Enfant Alep Est

La Syrie aujourd’hui : que se passe-t-il ? Comment en est-on arrivé là ?

Veronica20 juin 2022

Le 15 mars 2011, à Deraa, une ville du sud-est de la Syrie, une guerre sanglante aux conséquences humanitaires tragiques a commencé.

C’est dans cette ville que plusieurs manifestants se soulèvent avec une série de manifestations civiles contre le régime syrien, dirigé de manière dictatoriale par le président syrien Bachar al-Assad.

Les protestations découlent d’une situation de forte crise dans le pays et font suite aux manifestations et émeutes qui ont éclaté entre fin 2010 et début 2011 dans de nombreux autres pays tels que l’Égypte, la Libye, la Tunisie, l’Algérie, le Yémen.

Les manifestations sont connues sous le nom de « printemps arabe » (al-Rabīʿ al-ʿArabī) et sont sans précédent.

Le slogan al-sh’ab yurid iskat al-nizam (« le peuple veut la chute du système ») est le fil conducteur qui relie la place de Deraa aux autres places arabes de 2011.

L’épisode qui déclenche les manifestations féroces en Syrie est l’arrestation et la torture de certains enfants, qui avaient écrit sur un mur « c’est votre tour, docteur ».

Le médecin est Bachar al-Assad, qui est revenu de Londres peu avant la mort de son père pour lui succéder à la présidence.

La famille al-Assad est au gouvernement à Damas depuis 1971 et appartient à la minorité alaouite du chiisme. Initialement, les manifestations impliquaient particulièrement la communauté musulmane sunnite.

Contexte d’urgence à Alep
Alep
Les données sur la Syrie aujourd’hui
Damas abrite la Syrie
Damas

La Syrie aujourd’hui

Le contexte syrien actuel est au point de blocage substantiel du point de vue de la lutte armée, mais les conditions de vie de la population civile restent résolument graves et instables.

Le conflit a fait quelque 387 000 morts, d’innombrables blessés, des déplacements massifs et des milliers de destructions d’infrastructures civiles. Quelque 12 millions de personnes ont été forcées de fuir leur foyer. Les infrastructures civiles et les services publics endommagés ou détruits comprennent l’approvisionnement en eau, le système de santé, les écoles. Les conditions de vie des personnes déplacées sont tragiques : il y a un manque d’eau potable, de nourriture, de soins de santé et de soins psychologiques et un logement minimum décent.

Le nord-ouest du pays est toujours contrôlé par des groupes d’opposition armés, tels que le hayat islamiste Tahrir al-Sham (HTS), impliqués et actifs dans la région.

Environ 90% de la population syrienne vit en dessous du seuil de pauvreté, souvent dans des conditions de misère. Le salaire minimum en Syrie est de 27 dollars par mois, ce qui signifie que presque toute la population active gagne un revenu qui n’est pas suffisant pour acheter des produits de première nécessité.

La grave crise économique est due à divers facteurs, notamment la mise en œuvre de nouvelles sanctions américaines par le biais de la loi César sur la protection des civils en Syrie, les crises financières régionales et la pandémie de Covid-19.

Risques quotidiens

L’effondrement de l’économie, les sanctions et les déplacements internes ont entraîné un besoin urgent d’aide humanitaire pour au moins 14 millions de personnes. Pour répondre à la grave crise économique, de nombreuses familles syriennes sont contraintes de recourir à des pratiques néfastes, en particulier pour les filles et les jeunes femmes. Ces pratiques, en fait, consistent souvent en des mariages précoces et forcés et d’autres formes de violence sexiste.

En outre, environ 11 millions de personnes vivent dans des zones dangereuses. En 2020 et 2021, 23 % des victimes de bombes ont fait exploser des enfants, dont 42 % ont été tués ou blessés en jouant.

Il est de plus en plus difficile d’accéder aux services essentiels, auxquels s’ajoute le très grave problème auquel la population est confrontée, en particulier depuis l’année dernière: le manque d’électricité et de chauffage. Pour répondre à cette urgence, pro Terra Sancta a entrepris un projet d’installation de systèmes de panneaux solaires capables de garantir un approvisionnement gratuit en électricité et en eau chaude.

