Échapper

Évadez-vous du pays des Cèdres… une réalité alarmante

Veronica20 mai 2022

Quitter son pays, sa maison, sa famille, ses amis et ses proches est l’une des décisions les plus difficiles qu’un homme ou une femme puisse prendre.

Bien sûr, la plupart des gens quittent leur maison d’enfance, mais juste pour déménager au village ou dans une ville voisine.

Cependant, certaines personnes sont plutôt forcées de quitter leur pays, parfois pour une période temporaire, mais dans d’autres cas, la situation est permanente.

L’histoire de l’émigration libanaise commence avec l’histoire du Liban lui-même.

L’idée de fuir le pays a toujours été très répandue chez les jeunes et est toujours la solution préférée lorsque les choses tournent mal.

Et ce n’est pas parce que ces enfants n’aiment pas leur pays, mais il est si difficile de survivre que la recherche d’une vie meilleure à l’étranger est la meilleure idée pour assurer un avenir digne à eux-mêmes et à leurs familles.

Tripoli, 2020

Les premières vagues

Les premières vagues d’émigration libanaise ont commencé à l’époque des Phéniciens, qui comptaient sur la mer pour le transport et les voyages.

Au fil des siècles, il est devenu un écart assez long du lieu d’origine et s’est développé au Moyen Âge.

Les guerres ont également joué un rôle décisif lorsque le Liban est devenu le terrain d’affrontements, d’événements particuliers, de révoltes et de révolutions, dont beaucoup ont surgi de l’extérieur.

Les habitants de ce beau pays ont subi des pressions et des tortures, ainsi que des difficultés morales et économiques, en particulier les chrétiens. En conséquence, ils ont choisi l’émigration pour s’éloigner d’une existence déprimante et dégradante .

L’émigration à grande échelle a commencé en 1860 et s’est poursuivie jusqu’en 1920, année de la création de l’État du Grand Liban.

Par la suite, l’émigration a diminué puis est réapparue au milieu des années soixante-dix, en particulier avec le début de la guerre au Liban, jusqu’à l’état actuel.

L’augmentation vertigineuse des 5 dernières années

Au fil des ans, l’émigration a augmenté en fonction de la sécurité et des conditions politiques et économiques du Liban.

Après la révolution du 17 octobre 2019, un nombre croissant de personnes ont commencé à quitter le Liban, atteignant 17 720 migrants début 2020.

Des études ont également montré une augmentation d’environ 65 000 personnes d’ici la fin de l’année, notamment après l’explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020. A cet événement tragique s’ajoutent les crises économiques successives, le chômage, la pauvreté et la faim, la dévaluation de la livre libanaise et l’effondrement de la situation politique.

Entre 2020 et 2021, le nombre de migrants en provenance du Liban est de a été multipliée par 4,5, pour un total de 215 653 personnes qui ont quitté le pays entre 2017 et 2021. En outre, il y a beaucoup de jeunes qui n’ont pas d’emploi ou qui ne sont pas protégés, comme nous le dit le jeune Nadim.

Information International, un centre de recherche basé à Beyrouth, a constaté que ce taux d’émigration était le plus élevé jamais observé au Liban en cinq ans.

Beyrouth, 2018

La « fuite terminale des cerveaux »

Historiquement, il s’agit de la troisième vague de migration de masse. L’Observatoire de crise de l’Université américaine de Beyrouth a averti que cette vague de migration sera difficile à surmonter, étant donné que le pays assiste au drainage de son capital humain et jeunesse, ainsi qu’à un exode massif de professionnels et de spécialistes.

Le Liban est confronté à une « fuite des cerveaux terminale » comme décrit dans « Politique étrangère ».

Ce phénomène s’est fait sentir dans de nombreuses industries, en particulier dans le domaine médical. Selon certaines statistiques, 20% des médecins libanais ont quitté ou envisagent de quitter le pays; des centaines de pharmacies ont fermé en raison de dépenses d’exploitation élevées et de la perte de subventions médicales.

Aucune action pour arrêter l’exode

À la fin de 2020, nous avons commencé à voir un exode important de médecins expérimentés; ils auraient émigré dans le Golfe à la recherche d’un emploi et de meilleures conditions de vie. Il en va de même pour d’autres professionnels qui fournissent des services essentiels tels que les ingénieurs, les universitaires et les entrepreneurs.

Le gouvernement libanais n’a pas fait grand-chose pour mettre fin à la fuite des cerveaux. On dit depuis longtemps que le problème devenait une priorité et que des projets de développement avaient été mis en place pour y mettre fin. Mais aucune action concrète n’a été vue.

Ce sont les responsabilités familiales et sociales qui forcent de nombreux Libanais à rester ici, le style de vie auquel ils sont habitués, les fêtes le soir, les voyages de week-end avec des amis et les règles enfreintes. Mais les refus de visa, l’incertitude dans laquelle les gens vivent quotidiennement et la détérioration des conditions de vie rendent les choses très difficiles pour les Libanais qui veulent rester.

Enfin, tous les chiffres ci-dessus devraient augmenter considérablement d’ici la fin de 2022 et continueront de croître. Tout comme en Syrie.

Deir Mimas, 2021