Mars 2019

Jérusalem: une garderie accueillante pour les enfants moins fortunés

Le long de la célèbre rue commerçante piétonne du Mamilla Mall, entre boutiques de luxe et joailliers, se dresse la façade d’une imposante église néo-romane faisant partie de l’hospice des Filles de la Charité de l’ordre de San Vincenzo de Paoli. construit en 1885 pour traiter les patients lépreux. En réalité, depuis le début de l’année, la structure accueille non seulement les malades, mais également tous ceux qui ont besoin de trouver un logement et de l’aider.

Depuis lors, la mission des sœurs n’a pas changé, les cinq sœurs vivant à Jérusalem se consacrent avec passion et dévouement aux couches les plus démunies de la population: les enfants, les personnes âgées et les handicapés. Ils dirigent un jardin d’enfants avec environ 200 enfants des premiers mois de leur vie jusqu’à l’âge préscolaire de huit nationalités différentes: la plupart sont des Arabes issus de familles chrétiennes et musulmanes, mais il y a aussi des enfants d’internationaux, des parents philippins qui sont venus en Israël à la recherche de du travail et des enfants des enfants de migrants, d’Éthiopiens et d’Érythréens, nés en Israël de parents qui ont fui leur pays d’origine, pour échapper à la guerre civile et à la dictature. Ces derniers ont besoin de plus d’attention et d’attention car ils proviennent de familles en grande difficulté économique. En raison de leur statut particulier, les parents ont du mal à trouver du travail et, le cas échéant, ce sont souvent des emplois modestes, occasionnels et mal rémunérés. “Nous essayons de rencontrer ces familles en payant un tarif réduit, ou nous demandons l’aide de la municipalité ou d’autres bienfaiteurs”, explique Sœur Simone, directrice de l’ensemble du complexe. Il nous raconte l’une des nombreuses demandes d’aide à laquelle il doit faire face tous les jours: une jeune mère érythréenne s’est approchée en larmes pour demander de l’aide, abandonnée par son mari, elle s’est retrouvée seule avec une fille de 3 ans et au milieu d’une autre fils. “Nous avons accueilli la fille et nous souhaitons la bienvenue au nouveau-né pour permettre à la mère de travailler et d’entretenir la famille et, jusqu’à stabilisation de la situation, elle ne devra payer qu’un quota minimum.”

Arabe, hébreu, anglais; à la maternelle beaucoup de langues sont enseignées et parlées, c’est un environnement multiculturel qui, pour répondre aux différents besoins, offre un service sept jours sur sept, en alternant les jours de repos: vendredi pour les musulmans, samedi pour les juifs, dimanche pour les Les chrétiens restent ouverts de sept heures du matin à cinq heures de l’après-midi afin de faciliter le travail des parents. “Nous voyons beaucoup de situations difficiles: familles ayant des problèmes économiques, mères célibataires, parents divorcés qui ne peuvent rester à la maison avec leur famille parce qu’elles sont obligées d’exercer deux ou trois emplois à la fois. Nous souhaitons la bienvenue à tous et essayons de leur offrir le meilleur de ce que nous avons. Tant d’enfants ont besoin de vêtements et doivent être lavés et nourris avec des repas sains et copieux et nous nous en occuperons “.

L’Associazione pro Terra Sancta soutient les activités des Filles de la Charité et leur jardin d’enfants unique à quelques pas de la vieille ville de Jérusalem qui accueille les derniers et les moins fortunés en mettant en pratique les enseignements de la charité de Saint-Vincent de Paul le plus important réformateur de la charité dans l’Église catholique.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer