Bambini che studiano nel progetto Un nome Un futuro

L’espoir en Syrie

Emma Garroni9 mai 2024

« Espoir et désespoir » : telle est la dichotomie qui englobe tout le sentiment d’impuissance que l’on ressent face à une réalité qui se montre telle qu’elle est, sans offrir aucun soutien au désir de trouver une synthèse simplificatrice des éléments perturbateurs.

Ceux qui rentrent chez eux ressentent à la fois du désespoir et de l’espoir, la Syrie est aussi détruite que vivante : les deux réalités coexistent sans se résoudre, dans une combinaison difficile à accepter mais nécessaire à reconnaître.

Nous nous sommes entretenus avec Ana De Estrada et Gabriella Solaro, nos collaboratrices qui reviennent d’un intense voyage en Syrie, pour nous raconter ce qu’elles ont vu et ce qu’elles ramènent chez elles : en partant de Beyrouth, elles ont atteint Lattaquié, Alep et Hama, et ont finalement atterri à Damas. Le but de la mission était de vérifier et de connaître personnellement les projets que Pro Terra Sancta finance et les personnes qui les rendent vivants et possibles : vérifier l’avancement des activités, parler au personnel local et aux bénéficiaires des projets, connaître leurs histoires afin de pouvoir les raconter une fois rentrés chez eux. Ils ont eu l’occasion de rencontrer de nombreuses familles, bénéficiaires réelles ou potentielles des activités proposées par l’Association, et de faire l’expérience directe de la réalité locale et des effets de notre travail.

Ana et Gabriella avec les habitants et les enfants d’Alep.
Ana et Gabriella à Alep.

Syrie de ténèbres et de décombres

« J’ai vu des décombres, beaucoup de décombres ! Des villages entiers rasés, abandonnés parce qu’il est impossible d’y vivre, des villages qui, vous pouvez le comprendre, étaient autrefois pleins de vie. Il n’y a plus personne, ceux qui auraient pu partir, à l’étranger, à la recherche d’un avenir meilleur ; d’autres se sont déplacés à l’intérieur, dans des villes moins touchées.

Nos collaborateurs nous parlent d’une Syrie envahie par la destruction et le vide : maisons abandonnées, villages désertés, personnes fuyant leurs maisons et leurs pays. En particulier, c’est la solitude d’Alep qui frappe : c’est une ville qui impressionne par la beauté que l’on peut sentir derrière les décombres, la destruction complète permet de voir en filigrane l’opulence qui brillait autrefois dans les rues de la ville. Aujourd’hui, très peu de choses brillent : le soir tombant, une obscurité épaisse tombe, car à Alep – et dans plusieurs autres endroits du pays – il n’y a pas de lumière électrique pendant la plupart des heures de la journée.

Il y a des dizaines de maisons vides dans les villes syriennes, laissées par ceux qui ont fui pour ne jamais revenir. Outre l’état d’abandon dans lequel ils se trouvent, ce qui est frappant, c’est le contraste avec le nombre très élevé de personnes qui, déplacées des villages occupés, n’ont rien et ne peuvent pas payer de loyer : des dizaines de maisons désertes et des dizaines de personnes qui n’ont pas les moyens d’y vivre, un paradoxe difficile à accepter.

Espoir et désespoir

« Ce furent dix jours très intenses, pleins de rencontres, de sentiments controversés : par moments, je suis tombé dans le désespoir en voyant l’énormité des destructions, les difficultés de la vie quotidienne, la fatigue des chefs de famille, la colère des jeunes, l’obscurité et l’abandon des villes. Mais je suis rentré chez moi avec beaucoup d’espoir, car j’ai vu dans les yeux de beaucoup de Syriens un grand désir de vivre, de renaître, de croire en eux-mêmes et en leur pays.

Gabriella et Ana, nous racontant le voyage, ont prononcé le mot « espoir » plusieurs fois et avec conviction, juste après avoir parlé d’une terre réduite en poussière. Cela semble paradoxal, mais ils nous expliquent qu’en fait ce n’est pas le cas : en restant une dizaine de jours et en parlant à de nombreuses personnes, leur regard s’est enrichi de nouveaux panoramas, balayant au-delà des décombres sur lesquels il s’était immédiatement posé. Surtout, la comparaison avec les jeunes élargit le champ de vision, encadrant une population pleine d’espoir et déterminée.

Avant l’interview, Ana nous a envoyé un texte dans lequel elle a transposé ses premières impressions au retour du voyage, d’où sont tirées les phrases qui ouvrent les paragraphes de cet article. Il l’a intitulé Espoir et désespoir, une dichotomie qui englobe tout le sentiment d’impuissance que l’on ressent face à une réalité qui se montre telle qu’elle est, sans offrir aucun soutien à la volonté de trouver une synthèse simplificatrice des éléments perturbateurs. Ceux qui rentrent chez eux ressentent à la fois du désespoir et de l’espoir, la Syrie est aussi détruite que vivante : les deux réalités coexistent sans se résoudre, dans une combinaison difficile à accepter mais nécessaire à reconnaître.

L’aide offerte par les projets actifs en Syrie est une goutte d’eau dans l’océan, mais chaque goutte fait la différence : nos projets redonnent un peu de normalité aux populations locales, en tenant la main de ceux qui choisissent courageusement de rester et d’essayer d’imaginer un présent et un avenir différents. Parmi ceux-ci, il y a certainement les jeunes qui participent au projet WIP, actifs en Syrie à Damas et à Alep : le fait même qu’ils participent et investissent dans un projet visant à financer de nouvelles entreprises locales montre à quel point ils croient fermement en eux-mêmes et en leur pays. Ils ne demandent qu’à être regardés et vus par un Occident qui les ignore, ne les voit pas.

