Un récit d’une autre Jérusalem. Comment le virus a changé la ville que je connais

email whatsapp telegram facebook twitter

La Jérusalem que je vois ces mois-ci est très différente de celle qui m’a accueilli il y a trois ans, au début de mon voyage en tant que bénévole dans l’association Pro Terra Sancta. Les rues animées et colorées de la vieille ville, qui avaient tant fasciné mon regard curieux de jeune Européen pour la première fois au Moyen-Orient, sont maintenant vides et silencieuses. Il n’y a pas de couleurs des tissus, les saveurs des épices, les voix des vendeurs prêts à attirer les touristes dans leur boutique, envoûtés par le chaos chaud et enveloppant du souk. Il n’y a pas de pèlerins en prière qui gravissent pas à pas la Via Dolorosa, retraçant les chemins que Jésus a parcourus avec la croix il y a deux mille ans. Le Saint Sépulcre, du centre et miroir de l’humanité, est vide, aussi vide qu’il a été trouvé par les femmes qui se sont précipitées au tombeau pour oindre le Christ avec des huiles et des arômes. Une vision privilégiée et évocatrice dont peu de gens ont pu témoigner au cours des siècles, un calme qui laisse du temps pour la réflexion et la prière, mais qui enlève ce qui a toujours été pour moi le charme unique de Jérusalem: son peuple. La multiculturalité et la possibilité de voir le monde se déverser dans les rues de cette ville ancienne est ce qui m’a toujours frappé. Voir l’humanité entrer dans l’histoire chaque jour, comme ce fut le cas au cours des siècles passés pour les Romains, les Byzantins, les Croisés et les Ottomans, est pour moi le grand mystère de Jérusalem et des gens qui y vivent.

Depuis la propagation de la pandémie, tout a changé, à Jérusalem comme dans le monde. L’absence de touristes et de pèlerins, qui n’a cessé de croître ces dernières années, se fait sentir non seulement dans l’atmosphère des villes, mais surtout sur le plan économique. Toutes les activités liées au secteur du tourisme sont au point mort. De nombreuses personnes risquent de perdre ou ont perdu leur emploi.

L’association Pro Terra Sancta a toujours inclus dans ses projets un accent sur le tourisme responsable. En tant que membre de l’Association italienne pour le tourisme responsable (AITR), elle cherche à promouvoir un tourisme expérimental et durable des Lieux Saints lié à la Custodie de Terre Sainte et aux projets réalisés dans la région. Lorsque la Terre Sainte a fermé ses portes aux touristes et aux pèlerins au début du mois de mars, en tant que Pro Terra Sancta, nous avons dû repenser les moyens alternatifs de faire entrer la Terre Sainte dans les foyers de tous ceux qui sont profondément liés à cette terre.

À travers des films, des images et des histoires sur les lieux et les célébrations, nous avons fait connaître la Terre Sainte à nos amis et sympathisants à l’époque du Covid-19. Une série de réunions en ligne très populaires a donné la parole à de nombreuses personnes qui travaillent en Terre Sainte tous les jours et ne se sont pas arrêtées pendant la pandémie. Carla Benelli a parlé de l’avancement du projet “Bethany Hospitality”, malgré les difficultés dues aux blocages; Vincenzo Bellomo a porté à l’écran le fort malaise des habitants de Bethléem et les actions entreprises pour contrer la crise et aider les plus nécessiteux; nous avons parlé de la Syrie et du Liban avec les frères de la Province de Saint-Paul, des migrants avec le Père Luc de Rhodes, des écoles avec le Père Mario et le Custode le Père Patton qui a voulu envoyer un message d’espoir à tous les fidèles.

Le dénominateur commun de tous ces témoignages est une grande force d’âme, nourrie par une grande foi en la Providence, un enseignement précieux que je chérirai lorsque cette crise sanitaire sera passée. Relever des défis en me réinventant est ce que le travail dans une organisation non gouvernementale m’a appris de plus précieux. Mettre la créativité au service des autres pour trouver de nouvelles façons d’aider en fonction des besoins. Un exemple? Le cours d’italien pour étrangers à la maison d’hôtes Dar Mamilla. La nouvelle maison d’hôtes a dû cesser ses activités trop tôt en raison de l’absence de touristes. Les locaux de la maison d’hôtes, pour l’instant inutilisés, semblaient être l’espace idéal pour le cours. Une vingtaine de personnes de tous âges, profitant d’une période d’inactivité, ont accepté notre proposition, animées par le désir d’apprendre et d’acquérir de nouvelles compétences. Une symbiose réussie dan

 

Camilla Cantore