Dispensaire médical

Le dispensaire médical de Tripoli : une porte de miséricorde

Veronica18 juillet 2022

Nous le savons: la guerre en Ukraine a détourné l’attention et surtout les ressources de tout le Moyen-Orient, en particulier au Liban où la situation est désastreuse. Le grain est déficient, l’électricité ne fonctionne que quelques heures par jour. Ils disent que vous ne pouvez même pas vous échapper: le papier et l’encre pour les passeports manquent. Dans ce contexte, de plus en plus de personnes doivent choisir de manger ou de prendre soin d’elles-mêmes. Au cours des derniers mois, nous avons ouvert un dispensaire médical à Tripoli, et aujourd’hui, nous avons décidé de donner de l’espace à la témoignage de Gina Fenianos, infirmière du dispensaire de Terre Sainte d’El Mina, qui nous a parlé d’une situation vraiment dramatique.

Les mots de Gina Fenianos

Nous avons toujours dit que Tripoli est la mère des pauvres; mais ces jours-ci, la détérioration économique augmente, la pauvreté est endémique et nous connaissons également de nombreuses maladies.

Tripoli a toujours été pleine de maladies en raison du taux élevé de pauvreté, mais récemment, les cas ont grimpé en flèche parce que les gens sont incapables de recevoir un traitement médical ou d’acheter des médicaments, en particulier pour les enfants souffrant de malnutrition. Après tout, les parents n’ont pas les moyens d’acheter du lait.

L’ignorance et le manque de connaissances parmi les gens conduisent à la maladie, à la pollution de l’environnement et aux eaux qui remplissent Tripoli. Cela constitue une menace sérieuse pour la santé des gens, en particulier la santé délicate des enfants.

Dans notre dispensaire, nous recevons un grand nombre de patients et d’enfants atteints de différentes pathologies et les aidons autant que possible, en leur fournissant des médicaments à des prix avantageux. Leur nombre augmente, car la nouvelle de l’existence du dispensaire est transmise d’une personne à l’autre.

Je dois répéter que les enfants que nous visitons sont parfois épuisés par la maladie et ne peuvent pas acheter de médicaments dans les pharmacies. Ils viennent aussi nous chercher le lait et les couches que nous fournissons gratuitement parce que la plupart des enfants ne prennent pas de lait, malheureusement surtout les bébés et les tout-petits.

La procédure dans le dispensaire médical

Nous comprenons donc à quel point ce dispensaire est important et nous espérons pouvoir continuer à recevoir un plus grand nombre de patients: pauvres, personnes âgées et orphelins qui n’ont personne pour les aider et souffrent de maladies chroniques qui nécessitent des soins constants.

Mais le prix de ces traitements est très élevé dans les pharmacies et les malades ont dû cesser de les acheter. Nous espérons poursuivre cette mission. Les prix des médicaments ont presque triplé, tandis que ceux des médicaments ont augmenté de plus de cinq et six. Les médicaments pour les maladies chroniques sont devenus difficiles à acheter parce que leurs prix sont exorbitants.

Nous recevons les patients par rendez-vous téléphonique et à leur arrivée, des cartes personnelles et des informations sur leurs antécédents médicaux sont remplies. Les niveaux d’impulsion, de pression et d’oxygène sont vérifiés. Pour les patients diabétiques, le taux de sucre dans le sang est vérifié, puis tout le monde attend son tour pour voir les médecins, qui à leur tour visitent le patient et lui prescrivent les médicaments nécessaires.

Après cela, le patient retourne à l’infirmière pour obtenir les médicaments disponibles à un prix symbolique, tandis que l’examen médical a un coût très faible. Ensuite, les patients retournent chez eux et nous restons disponibles pour les servir jour et nuit en cas de besoin.

Nous avons deux pédiatres trois jours par semaine, un médecin généraliste une fois par semaine, un cardiologue deux jours par semaine et un chirurgien une fois par semaine. Les premiers patients reçus remontent au début de l’année 2022 et jusqu’à présent, c’est-à-dire qu’en six mois, nous avons visité 550 enfants et 750 adultes.

Ce dispensaire est une porte de miséricorde pour les habitants nécessiteux et malades d’El-Mina, de Tripoli et aussi des zones côtières du nord.

La Porte de la Miséricorde

Cette miséricorde a un visage concret, et c’est celui des nombreux soutiens qui ont rendu possible la création de ce dispensaire.