Voyage à la découverte du Centre de mosaïque à Bethléem

Maddalena Baschirotto8 décembre 2022

Au cœur de Bethléem, dans la rue pittoresque de Star Street, déjà décorée ces jours-ci pour les vacances de Noël, se trouve le Centre de la mosaïque. C’est une organisation à but non lucratif, soutenue par Pro Terra Sancta, engagée dans la promotion et la préservation du patrimoine culturel palestinien.

Historique et objectifs du projet

La création du Centre de mosaïque remonte à 2004, lorsque, grâce à l’intervention et à la supervision du Père Michele Piccirillo, un projet italo-palestinien a été achevé. L’objectif principal est la mise en valeur et la conservation des mosaïques, patrimoine culturel palestinien depuis des siècles. La collaboration avec les institutions locales et internationales a permis, au fil du temps, la diffusion de cette initiative tant auprès des communautés locales que des touristes et des pèlerins de passage en Terre Sainte.

Les centres d’art et d’artisanat commencent dans les villes de Jéricho, Bethléem et Nisf Jubeil/Sebastia. En fait, l’idée d’un tourisme durable et expérientiel a fait son chemin dans ces endroits. En effet, grâce aux communautés locales, directement et activement impliquées dans la construction et la promotion de l’art de la mosaïque et de la céramique, les visiteurs sont invités à participer à des ateliers pour mettre en pratique ce qu’ils ont appris de cette tradition millénaire.

Ces dernières années, Pro Terra Santa a pu soutenir les activités des ateliers et ateliers d’artisanat du Centre de mosaïque grâce à la fondation suisse italienne FAI. À cet égard, les jeunes femmes et les groupes sociaux en difficulté sont activement impliqués. De cette façon, il a été possible de donner plus d’espace aux communautés locales pour offrir au public des services de qualité tout en obtenant de nombreux et utiles avantages culturels, sociaux et économiques.

Malgré les difficultés causées par l’avènement de la pandémie en 2020, le projet n’a jamais cessé et, grâce à certaines réparations, le soutien et la présence active des communautés locales n’ont jamais failli.

Adham Hamdan lors d’une visite au Centre de mosaïque de Bethléem
Adham Hamdan lors d’une visite au Centre de mosaïque de Bethléem

Le Centre de mosaïque de Bethléem

Dans l’ancienne et traditionnelle rue de Star Street à Bethléem, directement à la basilique de la Nativité, se trouve le Centre de mosaïque, né comme une branche du principal Centre de mosaïque de Jéricho.

Avant 2017, le bâtiment actuel était une ancienne boulangerie aujourd’hui désuète. Grâce à la confiance du bâtiment à Pro Terra Santa, qui a financé les travaux de rénovation avec la contribution de l’Associazione Amici P. Kaswalder, de l’Associazione Artigiani Trentina, de l’Associazione Missioni Francescane Trento, de l’Aca de Vita et du patronage de la Province autonome de Trente, les travaux de rénovation ont commencé. Les travaux ont été présidées par l’architecte Osama Hamdan, directeur du Centre de mosaïque de Jéricho.

Nous connaissons Samah, Yasmeen et Adham

Actuellement, les activités du Centre mosaïque de Bethléem sont réalisées grâce à l’intervention active de cinq personnalités différentes.

Le cœur battant de la construction des mosaïques est l’œuvre des deux femmes palestiniennes Samah Alakra et Yasmeen Zawahrah. Après une première période de formation, Samah et Yasmeen se sont engagées depuis quelques années dans la réalisation active de produits destinés à la vente au public. Malgré quelques difficultés liées au fait d’être sourds-muets, grâce au projet Mosaic Centre, Samah et Yasmeen ont eu la triple opportunité d’exprimer leur créativité, à travers leur tradition culturelle typique, d’interagir avec des pèlerins du monde entier et, surtout, d’être financièrement indépendants.

Adham Hamdan est un collaborateur actif pour la gestion administrative du centre, qui est impliqué dans les questions liées aux ventes de mosaïques et de produits du centre.

Entretien avec Maria Fraccia, volontaire civile italienne

Maria Fraccia est également bénévole au sein du centre. Arrivée fin juillet grâce à un projet de service civil universel, Maria travaille actuellement dans le bureau de Pro Terra Santa à Jérusalem pour la gestion de projet. En plus de cela, il passe actuellement deux jours par semaine à Bethléem pour offrir sa contribution à la fois pour la partie administrative et pour la promotion et la diffusion de l’esprit du centre auprès des visiteurs et de la population locale.

«  C’est un lieu de passage accueillant, où vous pouvez également vous tester dans la construction de mosaïques, grâce aux précieux conseils de Samah et Yasmeen ». Marie souligne également le potentiel du centre également en tant que lieu de convivialité, envisageant la possibilité de déguster de la nourriture locale préparée par les familles de Bethléem, et en tant que centre culturel pour d’éventuelles rencontres consacrées à la discussion sur les questions culturelles. Pour que ce projet ait une résonance, Maria a également pris soin, ces derniers mois, d’ouvrir et de réaliser, en parallèle du profil sur Facebook, une page Instagram, dédiée à la présentation d’activités pour rejoindre le plus grand nombre de publics possible.

À cet égard, Maria nous parle également de la possibilité de faire du Centre de la mosaïque un lieu de rassemblement pour les jeunes locaux. « De nombreux Palestiniens entrent dans le Centre de mosaïque, même pour quelques minutes, pour prendre des photos dans le centre ou dans le jardin dans la cour arrière. Ils se rendent compte à quel point l’endroit est soigneusement entretenu et expriment leur gratitude pour le travail que nous faisons ». Pour ce type de promotion, il est également important en ce moment l’aide offerte par Yasmeen et Samah, souvent engagées dans la promotion des résultats de leur travail sur leurs pages sociales.

En vue de Noël

À l’occasion de la période des vacances de Noël, les touristes et les pèlerins demandent de nombreuses mosaïques représentant des symboles de la nativité, telles que la célèbre étoile de Noël. Les sujets sur lesquels les mosaïstes travaillent quotidiennement sont souvent consacrés à des lieux et des images typiques de la Terre Sainte. Quelques exemples sont l’arbre de vie, une copie de la mosaïque omeyyade du VIIIe siècle du palais d’Hisham à Jéricho, la représentation de la ville sainte de Jérusalem de la carte de Madaba du VIe siècle, et quelques illustrations de l’artiste bien connu Banksy. Parfois, cependant, des demandes de personnalisation arrivent également, à l’occasion d’événements tels que les mariages: il y a ceux qui demandent une image qui rappelle le pèlerinage en Terre Sainte et ceux qui demandent des représentations extrêmement personnelles.