La stagnation économique et la détérioration des services publics pourraient conduire à un soulèvement social et à l’enracinement de nombreux jeunes, sapant la stabilité politique déjà précaire.

L’essence, indispensable pour ne pas rester dans le noir, est devenue un luxe.

Avant 2011, la Syrie était autosuffisante en matière de production alimentaire, mais ces dernières années, plus de la moitié de l’approvisionnement alimentaire a dû être importé. En 2021, en fait, les deux tiers des aliments ont été importés.

Homs Syrie
Homs
Damas Syrie
Damas

Comment tout cela est-il arrivé ? Brève chronologie de la guerre civile syrienne

Onze années de crise ont lourdement détruit le système de santé en Syrie, laissant des millions de personnes vivre en dessous du seuil d’urgence des soins de santé. Le manque d’eau potable dans les maisons et les infrastructures civiles est alarmant.

Il est donc clair qu’après onze ans de guerre, la situation en Syrie est vraiment tragique.

Le soulèvement syrien, qui a commencé le 15 mars 2011 avec les premières manifestations publiques, s’est développé à l’échelle nationale, puis est devenu une guerre civile en 2012. Il y a beaucoup de factions militaires qui sont entrées dans le conflit, soutenant des intérêts différents et personnels. Cependant, les protagonistes du conflit sont principalement deux: l’armée régulière syrienne et les rebelles. Ces derniers sont financés et armés par de nombreux pays du Moyen-Orient et au-delà, dans le but de marginaliser le pouvoir écrasant du président Bachar al-Assad. Reprenons les temps forts du conflit.

2011 : Première année de guerre en Syrie

Au cours des premiers mois, les manifestations antigouvernementales sont pacifiques, mais elles sont réprimées dans le sang. Six mois après leur création, elle est née d’un groupe d’officiers transfuges : l’Armée syrienne libre (ASL), qui représente la première formation militaire antigouvernementale.

La répression continue et violente des manifestations par les forces gouvernementales conduit bientôt à une guerre civile féroce.

En particulier, la Turquie et les pays du Golfe apportent leur soutien aux différents groupes combattants, sous la protection des États-Unis.

Le nombre de victimes monte en flèche et la vague de protestations s’étend également à d’autres villes de Syrie. Une partie des manifestants embrasse la lutte armée. Plusieurs soldats syriens désertent pour rejoindre les rangs des manifestations.

Le nombre de victimes parmi les civils et les réfugiés dans les pays voisins est de milliers.

Alep
Maison bleue de Damas
Damas

2012 : La montée de Jabhat al-Nusra

Les groupes qui se disent djihadistes prennent le pouvoir et comptent dans leurs rangs aussi des combattants étrangers : des combattants étrangers , venus en Syrie pour réprimer le régime d’al-Assad.

L’Armée syrienne libre est rejointe par une branche syrienne d’al-Qaïda et de l’État islamique en Irak : Jabhat al-Nusra, le Front al-Nusra (le terme « al-Nusra » vient du mot « al-nasra », qui en arabe signifie victoire). Les membres de Jabhat al-Nusra sont des fondamentalistes sunnites, et eux aussi se battent pour renverser le régime de Bachar al-Assad.

Le Front est le premier groupe salafiste et djihadiste à commettre des attentats-suicides en Syrie. Initialement, il bénéficie d’un fort soutien en Irak et ils prévoient également de créer un État islamique en Syrie.

Le Front a de plus en plus d’adeptes, qui ont souvent recours à des attentats à la voiture piégée et à des attentats-suicides, faisant des centaines de victimes.

Les affrontements entre les rebelles et l’armée régulière syrienne se multiplient ; le régime est entaché de massacres innommables sur la population. Les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Turquie soutiennent les rebelles. La Russie, la Chine, l’Iran et le Venezuela se rangent du côté du régime d’al-Assad.

