Janvier 2019
Rifugiati JACC

Histoire de la JACC, le centre d’aide aux réfugiés africains à Jérusalem

En Israël, il existe également une «urgence» pour les réfugiés. C’est différent de celui auquel l’Europe est confrontée, bien sûr, mais significatif. Les plus grandes vagues de migration ont débuté à la fin des années 90 et au début des années 2000, en raison de l’indépendance de l’Érythrée et du début du régime dictatorial et militaire d’Isaïas Afewerki, de l’autre suite du déclenchement du conflit au Darfour, dans la région ouest du Soudan et a cessé après dix ans. En fait, presque tous les réfugiés en Israël venaient du Soudan, de l’Érythrée et de l’Éthiopie et avaient traversé un long et dangereux voyage à travers l’Égypte et le Sinaï. Depuis 2013, avec la construction d’une barrière pour protéger la frontière entre Israël et l’Egypte, les migrations ont été radicalement interrompues.

Aujourd’hui, environ 40 000 personnes en Israël viennent de ces zones de conflit. En règle générale, pour les personnes venant d’États déchirés par la guerre et en conflit, les procédures d’asile sont plus rapides et ont un résultat positif, mais pendant toutes ces années, seulement une douzaine de personnes ont obtenu l’asile en Israël. La grande majorité reste illégalement sur le sol israélien, avec des permis temporaires. Les activités de l’Association JACC (Centre des communautés africaines de Jérusalem) visent à créer les conditions nécessaires à l’amélioration de la qualité de vie des réfugiés africains à Jérusalem. À ce jour, il y a environ 3 500 réfugiés et demandeurs d’asile dans la ville sainte et le JACC est la seule organisation de la ville équipée pour répondre aux besoins de la communauté. Compte tenu de leur situation précaire, la plupart des réfugiés ont des possibilités d’emploi limitées et très souvent, ils occupent des emplois modestes et sous-payés, liés aux difficultés de trouver un logement convenable et se voient souvent refuser l’accès à des soins médicaux et à une assistance sociale appropriés.

L’ONG a été fondée en 2014 à l’initiative d’une initiative populaire lancée en 2007 par un groupe de bénévoles et, depuis sa création, l’association bénéficie du soutien des frères franciscains. Le père Pierbattista Pizzaballa, alors gardien, a vu dans la bonne intention du projet la mission franciscaine d’aider tous les chrétiens de Terre Sainte. L’année dernière, le père Francesco Patton, Custos de l’époque, a demandé à ATS pro Terra Sancta de s’engager dans ce projet et d’aider le JACC, ainsi que la Custody de Terre Sainte, à développer leurs activités.

Le centre fournit une assistance juridique, médicale et à l’emploi. Il existe un programme de soutien psychologique dirigé par des étudiants en études sociales supervisés par un travailleur social professionnel pour apporter un soutien émotionnel, psychologique et social aux familles. Un soutien est notamment apporté aux mères célibataires et aux femmes victimes de violences sexuelles et de torture qui ont souffert le long du parcours avant d’arriver en Israël.

Un autre élément très important parmi les activités du centre est l’aspect éducatif. La directrice de la JACC, Josie Mendelson, croit au rôle de l’éducation dans l’amélioration de la condition de la communauté au sein de la société israélienne. «Nous avons mis en place un programme de tutorat académique qui a lieu au siège du JACC trois fois par semaine. On aide les garçons à faire leurs devoirs, à étudier les langues et à étudier d’autres matières. Les enfants reçoivent également un repas copieux et équilibré et une collation. Nous organisons des cours d’anglais, d’hébreu, de tigrinya (la langue maternelle de l’Érythrée), d’ordinateurs pour les enfants et les adultes afin de promouvoir la communication entre parents et enfants, toujours difficile dans un contexte de migration ».

Nous sommes allés rencontrer les enfants et les bénévoles de la JACC lors des activités parascolaires et tous les enfants nous ont accueillis avec exubérance et joie, désireux de nous montrer leurs progrès.

«Nous sommes très satisfaits des résultats que nous avons obtenus», expliquent les instructeurs et les bénévoles, «les enfants qui participent à nos cours se sont améliorés à l’école et sont capables de mieux communiquer avec leurs enseignants et leurs pairs». Senait, une Ethiopienne de onze ans, avec un peu de timidité, confesse: «J’aime Jérusalem, mais Adiss Abeba…». Ses paroles traduisent les rêves de nombreux membres de la communauté qui souhaitent un jour retourner dans leur pays. lorsque la paix reviendra et que leur vie ne sera plus en danger.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer