Mt 4, 11).

Le désert qui accueille Jésus pour tous ces jours de jeûne est le désert de Judée, ou Juda , qui est situé à l’est de Jérusalem et descend vers la mer Morte. Le désert de Juda, selon la tradition, est aussi la toile de fond de la parabole du Bon Samaritain : « Un homme est descendu de Jérusalem à Jéricho, quand il a rencontré des brigands » (Luc 10:30). Jean-Baptiste lui-même, « la voix de celui qui crie dans le désert », a prêché dans ce vaste lieu nu et désolé l’avènement du Christ dans le monde.

Carême en Terre Sainte

Pendant la période du Carême, les catholiques de Terre Sainte accomplissent des rites spéciaux, suivant les traces de Jésus pendant son séjour à Jérusalem. Ce samedi après-midi, par exemple, au Saint-Sépulcre, une procession solennelle aura lieu pour l’entrée du Patriarche et le soir, le Père Custode dirigera la veille dans la chapelle de l’Apparition, suivie de la messe au Calvaire.

D’autres étapes qui réuniront les fidèles dans cette période seront: l’autel de Marie-Madeleine, le sanctuaire du Dominus flevit, l’église Saint-Joseph, la basilique de l’Agonie à Gethsémani, la messe au tombeau de Lazare et bien d’autres endroits en Terre Sainte. Vivre le Carême dans le pays où le Christ a vécu et enseigné signifie donc être accompagné dans un voyage intense qui culminera avec la Pâque de la mort et de la résurrection de Jésus.

L’appel du pape François au début du Carême

Ce mercredi des Cendres arrive à un moment délicat pour le monde entier. Et la Terre Sainte se mobilise également autour du pape François qui a lancé mercredi dernier un appel sincère à tous, croyants et non-croyants : « J’ai une grande tristesse dans mon cœur pour l’aggravation de la situation en Ukraine. Je prie pour que toutes les parties impliquées s’abstiennent de toute action qui cause encore plus de souffrances aux populations, déstabilisant la coexistence entre les nations et discréditant le droit international. »

Par ces paroles, le Saint-Père nous encourage à répondre à la violence « avec les armes de Dieu », au jeûne et à la prière, afin que « la Reine de la Paix préserve le monde de la folie de la guerre ». La Terre Sainte priera aussi pour cela.