2013 : la conquête de Raqqa

Le conflit se poursuit dans tout le pays et les groupes extrémistes se renforcent. L’importante région stratégique de Raqqa est en train d’être conquise par Jabhat al-Nusra et l’Armée syrienne libre. Au Front s’ajoute une autre force extrémiste : Daech, acronyme arabe pour al-dawla al-Islamiyya fi al-Iraq wa al-Sham, ou « l’État islamique d’Irak et du Levant (EIIS).

Le front rebelle est donc divisé en différents groupes ; l’ennemi commun est l’armée syrienne régulière de Bachar al-Assad.

Le 21 août, le gouvernement a été accusé d’avoir utilisé des armes chimiques contre la population : ceci selon les reconstitutions de certains responsables de l’ONU qui, au bout de cinq jours, effectuent des enquêtes dans les hôpitaux et sur les lieux où les attaques auraient eu lieu. Les États-Unis et la Grande-Bretagne soutiennent ouvertement l’Armée syrienne libre, mais la grande influence des terroristes djihadistes dans le nord de la Syrie force à suspendre tout soutien aux rebelles syriens dans ces régions. Peu après l’occupation de Raqqa, les salafistes de Jabhat al-Nusra se sont débarrassés de l’ASL, jugée trop modérée.

Homs
Lieu sacré de Damas
Damas

2014 : naissance du califat islamique

L’Armée syrienne libre rompt définitivement avec le Front extrémiste al-Nusra et l’Etat islamique. Les forces kurdes opérant dans le nord-est de la Syrie s’opposent à l’EI. En général, les divisions entre les rebelles augmentent. L’ONU organise une conférence de paix à Genève sur la crise syrienne, qui ne se termine en rien.

L’Ei conquiert de nombreuses villes d’Irak. Des élections présidentielles ont lieu en juin qui, selon la nouvelle Constitution syrienne, permettent la présence de plus de candidats. Les bureaux de vote ne sont installés que dans les zones contrôlées par le gouvernement, coupant les rebelles syriens, l’État islamique et les Kurdes. Al-Assad est réélu président pour la troisième fois avec 88,7% des voix.

Le 29 juin, Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’État islamique, a proclamé la naissance du califat islamique. Le soi-disant État islamique conquiert des territoires stratégiques entre la Syrie et le nord de l’Irak, y compris les villes très importantes de Mossoul et Kobané. En peu de temps, ils ont expulsé les militants du Front al-Nusra de la ville de Raqqa, décapitant parmi les civils tous ceux qui s’opposent au califat.

Kobané est une région limitrophe de la Turquie et était contrôlée par des milices kurdes. Il y a 300 000 réfugiés en Turquie et Erdoğan déploie ses troupes à la frontière.

En 2014, l’Etat islamique contrôlait de nombreux sites archéologiques, des installations d’eau et de pétrole, dont il tire une grande partie de ses moyens de subsistance économiques. D’autres « revenus » proviennent des raids, de la violence et des enlèvements près des villages occupés. ISIS vise à éliminer le Front al-Nusra. En septembre, une coalition dirigée par les États-Unis a bombardé les TERRITOIRES de syrie détenus par l’Ei et représentant des cibles stratégiques de l’État islamique autoproclamé.

2015 : La Russie prend le terrain

En septembre , la Russie entre dans le conflit syrien, jouant un rôle de « changeur de jeu » en faveur du régime syrien.

Le président russe Vladimir Poutine accueille Bachar al-Assad à Moscou. Les Kurdes, l’ASL et la coalition dirigée par les États-Unis parviennent à reconquérir de nombreux territoires, se rapprochant de plus en plus de Raqqa, la capitale du califat. Les avions de la coalition bombardent l’État islamique.

Grâce au soutien russe, l’armée gouvernementale syrienne reconquiert partiellement la ville d’Alep.

Paris vit le cauchemar des attentats terroristes du 13 novembre au Bataclan, au Stade de France et dans certains locaux des X et Xe arrondissements.

Fauteuil Lattaquié
Lattaquié
Alep Syrie
Alep-Est

2016 : le drame de la population Aleppina

Après une brève trêve, de violents affrontements ont repris pour le contrôle des villes stratégiques du pays. En janvier, les milices kurdes ont annoncé que Kobané avait été repris. Les affrontements entre le régime et les rebelles se sont concentrés notamment à Alep, ville du nord-ouest du pays et capitale économique de la Syrie.

