Mars 2019

Syrie neuf ans plus tard: la crise ne fait que commencer

“La crise en Syrie n’est pas encore terminée. Disons plutôt que cela ne fait que commencer ». Le père Ibrahim Alsabagh, pasteur de l’église de Saint Francois à Alep, l’a dit il y a quelques jours et nous, alors que le pays entre dans sa neuvième année de guerre, nous ne pouvons que le répéter avec force: la crise en Syrie vient de commencer, ou plutôt, une phase de crise beaucoup plus douloureuse et beaucoup plus profonde vient de commencer. Certes, nous ne parlons plus de combats violents, nous ne parlons plus de bombes et de destructions massives, même si nous continuons de nous battre dans certaines zones d’Alep et que l’avenir d’Idlib, où la dernière résistance djihadiste était concentrée, est incertain. Les frères Hanna Jallouf et Luai Bsharat, les deux dernières religieuses de la région à desservir les communautés des villages de Knayeh et de Yacoubie, vivent comme des “moutons parmi les loups”.

Là, on se bat toujours, mais un test non moins onéreux tombe sur le reste du pays. “Même si les missiles – dit fra Ibrahim – ont cessé de nous toucher à Alep, nous savons avec certitude que l’émigration se poursuit. La principale raison, plus forte que toutes les terribles circonstances auxquelles le pays est confronté, est le sentiment d’insécurité dans les cœurs blessés “. Une insécurité dans les relations avec les autres et une peur qui affecte avant tout les jeunes. Ceux qui restent, parce que des générations entières de garçons ont fui le pays ou sont morts au combat et que, pour cette raison, le rapport entre garçons et filles est de 1 à 12, les mariages ont considérablement diminué et ceux qui souhaitent se marier ne peuvent le faire car ils vivent en dessous du seuil de pauvreté. , il n’a aucun moyen d’obtenir de la nourriture et des médicaments, il n’a pas de maison et il ne peut pas trouver de travail.

En outre, nous ne pouvons pas ignorer les 4 millions au moins d’enfants âgés de 0 à 9 ans qui n’ont vu que la guerre; parmi eux, au moins 2000 seulement à Alep, ils vivent abandonnés parmi les décombres sans père ni mère, isolés de la communauté parce qu’ils sont considérés comme des fils du péché. Tous ont grandi profondément blessés au cœur, sans désir ni rêve. Ils ne parlent pas, ils ne rient pas, ils ne jouent pas: ils souffrent de dépression infantile, ils sont distraits à l’école, grincheux, fermés sur eux-mêmes dans une réalité déformée faite de violence et de terreur. Et dans une vie quotidienne où même les relations entre adultes sont déterminées par l’incertitude, suffoquent, ont des tendances suicidaires et sont violentes avec les autres.

“Cela prendrait un docteur de l’âme – dit encore Frère Ibrahim – un docteur qui peut accompagner les petits comme les adultes, dans un voyage de récupération psychologique. Mais à Homs, une ville fantôme, à Alep, composée à 70% de gravats, ou même à Damas, entourée d’usines et de showrooms enfouis sous le sable, comme dans le reste de la Syrie, par des médecins, il n’y en a plus. ”

Au cours de ces huit années de conflit, l’Association pro Terra Sancta a toujours soutenu les franciscains de la Custodie de Terre Sainte et le peuple syrien par de nombreuses activités. Nous l’avons fait grâce à la générosité de beaucoup d’entre vous et nous voulons continuer à le faire avec un engagement accru. C’est pourquoi nous vous demandons de continuer à nous aider maintenant que la crise se fait plus sombre.

Nous vous demandons de nous aider lors de nos opérations à Idlib, aux côtés du père Hanna, entre Louai et les communautés de Knayeh et de Yacoubieh. Nous vous demandons de nous aider là où nous ne combattons plus: à Damas pour la distribution de médicaments, à l’hôpital, lors d’activités avec des enfants et des jeunes; à Alep avec le père Ibrahim Alsabagh, pour la distribution de colis de vivres, de médicaments, de produits de première nécessité, pour la reconstruction de maisons et pour le soutien au Centre de soins franciscains où environ 250 enfants reçoivent le soutien psychologique nécessaire et organisent des jeux et des activités d’étude qui se réveillent ils veulent vivre et leur faire reprendre confiance en eux.

SOUTENIR NOS ACTIVITÉS

 

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer