La crise en Syrie : le rôle de la Turquie et la situation dans le nord du pays

Veronica20 juin 2022

« Ne laissez jamais une bonne crise se perdre ».

Ce fameux « enseignement » promu par l’ancien Premier ministre britannique Winston Churchill à la fin de la Seconde Guerre mondiale a trouvé en l’actuel président de la Turquie, Recep Tayyep Erdoğan, un fidèle disciple.

La Turquie en tant que médiateur international

Au nom des bonnes relations qui existent avec Moscou et Kiev, Erdoğans’est imposé comme le principal médiateur international dans la crise ukrainienne. Pour ce rôle, elle a reçu les applaudissements des partenaires de l’OTAN, dont la Turquie est membre depuis 1952, malgré son refus clair d’accepter la demande de La Finlande et la Suède rejoignent l’Alliance atlantique.

Il n’est pas encore clair comment et si Erdoğan gérera toutes ses « amitiés » aux multiples facettes et, surtout, si ses intentions dans la recherche d’une réponse à la crise entre la Russie ou l’Ukraine sont sérieuses et réelles.

Pour le moment, malgré les différents contacts directs entre Moscou et Ankara, il n’y a pas de solutions concrètes qui suggèrent une paix. Ce qui est évident, en revanche, ce sont les opérations militaires croissantes (et massives) de l’armée turque dans les régions du nord-ouest de la Syrie.

Poutine a dû donner le feu vert à Erdoğan pour lancer une offensive contre les « terroristes kurdes ».

La partition de la Syrie

Comme on le sait, la République syrienne est à environ 80% sous le contrôle du gouvernement du président contesté Bachar al-Assad, qui bénéficie du soutien de la Russie et de l’Iran. Le nord du pays est le point chaud. Les territoires sur la rive ouest de l’Euphrate, en effet, sont contrôlés par l’armée et les milices proches de la Turquie; sur la rive est, une longue bande de territoire est contrôlée par le Forces démocratiques syriennes, dirigées par le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). Ce dernier est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne. Erdoğan a toujours voulu l’anéantir.

Fin mai, Ankara a déclaré vouloir créer et militariser une « zone de sécurité » de 30 kilomètres le long de la frontière sud. « Nous allons nettoyer Manbij et Tal Rifaat des terroristes », a déclaré le dictateur turc il y a deux semaines. Les terroristes en question sont les milices kurdes, accusées par le gouvernement turc de déstabiliser la Turquie.

Cependant, cette opération militaire se heurte aux intérêts des États-Unis.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré le 1er juin qu’une offensive turque en Syrie « saperait la stabilité de la région ». L’administration Biden fait pression sur le président turc pour qu’il abandonne l’offensive contre les Kurdes en Syrie, stationnés au Rojava.

Lattaquié, nord-est de la Syrie

L’Unité de protection du peuple

Les milices kurdes en Syrie sont appelées les Unités de protection du peuple (YPG) et sont l’épine dorsale des Forces démocratiques syriennes mentionnées ci-dessus . Les YPG sont considérés comme la branche syrienne du PKK.

Les États-Unis fournissent un soutien militaire, logistique et économique aux milices de l’Unité de protection du peuple depuis plusieurs années en raison de leur soutien fondamental dans la défaite de l’État islamique en Syrie.

Le nord-est de la Syrie est donc parsemé de présences étrangères aux intérêts multiples et discordants. Les bases américaines, russes, turques et kurdes continuent de croître. Pour le moment, de la part du président Bachar al-Assad, il n’y a qu’une déclaration du 10 juin dans laquelle il déclare : « Si la Turquie attaque la Syrie, il y aura une confrontation directe avec l’armée de Damas. »

Le même jour, l’Armée syrienne libre, soutenue par la Turquie, a mis fin aux opérations militaires promues par Erdoğan contre les Kurdes dans le nord de la Syrie.

La crise monétaire en Turquie

Il y a deux jours, plusieurs véhicules militaires et soldats de l’armée de Bachar al-Assad ont été vus défilant dans le nord d’Alep. Le journal panarabe « Al-Arabi al-Jadid » écrit qu’entre les villes de Tal Rifaat et Manbij, il y a plus de 2 000 soldats de Damas en tenue de guerre.

Il est encore trop tôt pour savoir comment cela se terminera et quelles alliances seront formées dans une éventuelle offensive turque en Syrie. Il y a ceux qui émettent l’hypothèse d’un accord entre l’armée d’Assad et les Forces démocratiques syriennes.

Dans cette situation explosive, il convient de rappeler que la Turquie connaît une crise monétaire sans précédent. En février, un groupe d’économistes turcs indépendants a calculé une inflation de 82,81%. Les données de l’institut national de statistique l’attestent à 69,97%.

Les prix de la nourriture et des transports ont grimpé en flèche et le « sultan » doit se mettre à l’abri en vue des élections présidentielles de 2023, l’année qui coïncide avec le centenaire de la fondation de la République de Turquie.

Les projets de Pro Terra Sancta à Knaye et Yacoubieh

Pro Terra Sancta est présent dans deux villages du nord de la Syrie à la frontière avec la Turquie : Knaye et Yacoubieh. Avant l’arrivée et l’occupation des forces islamistes du front al-Nusra, elles étaient habitées par des familles chrétiennes. Aujourd’hui, les quelques chrétiens restants se confient à la paroisse du père franciscain Hannah Jallouf.

À Knaye et Yacoubiyeh, Pro Terra Sancta a mis en place un centre d’urgence qui distribue les produits de première nécessité, les soins de santé et le soutien psychologique. L’Association distribue également des bons pour l’achat de carburant diesel, nécessaire à la production d’électricité et de médicaments.

Pro Terra Sancta couvre les coûts de l’éducation pour de nombreux enfants et les salaires des enseignants de l’école locale dans les deux villages. Souvent, en effet, les enseignants et le matériel pédagogique manquent en raison des conséquences de la guerre civile. De plus, une école sur trois en Syrie est inutilisable parce qu’elle a été détruite par des bombes ou confisquée à des fins militaires.

Pro Terra Sancta finance également le seul jardin d’enfants de la région, à Darkoush, grâce à l’achat de casiers, de jouets et de matériel pédagogique et à la peinture des salles de classe et des cantines.

Nous profitons de cette occasion pour vous remercier de votre soutien constant et précieux en Syrie. Connaître nos projets dans le pays et vouloir les soutenir c’est le lien : NOS PROJETS.

Merci beaucoup.

L’école de Knayeh – Une leçon d’espoir