Alep est divisée en deux : la partie orientale est sous le contrôle des forces rebelles et la partie occidentale est contrôlée par le régime. Alep-Est est toujours habitée par des milliers de civils et est assiégée. Il est de plus en plus difficile de créer des couloirs humanitaires et d’assurer l’accès aux moyens de subsistance civils. L’armée gouvernementale et l’armée russe lancent de lourds bombardements sur la ville. À la mi-décembre, l’est d’Alep est conquis par l’armée d’Assad.

Le 15 décembre, les miliciens djihadistes contrôlaient de très petits territoires et une trêve était annoncée. La Russie et la Turquie permettent aux dernières cellules djihadistes de quitter Alep et d’atteindre Idlib. La veille de Noël, Alep n’est plus un bastion islamiste.

2017 : Les défaites constantes de Daech

Depuis janvier, plusieurs victoires de l’armée syrienne ont suivi.

Le 4 avril, une nouvelle attaque chimique a fait 72 morts à Khan Cheikhoun, dans la province d’Idlib.

Les forces occidentales augmentent leur intervention dans la région et le nombre de victimes augmente, qui, depuis le début de la guerre civile syrienne, est de plus de 300 000.

Il est annoncé par les Forces démocratiques syriennes, qui sont une alliance de milices kurdes, arabes et assyro-syriaques, que Raqqa est libre des forces de l’EIIL.

À l’est, les forces d’Assad continuent de faire pression sur l’EIIL. Les forces gouvernementales gagnent constamment du terrain.

Frère d’Alep
Alep-Est
Alep

2018 : le dernier territoire de l’État islamique

Israël frappe les forces armées iraniennes en Syrie. En juin, les forces gouvernementales syriennes ont lancé une campagne pour reprendre tout le territoire tenu par les rebelles après avoir consolidé les zones autour de Damas, la capitale syrienne et Homs. Idlib est la dernière région qui reste sous le contrôle des rebelles et nous nous préparons à l’affrontement.

2019 : la population dans la misère

À la fin de l’année, la violence a énormément augmenté; elles se termineront en février 2020 par un cessez-le-feu. Les estimations indiquent que cette année , 83% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et que le chômage est endémique dans tout le pays. La résilience du gouvernement semble également menacée par la misère dans laquelle vivent les couches de la population qui avaient soutenu Bachar al-Assad.

2020 : entre bombardements et pandémie

Les frappes aériennes, les combats au sol et les bombardements s’intensifient. Des centaines de civils sont tués et plus de 850 000 personnes sont déplacées. Les dommages causés aux maisons, aux écoles, aux infrastructures et aux hôpitaux sont incalculables.

La pandémie de Covid-19 n’a certainement pas aidé.

Selon les statistiques, les décès dus à la pandémie sont aujourd’hui de 3 120, et le manque d’oxygène, de lits, d’eau et de tampons est effrayant, en particulier dans le nord du pays.

Les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays s’élèvent à 6 millions de Syriens et 11 millions ont besoin d’une aide humanitaire. Les images montrent la destruction presque totale des villes par les bombes et les tirs d’artillerie.

Le 5 mars, le président turc Recep Tayyip Erdoğan et son homologue russe Vladimir Poutine ont signé un accord de cessez-le-feu à Idlib, une région au nord-ouest de la Syrie.

Affaire Homs
Homs
Alep Syrie
Alep

2021 : al-Assad reconfirmé aux élections

C’est une année qui présente moins de combats et moins de violence que les précédentes.

D’un point de vue militaire, il n’y a pas eu d’opérations significatives et les zones sous contrôle gouvernemental sont restées inchangées contrairement à celles qui défient le président Bachar al-Assad.

Cependant, la crise économique et humanitaire du pays reste très grave. Cette année, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté a augmenté. En avril, le président Bachar al-Assad, au pouvoir depuis vingt et un ans, s’est de nouveau présenté à la direction du pays.

Les élections du 26 mai le confirment à nouveau. En septembre, la livre syrienne perd 30% de sa valeur par rapport à 2020. La dépendance quasi totale à l’égard des produits extérieurs a entraîné une augmentation de l’inflation.