L’impact des projets de Pro Terra Sancta

« Les Syriens ne peuvent pas et ne veulent pas tomber dans le désespoir, ils sont fiers de leur histoire et de leur patrimoine culturel et sont prêts à s’impliquer pour relancer leur pays. »

Le premier projet dont Ana et Gabriella nous parlent avec enthousiasme est la cantine d’Alep : elles nous parlent de cuisines grouillantes de gens et de parfums. La cantine offre mille trois cents repas par jour, et en plus de cela, elle prépare des colis alimentaires qui sont distribués à domicile à une centaine de familles : ce sont les bénéficiaires qui ne peuvent pas se rendre à la cantine en personne, en raison de handicaps ou de problèmes de marche – et souvent ce sont les plus pauvres, obligés de vivre dans les étages supérieurs car ils sont moins chers, en raison de l’absence d’ascenseurs. Grâce au double système de plats chauds et de colis alimentaires, la cantine touche vraiment tout le monde : c’est un système vertueux et bien organisé, où travaille un personnel efficace et dévoué.

Ils ont également été très impressionnés par l’activité du Franciscan Care Center, qu’ils définissent comme un « centre d’excellence ». C’est un endroit qui fait vraiment la différence, car c’est le seul véritable espace de loisirs et de soutien éducatif et psychologique qu’offre Alep ; Ici, les enfants et les jeunes trouvent un environnement serein dans lequel ils peuvent suivre les stimuli qui leur sont offerts en donnant le meilleur d’eux-mêmes. Gabriella et Ana soulignent la grande passion et le soin que les enseignants de FAC mettent dans leur travail : ils sont capables de saisir les points les plus difficiles et les plus douloureux de la vie quotidienne des enfants, et d’agir de la bonne façon pour les aider à retrouver le sourire.

Rasha Kashmini, professeur de musicothérapie, les a invités à assister à un cours qui s’est tenu à l’extérieur, parmi les arbres et le ciel bleu. La leçon invitait les enfants à écouter la musique de la nature, en fermant les yeux, et à entendre ce que les sons du monde suscitent en eux ; Au bout d’un moment, les enfants se sont détendus et ont commencé à parler, suivant une urgence communicative qui était excitante à voir et à entendre.

Le soutien psychologique est également au cœur des activités des centres d’Un nome un futuro, qui proposent différents espaces d’activités parascolaires, de soutien psychologique et d’aide aux mères célibataires. Les espaces des centres sont très beaux et bien entretenus, légèrement restreints en raison du nombre de personnes qui s’y tournent ; Cela nous donne une idée de la profondeur et de l’ampleur du désir de s’ouvrir pour aider, du désir de recommencer, profond et répandu. Ana et Gabriella nous parlent des yeux des garçons : dans leurs yeux, on peut voir tout le feu et le désir de grandir, de devenir quelqu’un: un médecin, peut-être, ou un professeur, un cuisinier… L’avenir est presque tangible dans ces regards, qui ne renoncent pas à l’idée qu’il n’y a pas de possibilité pour eux : ils ont de l’espoir, et c’est merveilleux de pouvoir les aider à l’avoir et à le rendre réalisable.

Ils ont également vu de près le projet d’installation de panneaux solaires dans les maisons pour permettre aux familles d’accéder à l’électricité, au chauffage et à l’eau chaude. Bien qu’elle ne semble pas, à première vue, être l’une des initiatives les plus « vivantes » et les plus « humaines », c’est celle qui les a touchés le plus profondément. « En allant là-bas, j’ai réalisé à quel point un élément apparemment technique peut vraiment changer une vie », explique Ana : bien qu’un panneau solaire ne puisse certainement pas résoudre la situation de pauvreté dans laquelle vivent la plupart des Syriens, il peut changer leur vie quotidienne.

Pour une famille qui vit dans le noir, la possibilité d’allumer une ampoule et de faire une machine à laver de temps en temps est vraiment un phare dans la nuit, et devient la possibilité d’acquérir une nouvelle indépendance : les deux femmes se souviennent avec émotion d’une famille qui, grâce à la lumière électrique, a retrouvé son espace, lorsque leurs enfants ont enfin pu allumer une lampe pour faire leurs devoirs dans leur chambre sans avoir à s’entasser avec leurs frères et sœurs, aux parents, grands-parents, autour d’une lampe à huile qui éclaire tout d’une lumière subtile.

Gabriella et Ana reviennent du voyage pleines d’envie de continuer à travailler sur les projets : « Pouvoir voir toutes ces choses en direct nous a satisfaites et nous a fait prendre conscience des effets du travail que nous faisons chaque jour ; c’était aussi agréable de voir l’organisation des activités de Pro Terra Sancta, car il est tangible qu’à la base de chaque choix il y a le désir de fonctionner au mieux, d’agir pour le bien de nos bénéficiaires.

L’un des cuisiniers de la cantine d’Alep prépare une pâte.
L’un des cuisiniers de la cantine d’Alep.
Les enfants du projet Un nom, un avenir.
Ana avec les enfants du projet A name a future.
Panneaux solaires et réservoirs d’eau.
Installation de panneaux solaires et de citernes pour la récupération des eaux de pluie.