Syrie

Ukraine, Syrie, Russie et la petite communauté d’Idlib

Virginia Ciacci20 juin 2022

Au cours de ces trois semaines de conflit entre la Russie et l’Ukraine, il y a eu de nombreuses références et parallèles dans les nouvelles – parfois de manière inappropriée – avec les opérations militaires russes en Syrie et en Tchétchénie. Il a été question de tactiques militaires similaires adoptées dans les conflits passés, d’armes utilisées et des comparaisons ont été faites entre les conditions de certaines villes ukrainiennes et les villes syriennes les plus dévastées; comme Marioupol par exemple, comparé par le maire adjoint de la ville à Alep meurtri.

La guerre en Ukraine et en Syrie : après 2 ans à Idlib, il y a un risque d’une nouvelle escalade

Mais ce n’est pas tout. En fait, alors que l’anniversaire tragique de la guerre en Syrie marque le début de la onzième année de conflit, des nouvelles alarmantes nous parviennent du front d’Idlib. « L’intensification de l’offensive russe en Ukraine pourrait conduire à une réduction de l’engagement militaire dans la province et nous craignons que cela ne conduise à une escalade de la violence de la part des rebelles de Jabhat al-Nusra et à la reprise des combats pour la région. » Pour nous informer, le frère Hanna Jallouf , un franciscain, l’un des deux derniers religieux chrétiens à gauche à soutenir les petites communautés de Knaye et Yacoubieh à Idlib.

Les craintes du père Hanna concernent aussi en partie les nouvelles de ces derniers jours selon lesquelles non seulement des mercenaires russes de Wagner rappelés de la banlieue de Damas, la capitale de la Syrie, mais aussi des mercenaires syriens ont été employés en Ukraine. Selon le journal saoudien Ashraq-alawsat , il y a environ 23 000 jeunes formés par la milice al-Bustan disponibles et depuis un certain temps, les nouvelles de 16 000 miliciens de divers pays arabes et d’Afrique du Nord déjà embauchés pour renforcer l’avance russe ont été continuellement relancées.

« A Idlib, nous sommes enfermés dans une cage – nous dit le frère syrien – tout manque vraiment, du sucre, de l’huile de riz… Nous vivons également toujours dans la crainte de représailles de la part des groupes rebelles dans la région, mais au cours des deux dernières années, les combats ont été considérablement réduits. » Aujourd’hui, le spectre de la guerre suscite à nouveau les espoirs des petites communautés chrétiennes des villages de Knaye et Yacoubieh. Ici où l’accord entre le gouvernement de Bachar Al-Assad, l’allié russe et la Turquie garantissait autant que possible dans une telle situation, une certaine stabilité.

Pro Terra Sancta aux côtés des franciscains, pour l’espérance à Idlib

Puis le Père Hanna lance un appel : «S’il vous plaît, ne nous oubliez pas – dit-il – qui sommes toujours à la merci de cette sale guerre, à la merci de gens qui veulent nous éliminer ! N’oubliez pas les 210 familles de Kanye et Yacoubieh, piégées dans un état dramatique« . Un appel que nous voulons relancer de manière décisive à cette occasion.

Ces dernières années, Pro Terra Sancta a toujours essayé d’être présent dans la province d’Idlib, même dans les moments les plus difficiles de l’occupation pro-turque, avec la fourniture d’une aide d’urgence dans des centres spéciaux.

Dans nos projets, nous essayons de soutenir les communautés chrétiennes locales et les familles les plus nécessiteuses, en leur offrant des produits de première nécessité: nourriture, vêtements, médicaments, produits pour bébés (couches et lait en poudre).

Cette aide est fondamentale pour la survie de la petite communauté qui, ces dernières années, malgré les conditions terribles, a connu un espoir impossible, miné par la faim, la pauvreté et la persécution, mais jamais définitivement réprimé.

Soutenez nos projets et aidez-nous à redonner un avenir à la Syrie !