Le salaire n’est pas suffisant pour acheter des produits de première nécessité. Le groupe armé islamiste susmentionné Hayat Tahrir al-Sham (HTS), qui dans le passé était affilié à al-Qaïda et opère dans la partie nord du pays, est très préoccupant.

En août, les différents groupes islamistes de la région ont salué la victoire des talibans en Afghanistan comme un exemple à suivre.

Aide en Syrie par pro Terra Sancta

Enfants Alep flaque d’eau
Alep

L’association pro Terra Sancta est aux côtés de la population civile depuis 2012, répondant à la mer sans fin de besoins en envoyant des fonds pour de multiples travaux.

Ces dernières années, des projets d’urgence en Syrie ont prévu la distribution régulière de colis alimentaires, de médicaments et de frais médicaux, de bons pour acheter du diesel pour l’électricité et le chauffage, des vêtements, des détergents et des produits d’hygiène, des couches et du lait en poudre pour les enfants.

Suite à l’appel humanitaire lancé par l’Association en 2012, les dons ont permis aux frères présents en Syrie de :

  • Créer 4 centres d’accueil pour accueillir 1000 personnes par jour et répondre aux besoins de base de 4000 personnes (actif de 2021 à ce jour)
  • Aider 200 familles à chercher de nouvelles maisons, au lieu de celles détruites par la guerre

En Syrie, nous sommes présents à Damas, Alep, Lattaquié et dans les villages de Knayeh et Yacoubieh dans le nord (article Père Hannah). Depuis 2012, ces deux villes du nord sont occupées par les forces islamistes de Jabhat al-Nusra, ce qui rend l’intervention difficile.

Compte tenu de la gravité de la guerre, les nombreux projets de l’Association pro Terra Sancta se sont concentrés sur la réponse immédiate à l’urgence humanitaire. Les efforts se sont concentrés sur la construction de nouveaux hôpitaux, de centres d’accueil, de nouvelles maisons, la distribution de nourriture, de médicaments, de vêtements et de produits de première nécessité.

Pour faire face au drame du manque d’eau, en 2015, pro Terra Sancta a construit plusieurs puits, qui ont immédiatement aidé environ 70 000 personnes.

École sourde-muette, er-ram
École pour sourds et muets, Er-Ram, Alep

Les projets

Après cela, l’association a lancé des projets éducatifs, sociaux et culturels en Syrie lors de cette terrible catastrophe humanitaire. Voici quelques exemples: en 2016, nous avons soutenu l’école du Rosaire à Alep et l’école pour sourds et muets près d’Er Ram en couvrant les dépenses annuelles actuelles de 50% des salaires mensuels des enseignants. En 2020, à l’école des sourds-muets, pro Terra Sancta a financé l’aménagement des salles de classe et des salles de bains. Il bénéficie à 150 enfants et à leurs familles, 24 enseignants et 20 employés scolaires.

L’école du Rosaire est l’une des plus importantes de la région centre-ouest d’Alep. Ici, nous avons couvert les dépenses courantes et soutenu l’achat d’ordinateurs, de bureaux et de fournitures scolaires pour 300 enfants.

À Lattaquié, nous avons soutenu les enfants en couvrant les dépenses pour le matériel scolaire et une partie des frais de scolarité et à Damas, nous aidons les enfants des jardins d’enfants et des universités.

Au Collège Terre Sainte, le Franciscan Care Center est actif où les activités sportives récréatives et la réadaptation psychologique pour les enfants et les familles sont encouragées.

Nous promouvons les activités de relèvement et de réadaptation par le biais d’ateliers d’art, de sport et de cuisine destinés aux enfants issus de familles de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

Bénéficiaires et domaines d’intervention, 2017

En Syrie, nous soutenons la population déchirée par la guerre par l’aide et le soutien aux plus pauvres, les interventions sanitaires et la distribution de médicaments, l’aide aux études, l’éducation des enfants et des jeunes, la rénovation des bâtiments endommagés tels que les maisons, les couvents et les églises.

Alep

  • Urgence : 11 330 familles
  • Éducation et assistance : 25 000 étudiants – 51 enfants handicapés
  • Conservation et développement : 500 familles

Knayeh et Yacoubieh (depuis 2012, ils sont occupés par des forces islamistes qui rendent l’intervention plus difficile).

  • Urgence : 240 familles
  • Éducation et assistance : 42 enfants et leurs familles – 11 enseignants locaux

Lattaquié

  • Urgence : 300 familles
  • Éducation et assistance : 150 élèves et leurs familles

Damas

  • Bénéficiaires d’urgence : 500 familles – 200 nouveau-nés – 200 jeunes de l’oratoire
  • Éducation et assistance : 150 enfants – 70 étudiants universitaires – 42 malades – 30 personnes aidées grâce à la distribution de médicaments.
  • Conservation et développement
Garçons Lattaquié
Lattaquié
Église de Knayeh
Knayeh

Bénéficiaires et domaines d’intervention, 2018

Coordination des projets d’urgence, de l’assistance, de l’éducation et du développement en faveur de la population épuisée par la guerre, en accordant une attention particulière aux groupes les plus faibles.

Les principales activités sont: la distribution des produits de première nécessité, l’aide médicale et sanitaire, la restructuration, l’aide aux études, le soutien et la réadaptation psychologique.

Alep

  • Urgence : 10 900 familles
  • Éducation et assistance : 25 000 personnes/enfants ont utilisé les espaces. 380 enfants aidés, 500 orphelins et enfants d’Alep-Est, 350 femmes aidées, 70 enfants handicapés.
  • Bénéficiaires Conservation et développement : 560 familles – 200 magasins / petites entreprises

Damas

  • Urgence : 550 familles – 200 bébés
  • Éducation et assistance : 90 patients hébergés au centre de Tabbaleh – 130 personnes aidées grâce à la distribution de médicaments – 140 enfants – 12 000 patients – 144 infirmières et 130 médecins à l’hôpital Saint Louis – 2 000 patients au cabinet du médecin.
  • Conservation et développement : 300 familles

Knayeh et Yacoubieh (provinces d’Idlib, zones contrôlées par les rebelles islamistes)

  • Urgence : 260 familles – 70 enfants – 65 étudiants

Lattaquié

  • Urgence : 320 familles – 90 personnes aidées grâce à la distribution de médicaments – 150 étudiants
  • Éducation et assistance : 120 enfants/jeunes déplacés à l’intérieur de leur propre pays

Bénéficiaires et domaines d’intervention, 2019

Alep

  • Projets d’urgence : 9 200 familles – 8 500 personnes aidées avec des médicaments et de l’aide – 500 familles avec des nourrissons / tout-petits – 100 enfants musulmans handicapés – 100 étudiants aidés financièrement – 37 étudiants soutenus directement par des activités parascolaires
  • Éducation et assistance : 25 000 personnes/enfants ont librement utilisé les espaces et la piscine en 2019.
  • Projets de conservation : 300 familles soutenues pour la réparation de leur maison.

Hassakè et Raqqa

  • Projets d’éducation et d’assistance : 120 étudiants de l’école Al-Muwahade de Hassakè – 63 étudiants de l’Université de Hassakè – 22 étudiants de l’Université d’al-Qumishli

Damas

  • Projets d’urgence : 550 familles – 300 personnes aidées pour les soins médicaux/de santé et les médicaments – 200 étudiants – 130 familles avec enfants / bébés aidés avec du lait et des couches
  • Éducation et assistance: 970 enfants – 200 familles – 140 personnes malades hébergées au centre chaque année – 120 personnes ont aidé à la distribution de médicaments et à la prise en charge des coûts d’opérations et d’hospitalisations – 90 enfants – 8 professeurs de musique locaux – 13 enseignants 2 employés locaux de l’école
  • Hôpitaux : 14 000 patients – 148 infirmières – 132 médecins

Knaye et Lattaquié

  • Urgence : 700 familles – 150 enfants – 265 étudiants – 130 personnes par mois aidées avec des médicaments et des soins de santé – 70 enfants et leurs familles – 39 enseignants locaux
un nom et un avenir
Alep-Est

Un nom et un avenir

C’est le nom d’un projet qui découle du phénomène dramatique des « enfants sans identité », l’un des héritages du conflit syrien.

« Un nom et un avenir » est conçu par les frères franciscains de Syrie et est né dans un esprit d’amitié entre les mondes islamique et chrétien.

Malheureusement, il y a beaucoup d’enfants dont les mères sont forcées d’épouser les djihadistes qui les ont violées et qui ne sont pas enregistrés au bureau d’état civil. Sans nom, on n’a pas d’identité, ni même d’espoir.

À Alep-Est, il existe des services d’assistance pour l’assistance aux enfants orphelins non enregistrés au bureau de l’état civil, dans le cadre du projet « Un nom et un avenir ».

Certaines des activités proposées par le Franciscan Care Center sont: des activités parascolaires, un service pédiatrique, des cours approfondis en arabe et en anglais et des cours de formation pour les femmes. Il a bénéficié à 1 200 enfants, 600 femmes et 70 personnes impliquées dans les activités en général.

Nous recommençons de la maison

En 2020, à Alep, pro Terra Sancta a intensifié son aide pour soutenir les réparations domiciliaires des magasins et des petites entreprises. L’objectif est de pouvoir contribuer à la relance économique et à l’emploi des citoyens.

250 familles en ont bénéficié et 180 magasins et petites entreprises ont reçu un soutien financier.

À Damas, nous avons commencé à soutenir la récupération d’anciens bâtiments situés dans des zones importantes de Damas et liés à la présence des franciscains de la Custodie de Terre Sainte. Au cours de l’année, nous avons récupéré une ancienne maison privée, appartenant aux franciscains. Les locaux ont tous été rénovés pour créer de nouveaux espaces pour le travail du personnel local, la distribution pour les familles et les bénéficiaires nécessiteux, nous avons organisé des salles de formation et de formation pour les jeunes adultes et des espaces plus grands pour les événements culturels. L’objectif était de créer des espaces d’agrégation et de formation, tout en rendant à la ville la beauté ancienne de ces bâtiments.

Réparation de logements à Alep
FCC
FCC, 2021

Le Franciscan Care Center (FCC)

En activité depuis 2018, le centre propose une rééducation psychologique à travers de multiples activités. Ces derniers comprennent: l’art-thérapie, la musicothérapie, l’assistance psychologique individuelle, le sport, l’enseignement de l’anglais et Français. 1 500 enfants en ont bénéficié.

Dans la région d’Alep-Est, les enfants orphelins qui ne sont pas enregistrés au bureau de l’état civil sont assistés.

Dans la ville de Tabbaleh, il y a le Franciscan Music Center, une école de musique que nous avons soutenue en couvrant les dépenses courantes, en achetant des instruments de musique et en couvrant une partie des salaires des enseignants permettant la gratuité des cours de musique. Il bénéficie à 90 enfants et 8 enseignants.

D’autres programmes en Syrie comprennent:

  • le Centre paroissial d’Azizieh
  • Centre d’aide Bab Touma
  • le jardin d’enfants Memorial à Tabbaleh
  • St. George’s Kindergarten à Maaloula
  • École primaire et intermédiaire à Knaye et Yacoubieh (Idlib)
  • Darkoush Kindergarten, Idlib (le seul de la région)
  • le Centre d’assistance scolaire de Lattaquié
  • le camp d’été pour enfants de Lattaquié

« Un avenir sans conflit se construit entre les bancs, dans les musées, dans les ateliers d’artisanat, dans les paroisses. Les véritables armes pour faire la guerre sont la connaissance, le dialogue, la communion, le pardon, la charité et la justice ». Ce sont les mots de la collaboratrice Amy Rodighiero, qui suit chaque jour les conseils de notre Président, le Custode de Terre Sainte Père Francesco Patton, pour construire quotidiennement « de petits gestes concrets de charité ».

L’Association pro Terra Sancta remercie tous les sympathisants et les invite à continuer à soutenir le peuple syrien, « car en tout lieu il y a un petit panneau qui nous invite à espérer ».

Soutenez nos projets d’urgence en Syrie